Chongli, une station de ski en Chine

Xi Jinping tiendra-t-il son pari et parviendra-t-il à mettre sur les pistes 300 millions de skieurs en 2022 ? Au vu des chiffres il en est capable 😉

Remontons dans le temps … jusqu’en 2000, il n’y avait qu’une seule station de ski digne de ce nom en Chine. Entre 2000 et 2010, elles sont passées à 200 et aujourd’hui, elle en compte 568 ! En 1996 il y avait tout au plus 10 000 skieurs chinois et en 2015 ils étaient 12,5 millions. Certains experts disent que la croissance du marché des sports d’hiver est égale à celle vécue en Europe et Amérique du Nord depuis 1975, mais condensée sur seulement quelques années. Avec la venue des Jeux Olympiques d’hiver en 2022 en Chine et compte-tenu de ces courbes exponentielles, les paris sont même ouverts car le marché chinois pourrait bien les dépasser ! Ainsi, la Chine est devenu la deuxième région avec le plus de domaines skiables au monde, derrière les Alpes qui contiennent plus d’un tiers des stations de la planète.

Alors qu’en Europe et en Amérique du Nord le marché est arrivé à maturité depuis plusieurs années et n’évolue plus guère voire même régresse dans certains pays du fait du vieillissement de leur population, les concepteurs de stations de ski européens et américains y voient une aubaine pour vendre leurs savoirs-faire et veulent tous une part du gâteau chinois. Des « chasseurs de montagnes » aux canons à neige en passant par les télécabines, les dameuses et même les formateurs des moniteurs ou des techniciens, la Chine est très demandeuse car elle a peu d’expertise dans ce domaine.

Des partenariats sont aussi noués entre stations de ski. Par exemple, le domaine skiable Suisse LAAX s’est allié avec la station Chinoise Genting Resort Secret Garden. Grâce à cela, la station Chinoise bénéficie de l’image de marque du ski Suisse et en retour, les Suisses espèrent attirer des clients Chinois. Laax est loin d’être la seule station de ski à cultiver ce genre d’espoir et par exemple la Compagnie des Alpes qui gère entre autres La Plagne, Tignes, Val d’Isère, Les 2 Alpes, ou encore Les Arcs coopère avec des stations chinoises.

Le Fulong Resort, une des 5 stations du district de Chongli

Pour illustrer cet article, je vais vous emmener dans le Fulong Resort où j’ai passé quelques jours pendant les fêtes de Noël.

Chongli est à environ 250 km au nord-ouest de Pékin. Elle est située dans une vaste région montagneuse mais pas très haute. Le sommet le plus haut culmine à 2000 mètres alors que le bassin lui est à 1200 mètres. C’est une région semi-aride et bien malheureusement pour le ski … il n’y a presque jamais de précipitations !! Par contre, en hiver les températures sont glaciales ce qui en fait, d’après les experts, une région idéale pour la neige artificielle.

Il y a 10 ans, Chongli était située dans une des régions les plus pauvres de Chine. Mais ces dernières années, le projet des Jeux Olympiques est passé par là et la ville a été choisie pour accueillir une bonne partie des épreuves de ski. Alors qu’il fallait 4 heures pour la rejoindre depuis Pékin, le train à grande vitesse permet d’y arriver en moins d’une heure, des autoroutes ont été construites et bien que la ville soit encore en chantier à cause des aménagements pour les JO, la riche clientèle pékinoise y afflue désormais.

Je dis la riche clientèle car à l’instar du golf et de l’équitation, le ski est réservé à une clientèle d’élite. En effet, en moyenne il faut compter environ 50 euros par jour et par personne entre le forfait et la location des skis. Vous me direz que c’est à peu près les tarifs européens, mais pour la Chine, ça fait une sacrée somme et ces tarifs sont clairement réservés à la classe supérieure.

Les pistes de ski

Il ne faut pas s’y tromper … les pistes indiquées noires sont en fait l’équivalent de nos postes rouges !

Bon, Chongli n’est très clairement pas les Alpes ! Je dirais que les dénivelés sont plus proches des pistes du Jura et elles sont dans la très grande majorité assez faciles, même pour une skieuse comme moi qui suis loin d’être une pro ! Ceci dit, pour une station entièrement créée artificiellement, elle offre quand même 15 km de pistes et il y a de quoi se divertir quelques jours. Maintenant, de là à passer ses journées non stop sur les pentes pendant une semaine, l’ennui peut guetter. Et d’après ce qu’on m’a dit, il est d’ailleurs rare que les Chinois passent plus de 2 jours d’affilée à skier et préfèrent profiter en parallèle d’autres types d’activités, la numéro un étant le shopping ! C’est pourquoi les rues de Chongli sont remplies de dizaines de boutiques de sport qui proposent les marques les plus prestigieuses, toutes étrangères. Mais côté activités liées aux plaisirs de la montagne enneigée il faudra repasser et pour cause … Exit les ballades en raquettes ou en chien de traîneau comme je m’y attendais car il n’y a tout simplement pas de neige 😉

Comme je le disais plus haut, l’absence de neige n’est pas due au manque de froid, loin de là ! Mais c’est le peu de précipitations qui fait défaut. Imaginez un peu … À l’heure où j’écris cet article, il fait -26 degrés et la température ressentie est de -34 ! Lorsque j’y étais, il faisait en moyenne -12/-15 degrés et le ressenti aux alentours de -20 degrés à cause du vent.

chongli

Après ma première descente, j’ai vite compris pourquoi les gens étaient emmitouflés avec des cagoules intégrales. Mon visage était complètement gelé ! Je crois que c’est la première fois que je skie par de telles températures. Autant vous dire que j’ai aussi sec adopté la cagoule Ninja et totalement renoncé au bronzage !

Alors oui, avec ces températures l’impression d’hiver est bien là et même si le paysage est assez déroutant avec ces montagnes arides qui nous entourent, on pourrait s’y tromper et penser que la neige est naturelle ! Mais celle-ci vient d’une armée de canons à neige disposés tout le long des pistes et contre toute attente, sa qualité est exceptionnelle . Quelqu’un m’a dit qu’elle est moelleuse comme de la Polenta. Pour ma part, je dirais qu’on a plutôt l’impression de skier sur du sucre glace, à la fois souple, ultra lisse mais qui accroche bien quand il le faut, sans plaques de verglas ou vraiment exceptionnellement. C’est peut-être pour ça que j’ai eu l’impression de bien skier 😉 Le seul inconvénient est que lorsqu’il y a des rafales de vents, la neige s’envole et on a l’impression d’être dans une véritable tempête de neige. Autant vous dire que ça n’a pas été de la tarte de prendre des photos dans ce froid, ce vent avec les gants, les sous-gants, les lunettes, la cagoule, le casque et le tout en ayant les skis aux pieds 😉

Petite anecdote … Les chinois ne reculent décidément devant rien face à l’adversité !

Il existe en effet pour les apprentis surfers des coussins en forme de peluches tortues, hiboux, nounours, pandas, coccinelles, abeilles, bananes, fraises, kiwi, … qui se fixent sur les fesses pour amortir les chutes. Ils ont les mêmes peluches en plus petit sur les genoux.

Et comme il ne faut se priver de rien et parce qu’il est parfaitement normal d’être « so cute », le nec plus ultra est d’enfiler par dessus le casque une housse doudou avec des oreilles de lapin, de nounours et même d’éléphant !

Le bar-chalet

Et oui ! Qui dit station de ski dit obligatoirement un chalet au milieu des pistes ! Je l’ai souvent visité pour me réchauffer je dois dire, il revet donc un importance particulière pour moi 😉

Alors ce n’est pas à proprement parler une ambiance de chalet montagnard et le lieu fait plus penser à un bar citadin tendance vegano-branché-amateur-de-vin-et-de-bonne-cuisine ! Mais il est spacieux, entouré de baies vitrées et la musique y est bonne !

Et du côté organisation et accueil des touristes ?

Alors peut-être que c’est parce que je ne suis plus allée dans de grandes stations depuis belle lurette, mais je dois dire que j’ai été impressionnée par l’organisation et la fluidité des démarches pour acheter le ski pass et louer le matériel ! Il faut dire aussi qu’il n’y avait pas beaucoup de monde car la période de Noël n’est pas fériée en Chine et en plus j’y étais en semaine.

J’avais en tête qu’il faudrait trouver une boutique pour louer les ski, mais en fait il n’y en a pas besoin car tout se fait dans le centre touristique. Je dirais même qu’on peut arriver en pyjama étant donné qu’on peut même louer les combinaisons, les gants, les chapeaux, … Et comme bien souvent, le personnel même s’il ne parle pas anglais, se démène pour nous aider et le tout se fait dans une très bonne ambiance 🙂

Il faut donc tout d’abord rentrer dans le hall d’accueil. Mais pour cela, comme partout en Chine en ce moment pour les endroits qui accueillent des grandes masses de touristes, il faut montrer son « code vert ». Ce code s’obtient en scannant un QR code qui demandera à notre opérateur téléphonique si nous ne sommes pas allés dans une zone à « risque covid » dans les 14 derniers jours et ceci grâce au GPS. Et bien entendu, relevé de température, port du masque et lavage de mains obligatoires 😉

Le côté location est également doté de casiers ! Je n’avais jamais connu ça, et le confort de ne pas avoir à trimballer tout son matériel de ski et ses chaussures de robocop a été plus que délicieux 🙂 🙂 Sur une des photos ci-dessous je vous montre une borne où il est possible de tout faire (ski-pass, location de ski, casiers, …). Ce type de bornes est présent partout dans Chongli et pas seulement dans la station, c’est peut-être pour ça aussi qu’il n’y avait presque personne aux guichets ?

Vous remarquerez que la station de Fulong a probablement conclu un partenariat avec l’entreprise Française Rossignol. 100% du matériel de location est en effet sous l’égide de la marque. C’est agréable de faire un cocorico 🙂

Vous remarquerez aussi peut-être que sur les tapis et sur la borne il est écrit « Forlong ». Comme tellement souvent, les transcriptions des idéogrammes Chinois à l’alphabet latin sont très approximatives. Je vous confirme que cette station s’appelle bien Fulong ! Enfin, je pense 🙂 C’est en tout cas ce qui est écrit à l’extérieur du hall d’accueil de la station … Vous comprenez maintenant pourquoi il est si facile de ne pas vraiment savoir où on est en Chine si on ne lit pas le chinois ? 🙂 😉

Et bien entendu, c’est ici aussi que l’on réserve le professeur ! Il y a des chances que ceux-ci soient employés par l’entreprise Flower ski qui opère sur Chongli. C’est une des premières écoles professionnelles de ski et compte aujourd’hui 150 moniteurs. L’entreprise prévoit d’en recruter 500 d’ici l’année prochaine !

Comme chaque soir, les moniteurs se rassemblent pour le debriefing. Lorsqu’ils ont vu que je les prenais en photo, ils se sont tout de suite positionnés pour un joli cliché de groupe !

Au même niveau que le shopping, la ripaille est le sport national chinois ! Ainsi, le centre touristique se doit d’accueillir magasins de vêtements et restaurants. Sans eux, il serait en quelque sorte vidé de sa substance 😉 Organisé comme un centre commercial, l’immense hall qui permet d’accéder aux pistes est inondé de soleil tandis que dehors une multitude de petits restaurateurs proposent des repas et des sucreries à manger sur le pouce.

Et bien entendu, frénésie du business immobilier oblige, le promoteur de la station en profite pour vendre ses appartements dont certains ne sont même pas encore construits !

La frénésie immobilière

Bien entendu à Chongli il y a pléthore d’offre hôtelière et ça ne va pas s’arrêter de si tôt ! La ville entière est envahie par les nouvelles constructions.

Juste à côté des pistes, un ensemble a attiré mon attention. De quelle reproduction de village européen s’agit-il ? Je pencherais pour un village Autrichien ou Suisse 😉

C’est vraiment intéressant de voir à quel point l’imaginaire joue un rôle important dans la promotion immobilière et comment les Chinois s’approprient des images de lieux que la plupart n’ont jamais vu en vrai *. Ici, très clairement, ce sont les Alpes qui inspirent !

Ainsi, cet ensemble immobilier reprend toutes les caractéristiques d’une cité alpine. Si d’un certain point de vue l’ensemble peut faire illusion, lorsqu’on se tourne vers les zones non enneigées ça devient plus difficile de se croire dans le Tyrol 😉

À l’heure où j’écris cet article, la résidence n’est pas encore en service. Et bien que tout semble achevé, jusqu’aux fausses fleurs sur les balcons, les petits anges pisseurs et même une simili-église (sans croix tout de même !), il n’y avait pas âme qui vive et tout semblait totalement inhabité. Le promoteur a probablement dû consulter son horoscope et fixé la date d’ouverture officielle lorsque les planètes seront parfaitement alignées 😉 Ce n’est pas une plaisanterie, aucun événement en Chine n’échappe à la superstition !

* J’avais rédigé un article sur le « fake Paris » qui a fait tant couler d’encre à l’époque. Si vous souhaitez le lire, c’est par ici

Voilà chers amis, j’espère que vous aurez pris un bon bol d’air frais ! De mon côté, je dois dire que même si je ne voulais pas partir avec des a priori, j’ai quand même été très agréablement surprise non seulement de la qualité des équipements mais aussi du niveau général de ski !

La seule ombre au tableau à mes yeux est cette histoire de neige artificielle. Il est vrai qu’ici ils n’ont pas besoin d’ajouter d’agents chimiques comme c’est malheureusement le cas en Europe du fait de la hausse des températures. Mais ils vont quand même puiser dans la nappe phréatique et pour une région semi-aride cela me semble problématique. Ce système demande également énormément d’énergie électrique. Ceci dit, toute la région est véritablement truffée d’éoliennes et de panneaux solaires. Et quand je parle de région, c’est sur un rayon d’au moins 100 km ! J’espère que ça compense un peu l’impact …

NEWSLETTER
Je souhaite recevoir une notification mail lors de la parution d'un article et je sais que peux me désabonner à tout moment.

10 pensées sur “Chongli, une station de ski en Chine

  1. MERCI DE CETTE VISITE? LAURENCE MEME SI ELLE NE DONNE PAS TROP ENVIE DE SKIER LA BAS? VIVE LA CLAREE…
    Je profite de ce commentaire pour te souhaiter ainsi qu’à tes proches une belle douce bienveillante généreuse année à venir

    1. Bonjour Christian ! Ah c’est sûr que ce ne sont pas les Alpes et qu’il faudra repasser pour avoir l’impression de se balader dans les forêts et les montagnes. Disons qu’ici c’est juste pour faire du ski et rien d’autre. La performance quoi 😉 Monter-descendre, monter-descendre, monter-descendre …

  2. Bonjour, bonne année 2021, beaucoup de bonnes choses pour vous deux.
    Tes photos sont toujours aussi belles, je pense que je reconnaitrais ta « Patte » assez bien, ce doit être assez déroutant pour un européen, mais c’est ainsi et on ne peut pas demander d’être partout comme chez soi.Merci du partage.

    1. Bonjour Ammon !
      Ce qui est surtout déroutant c’est le paysage en fait qui n’a rien à voir avec ce qu’on connait ! Enfin, pour le moment … Les climatologues sont tellement alarmistes que nos Alpes pourraient ressembler à ça plus tôt que prévu, bien malheureusement 🙁 Merci de tout coeur pour tes compliments sur mes photos ! Cette fois-ci, elles n’ont rien d’exceptionnel mais disons qu’elles sont propres compte-tenu des circonstances 😉

  3. Bonjour,
    Voici un reportage qui nous fait voyager et rêver.
    Les conditions de prises de vues n’ont pas du être aisées avec le Leica Q ou le Fuji grand format , le chaud , le froid et la buée dans le viseur ou à l’intérieur de l’objectif !??
    Nous attendons la prochaine diffusion .
    Merci .
    JM

    1. Bonjour Mangeon !
      Oui, ça a été sportif je dois dire ! Mais j’ai été vraiment agréablement surprise de voir à quel point ces 2 boîtiers ont bien tenu le choc, surtout concernant la buée. Pas une goutte sur l’objectif. Et côté batteries, j’avais mis dans mon sac des petites chaufferettes qui se sont révélées fort utiles ! J’ai pu faire quasiment le même nombre de prises de vue qu’en conditions « normales ». C’est un accessoire que je recommande chaudement (c’est le cas de le dire 😉 ) pour ceux qui vont dans des contrées glaciales comme c’était le cas ici !

  4. Ça fait un peu publireportage non ?

    1. Bonjour Jean-Luc !
      Je ne comprends pas trop à vrai dire votre réflexion 😉 Je n’ai pas l’impression de « vendre » la station de ski, d’ailleurs à qui ? Je doute que quiconque parmi mes lecteurs francophones rêvent d’aller skier en Chine 😉 Par contre, oui, en effet cet article est plutôt un reportage, ou plutôt un partage d’expérience, avec quelques informations supplémentaires notamment sur le marché du ski en Chine, et ceci afin de situer le contexte 🙂

  5. Bonjour Laurence et belle année en cours… 🙂
    Un joli reportage ou la photographie s’appuie sur le texte.Tu as eu le courage d’emporter le Leica pour cette aventure sous 0°…
    Je trouve dommage cette sorte de perte d’identité pour ces stations en cours de développement.
    La neige juste pour le ski, de la terre tout autour,,,,, qu’elle drôle impression surement !?
    Cette fois ci, j’ai eu froid…
    😉

    1. Bonjour Michel !
      Oui, comme je le dis à Chri plus haut, venir skier ici c’est juste pour la « performance ». Exit le sentiment d’être en haute montagne telle qu’on la connait. Finalement, c’est un peu comme faire de l’équitation seulement dans un manège sans jamais sortir en promenade. Ceci dit, nous étions avec des amis excellents skieurs et ils m’ont dit qu’ils se sont régalés car les pistes étaient vraiment bien pensées, préparées, entretenues.
      Cette station, Fulong est particulière et je ne suis pas allée voir si d’autres aux alentours avaient des projets immobiliers de type « Autrichien » comme c’est le cas ici. Mais il est vrai qu’entre ces pistes enneigées artificiellement et ce programme immobilier, on a un peu l’impression d’être dans un théâtre. Drôle d’impression garantie mais pas désagréable du tout 😉

Répondre à Michel Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.