LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

« ENSEMBLE » S’EXPOSE AUX ETATS-UNIS3 min de temps de lecture


Mes petits écoliers sont partis aux Etats-Unis pour s’exposer à « A Smith Gallery » du 8 janvier au 14 février 2016.

 

Vous savez, j’aime bien me confronter aux concours internationaux car c’est une façon relativement objective d’évaluer mon travail et de le situer dans un plus large contexte que celui des relations personnelles qui ont tendance à une indulgence un peu trop systématique pour être bien fiable ;)Bien entendu, les concours sont également loin d’atteindre une objectivité absolue et le résultat dépend de l’adéquation entre les photos soumises et le thème imposé, et surtout du jury qui ne détient jamais la science exacte de l’oeuvre d’art universelle !

Il n’empêche que lorsque j’ai vu que cette galerie américaine de très bon niveau proposait comme thème « gathering », que le juré était Jennifer Shaw, une photographe que j’apprécie particulièrement, et que j’étais en train de travailler sur cette série « Ensemble », je me suis dit que c’était une occasion en or pour « tester » son impact à l’extérieur.

Et elle semble bien partie car les 3 photos que j’ai envoyées ont été sélectionnées pour faire partie de l’exposition, et en plus elles ont reçu le Director’s award. Allez, je peux le dire, je sautille de joie 😉

Je suis encore en train de travailler sur cette série qui me demande d’une part énormément de travail de retouche, et d’autre part parce que tous les jours (enfin pas vraiment mais presque !) j’ai de nouvelles scènes qui se déroulent sous mes yeux et que je trouve intéressantes. Actuellement, je suis un peu stoppée car ici c’est les vacances d’hiver qui vont durer encore jusqu’à mi-février au moins.

Voici donc les 3 photographies qui ont été retenues par Jennifer Shaw :

Par ailleurs, cette série semble rencontrer un écho très positif auprès du monde de la photographie en Chine car j’ai reçu quelques propositions d’exposition dans les mois qui viennent. Je vous en reparlerai à ce moment là 😉 Dans cette perspective, je suis en train de réaliser des sortes tableaux graphiques où je rassemble plusieurs photographies pour les imprimer en très grand format ou bien je réalise des diptyques, des triptyques, des photos individuelles, etc … C’est assez inhabituel pour une série qui généralement doit être du même format et de la même orientation. Mais dans le cas présent, je trouve que justement la variété des présentations contribue non seulement au graphisme général mais aussi illustre et renforce ce concept de l’ensemble pour lequel les parties qui le constituent ne peuvent pas être identiques.

Voici quelques photos pour vous donner une idée plus visuelle de ce que je veux dire …

Voilà où en sont les choses pour le moment ! C’est vrai que je suis très peu présente actuellement, mais outre cette connexion internet qui reste assez problématique il faut bien le dire dès lors qu’il faut passer la Grande Muraille Virtuelle de Chine, je suis très occupée aussi sur d’autres projets. Par exemple, je me suis lancée dans un nouveau livre d’artiste avec ma série « Continuum » dont je vous parlerai prochainement. Comme d’habitude, il me donne du fil à retordre mais …  qu’est-ce que j’aime ça 😉 A mon grand dam, je suis en train de migrer du logiciel Aperture à Lightroom que je continue à détester et je pleure sincèrement la fin annoncée d’Aperture. Mais il n’y a rien à faire je crois car à chaque mise à jour de mon ordinateur, la compatibilité s’amenuise ! Et … comme vous pourrez le constater pour les habitués du blog, j’ai fait un petit ménage de printemps dans le design du site.

Je vous souhaite à tous, chers lecteurs, une excellente journée et un bon week-end qui s’annonce !

 

Laurence

Laurence

Côté rêves ...Je dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu'ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique ... Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique "Cours". Plus apparentée à une "coacheuse photographique", j'aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

19 Commentaires

  •    Répondre
    Je suis très contente de toutes ces bonnes nouvelles! Ta série mérite vraiment de figurer dans le palmarès, je la trouve époustouflante! Tout me plaît : le sujet et le traitement! Bravo et encore bravo!
    Moi, je ne jure que par LR même si je ne maîtrise pas encore tout. Depuis que j’y ai touché, je suis devenue accro!
    Bonne journée!
  •    Répondre
    Bonjour Laurence,

    je viens tres souvent lire vos articles, m’inspirer de vos conseils et admirer vos photos, merci de partager tout ca avec nous c’est toujours un bonheur de venir vous lire! Je raffole de vos ecoliers! Je rentre de 2 ans passes à Shanghai et etais tres curieuse de voir ce qui allait vous inspirer à Pekin ;-)…J’aime vraiment beaucoup…Comment en etes vous venue à choisir ce traitement de couleur?
    (Si vous prevoyez d’aller à Shanghai ou à Hong Kong je serai ravie de vous aider si vous en avez besoin)
    Bonne route aux ecoliers!

  •    Répondre
    Oups! Nanjing!
  •    Répondre
    Un grand bravo pour cette exposition!
    La série a vraiment pris forme! tu as un bel « ensemble » justement!
  •    Répondre
    Félicitations!!! Si tu sautilles de joie, je bondis de joie pour toi!
    Bon j’ai déjà hâte que tu nous en dises plus sur ton nouveau livre d’artiste!
    Et comme toi … Je migre vers lightroom… Et je suis désorientée … Mais c’est certain! On y arrivera!
    Bises
  •    Répondre
    Mes très sincères félicitations. Tu mérites.. Suis content pour toi.
  •    Répondre
    […] Laurence Chellali, photographe dont j’admire beaucoup le travail vit en ce moment, un presque deuil. Son logiciel préféré est en train de la laisser tomber. Elle écrit : « A mon grand dam, je suis en train de migrer du logiciel Aperture à Lightroom que je continue à détester et je pleure sincèrement la fin annoncée d’Aperture. » Ah comme je la comprend!! […]
  •    Répondre
    Pfiou ma cocotte, tu migres non seulement sur LR mais surtout dans une dimension photographique supérieure. Ta série est époustouflante et ta façon de la présenter me séduit infiniment. Quelle progression depuis quelques années! Quant à ton site, en trois langues désormais, il est très pro. Bravo pour tout ce boulot.Je n’ose imaginer le nombre d’heures que tu y as consacré. S’agissant enfin de LR, j’ai aussi galéré au début mais je ne pourrais plus m’en passer aujourd’hui. Allez, courage, tu vas dompter la bête 🙂 Belle semaine à toi.
  •    Répondre
    Bonjour à toi amie Laurence et à ceux qui te suivent encore malgré l’éloignement.
    Comme d’habitude, j’ai été époustouflé par ta série et je ne suis pas étonné de son impact. Elle confirme une fois de plus mon opinion sur l’artiste du siècle que tu es à mes yeux, mais je suppose que tu me comptes dans les relations personnelles à l’indulgence trop systématique…

    Concernant Lightroom que j’utilise depuis ses débuts il y ‘a maintenant de nombreuses années, c’est de loin mon logiciel préféré, et pour tout dire, j’ai abandonné photoshop (que j’utilisais lui aussi depuis pratiquement ses débuts, 20 ans auparavant…) le jour où je l’ai découvert. Je pense le connaitre assez bien et si toi ou tes visiteurs avez besoin d’aide, n’hésitez pas à me contacter, ce sera avec plaisir 😉

  •    Répondre
    Bonjour , , , , , et ! Je vous remercie de tout coeur pour vos encouragements si chaleureux ! Je dois dire que cette série me plait énormément aussi 😉 C’est juste vraiment dommage que vous ne puissiez pas la voir en vrai. J’ai en effet effectué les grands tirages de ces « tableaux » et c’est vraiment amusant de se pencher sur chaque photo individuellement et d’y découvrir des petits détails qui nous échappent lorsque l’on regarde uniquement l’ensemble. Le résultat est qu’on peut passer vraiment beaucoup de temps à observer les scènes, et surtout, avec le sourire. Car au fond, ce que j’aime particulièrement ici, ce sont ces enfants qui loin d’être des simples éléments dépersonnalisés, sont au contraire d’une vivacité réellement touchante. Ces scènes nous montrent également à quel point tous les enfants du monde sont semblables dans leur attitudes. C’est quelque chose qui m’a toujours fascinée durant mes voyages aux 4 coins du monde.
    , merci de vos paroles à propos de cette série ! Alors pour répondre à votre question sur comment m’est venue l’idée du traitement, je vais bien malheureusement faire une réponse de normand 😉 Je ne sais pas vraiment, je crois que c’est un cumul de beaucoup de choses. D’une part, je ne suis pas une photographe de reportages au sens traditionnel du terme et je ne peut donc pas m’empêcher de projeter dans mes photos un sens qui va au delà de ce que le réel que j’ai devant moi donne à voir. En ce qui concerne donc cette série, je me suis demandé avant toute chose ce que ces scènes répétées jours après jour m’evoquaient, pourquoi elle m’intéressaient. Et c’est vraiment cette sensation d’ensemble qui m’a interpellée. Mais au delà de cela, j’aime, encore une fois, voir tous ces enfants pris individuellement. Que de fois n’ai-je entendu dire que « tous les chinois se ressemblent », qu’ils sont tous « matés » par le système. A cela je répond oui et non. Oui, de la même manière que nos propres systèmes « western » nous forgent une identité, une culture dont on se rend bien compte qu’on en est prodigieusement imprégnés (surtout lorsqu’on se confronte à une culture si différente de la nôtre). Non, car tous ces écoliers sont des individus dotés de libre-arbitre jusqu’à un certain point, exactement comme « nous » finalement.

    En ce qui concerne ce traitement noir et blanc-sépia, je crois que j’avais envie de tons doux depuis un petit bout de temps et j’ai pas mal « trifouillé » avant de parvenir à ce qui me convenait. Mais là encore, ce n’est pas si évident que cela, car bien souvent, j’ai l’impression que je ne fais qu’obéir à ce que la photo en elle- même m’impose. C’est ainsi que le seul sépia ne convenait pas tout à fait et c’est presque par surprise que j’ai découvert que le fait de conserver des petites pointes de couleurs par-ci, par-là était « juste ». J’ai donc choisi les 3 couleurs primaires : le rouge, le jaune et le bleu. Je trouve que cette « simplicité » colle bien au rendu très graphique de l’ensemble.

    Voilà Anne-Sophie, j’espère que j’aurais répondu en partie à vos questions ! Et merci pour la proposition d’aide à l’orientation à Shanghaï ou à Hong-Kong, je la retiens !

    Cath : pour le livre d’artiste, il va falloir encore attendre un peu car je fais toutes mes impressions de test à l ‘Université des Beaux-Arts parce qu’ils ont un papier que je n’ai pas trouvé ailleurs. Mais … ils sont en vacances jusqu’à fin février. je suis donc bien stoppée et ça m’énèèèèèrve 😉

    ma chère , je ne sais pas de quel site tu parles car ça fait un bout de temps qu’il est dans les 3 langues ;). Tu n’y avais probablement pas fait attention avant. Ici, sur le blog, il n’y a que la section « cours » et « à propos » et ce n’est pas demain la veille que je rédigerais les articles autrement qu’en français, ça me demanderai un travail bien trop important et chronophage !

    Cher , tu sais bien que je suis extrêmement touchée par la confiance que tu me témoignes et que ton avis m’est réellement précieux car je sais que tu dis ce que tu penses, y compris quand mon travail ne te plait pas ! Mais tu sais aussi que le fait de soumettre mes photos auprès d’un jury « neutre » est un baromètre intéressant aussi, n’est-ce pas 😉

    En ce qui concerne lightroom, je commence à m’y faire petit à petit. Mais je le trouve trop complet et sophistiqué pour mes besoins qui sont au final à 98% orientés sur la simple gestion d’une photothèque. Aperture proposait plus ou moins les mêmes fonctions et je ne m’en servais pas. Et je dirais heureusement !!!! Car du coup, je retrouve tous mes fichiers photoshop originaux. Si j’avais tout développé dans Aperture, j’aurais vraiment été ennuyée car j’aurais perdu toutes les étapes de mes réglages en passant sous lightroom. La leçon de ça, c’est qu’il ne faut pas devenir dépendant d’un seul logiciel : mes réglages, je les garde dans des calques dans un fichier photoshop (et lors de l enregistrement je maximise la compatibilité comme ça je peux l’ouvrir avec plein d’autres logiciels au cas où).
    Et puis autre chose … qu’est- ce que l’interface de Lightroom est moche et chargée !! Quand est-ce que des designers vont un peu se pencher sur la question ? Il y a des boutons, des traits, des cadres partout, on y voit rien ! Et je n’ai pas trouvé comment simplifier et personnaliser cette fichue interface. Bref, vous l’aurez compris, je ne suis pas encore convaincue, mais … je fais avec …

    Bonne journée à tous !!!

    •    Répondre
      Bonjour Laurence.
      Ton commentaire sur Lightroom m’a beaucoup fait sourire, car ma réaction immédiate lorsque je t’ai lu, c’est que je pensais exactement les mêmes commentaires en les retournant pour photoshop qui pourtant trouve grâce à tes yeux 🙂
      Tu as raison, Aperture était un logiciel qui n’assurait pas correctement la compatibilité avec les autres logiciels environnants, non Apple. J’ai du choisir à une époque, comme toi je suppose, car ma longue expérience d’apple, depuis quasiment ses tout débuts, il y a maintenant près de 40 ans (…) m’a systématiquement amené à la déception de logiciels, parfois fabuleux, abandonnés en rase campagne dès que les intérêts, notamment marketing, de la marque, se tournaient ailleurs. Attitude quasi systématique malheureusement vérifié une fois de plus avec l’arrêt d’Aperture. C’est donc pour cette raison que je n’avais pas retenu Aperture et m’étais tourné intensivement vers lightroom, choix que je n’ai jamais regretté depuis.
      Pour répondre à ta remarque, fort juste dans le principe, de ne pas dépendre d’un seul logiciel, outre le fait que tu dépends totalement de photoshop, je te fais juste remarquer que lightroom, c’est la même maison, Adobe, et qui si un jour lightroom disparaissait, il y aurait probablement du souci à se faire aussi pour photoshop…
      Tu veux maximiser la compatibilité ? Ca tombe bien, elle est totale entre lightroom et photoshop, notamment parce qu’ils utilisent le même moteur pour la « derawtisation ». Il s’agit de camera raw, commun aux deux logiciels. C’est seulement l’interface de traitement qui diffèrent entre les deux. Si tu compares les commandes tu verras que ce sont exactement les mêmes, mais présentées d’une façon différente. Tu préfères celle de Photoshop et moi je préfère l’interface de lightroom que tu considères moche et chargée, alors que je la trouve beaucoup plus limpide et intuitive que celle de Photoshop. Les gouts et les couleurs… Mais je peux répondre au moins à une de tes questions : pour une interface hyper claire, tu appuies sur la touche « f », tu vas être surprise. Pour simplifier quand tu travailles, tu peux appuyer sur les triangles de chaque côté de l’écran pour faire disparaitre ou apparaitre les panneaux qui te gêne. Plus simple, je n’ai pas trouvé… La seule nécessité, c’est de rentrer dans sa philosophie radicalement différente de celle de Photoshop, incroyable que deux logiciels puissent être aussi différents dans leur interface en étant chez le même éditeur. Et le plus étonnant, c’est qu’ils sont malgré tout totalement compatible. On peut ainsi appeler directement photoshop à partir de lightroom puis récupérer ensuite directement l’image modifié par photoshop dans lightroom (dans le menu déroulant /photo/modifier dans/photoshop ou raccourci clavier Commande-E.
      J’ai gardé le meilleur pour la fin : l’extrême compatibilité de lightroom avec la plupart des logiciels du marché. Pour cela, il suffit d’aller dans
      Lightroom/paramètres du catalogue et cocher la case « écrire au format xmp dans les fichiers annexes ». Dorénavant, toutes tes images seront doublées d’un fichier xmp, et la moindre de tes modifs écrites à l’intérieurs. La plupart des logiciels, dont photoshop bien sur sont capable de les lires et appliquer ces modifications sur l’image que tu ouvres avec eux. Et comme ces modifications sont non destructives, contrairement à photoshop, ton fichier d’origine reste intact, les modifications, toutes réversibles, restant dans le fichier xmp, C’est mieux et beaucoup moins lourd que les pesants et antédiluviens calques de photoshop… Je suis près à répondre à toutes les questions que vous vous posez sur ce logiciel que je connais bien, et qui est d’une souplesse incroyable.
      •    Répondre
        oups, un petit oubli pour cocher xmp le chemin complet est celui-ci :
        lightroom/paramètres du catalogue/métadonnées/écrire … au format xmp..;
        •    Répondre
          Bonjour ! Je ne sais pas pourquoi, mais ce n’est pas la première fois il me semble qu’un de tes commentaires tombe dans l’escarcelle des spams 🙁 J’en suis vraiment désolée ! C’est d’autant plus dommage que ton commentaire en aurait vraiment intéressé plus d’un compte-tenu des conseils que tu y donnes !!! Et malheureusement, la loi des blogs étant ainsi de passer les articles plus anciens dans les oubliettes, j’ai vraiment peur qu’il ne soit plus beaucoup lu.
          Bon, je vais quand même répondre à tes « moqueries » sur ma mauvaise foi 😉 Oui, oui, oui, je l’assume cette mauvaise foi. Je sais à quel point ce lightroom est pratique et super bien et tout et tout. je ne dis pas cela pour te faire plaisir, j’en suis convaincue ! Mais je ne sais pas pourquoi, je n’arrive pas à le prendre en main de manière décontractée comme ce que je faisais avant avec Aperture. Est-ce que c’est juste une question d’interface ? Peut-être … Mais tu vois, maintenant cela fait plusieurs mois que je l’utilise, et ce n’est pas encore ça, juste dans la gestion de la photothèque. Alors j’en suis encore très très loin avant de pouvoir l’utiliser directement sans passer par mes antédiluviens calques photoshop 😉 Promis Jean-Paul, quand j; aurais développé une photo rien qu’avec Lightroom, je ferais un super article et on fêtera ça au Champagne !!
          Merci vraiment de ta précieuse contribution !!!
  •    Répondre
    Chère Laurence, ça y est! Voilà que j’arrive à accéder à ton site et que je peux enfin laisser un mot. Et quel ravissement et fierté de lire ces belles nouvelles, qui, par ailleurs, ne m’étonnent pas. C’est formidable! Et ce travail est vraiment superbe!
    Comme je te comprends avec ce satané Aperture: moi-même je sais que lorsque mon ordinateur actuel va me lâcher, je devrais alors migrer… Et ce sera alors de nouvelles aventures et apprentissages, si je peux le faire.

    Bon, je vais aller déguster les poissons, et puis, ensuite, au dodo! Merci Laurence pour ces images si belles.

    Au plaisir, et encore bravo!

    Cécile

    •    Répondre
      Re-bonjour ! Oui, j’ai eu pas mal de malheurs avec mon site, mais je pense que maintenant tout est réparé ! Enfin, il y a encore un peu de boulot, mais l’essentiel est reparti comme sur des roulettes 😉

      Oui, tu vois cela fait maintenant quelques semaines que j’utilise ce satané lightroom, mais je ne suis pas encore à l’aise. J’espère que ça viendra avec le temps. Mais entre nous, je préfère « galérer »au fur et à mesure plutôt que d’avoir la mauvaise surprise de découvrir un jour que je ne peut même plus ouvrir Aperture. J’anticipe donc …

      Je te remercie pour tes félicitations, tu le sais, elles me vont droit au coeur !

  •    Répondre
    bravo coucou!
    Marie-Anne Ambry

Laissez votre commentaire