LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

ÉPHÉMÈRES2 min de temps de lecture


Nanjing (Nankin en français) est une ville absolument gigantesque pour l’échelle européenne. Bien qu’étant considérée (à juste raison !) comme une ville de province en Chine, il n’en demeure pas moins, pour se faire une idée, qu’il faut plutôt la comparer au modèle des villes américaines avec des rues qui sont des avenues pour nous, des stations de métro séparées presque tous les kilomètres, un fonctionnement par blocs immenses. Bref, parcourir Nanjing à pieds, c’est une ballade de plusieurs kilomètres garantie !

Mais bien que l’urbanisation y soit féroce, c’est une ville extraordinairement verte, remplie d’arbres centenaires (notamment des platanes)  et surtout jalonnée de parcs tous plus beaux les uns que les autres. Et figurez-vous, aussi paradoxal que cela puisse paraître, j’ai par conséquent plus que jamais envie d’y réaliser des photos de nature ! C’est que je me retrouve ici avec une matière première incroyablement diversifiée et un art du jardinage et de l’aménagement paysager que je n’aurais jamais soupçonnés.

C’est ainsi que ces derniers jours j’ai vu s’épanouir en un clin d’oeil des fleurs que je ne connaissais pas. On m’a dit que celles-ci, dont j’ignore totalement le nom, sont typiques de cette époque de l’année et qu’elles fleurissent et se fanent en l’espace d’une quinzaine de jours. Je n’ai donc pas eu un instant à perdre et j’ai profité d’une belle lumière de fin d’après-midi pour aller dans un petit parc au pied de chez moi et essayer de les apprivoiser. Je vous livre donc ici leurs images. Si quelqu’un d’entre vous peux m’en dire plus sur cette fleur mystérieuse pour moi j’en serais fort reconnaissante !

 

 

 

Les différences de couleurs sont liées aux différents réglages que j’ai utilisés pour réaliser ces photographies (sur-exposition, sous-exposition, vitesse d’obturation, etc …), de la manière dont la lumière frappait les fleurs ainsi que de ma position vis à vis de celle-ci. Ajoutez à cela des corrections de contraste par ci par là en post-production et vous obtenez des images aux nuances bien différentes. Souvenez-vous, la photographie ne représente pas la réalité en tant que telle, mais celle que l’auteur a bien envie de vous montrer !! 😉

 

ephemere4

 

* Un clic sur les images vous les fera voir en plus grand … Et ci-dessous une image du contexte plus global pour aider à la reconnaissance de la belle éphémère 🙂

ephemere

 

Laurence

Laurence

Côté rêves ...Je dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu'ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique ... Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique "Cours". Plus apparentée à une "coacheuse photographique", j'aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

19 Commentaires

  •    Répondre
    quelles ont belles tes photos!, merci ma Laurence
  •    Répondre
    magnifique, j’ai « ecouté » ça sur fond de marc knopfler , le pied !
  •    Répondre
    Plume végétale et flamboyante! Je pense à une Nérine rouge, mais sans aucune garantie… La vue d’ensemble est saisissante!
  •    Répondre
    C’est vrai que lors de ma visite en Chine, les fleurs ne sont pas les 1ères choses que j’ai remarquées… Jolie série!
  •    Répondre
    Féerique, tu me fais rêver et me donne envie d’aller visiter ces jardins. Merci Laurence, donne moi encore beaucoup de photos comme celles-là.
  •    Répondre
    Très délicat et poétique comme toujours ! Effectivement, comme le suggère Gine, ce sont peut-être des Nérines…
  •    Répondre
    C’est magnifiques, de très belles variations autour d’une fleur que je ne connaissais pas non plus.
    On dirait les cils d’une élégante demoiselle
  •    Répondre
    Coucou Laurence, comme je suis contente pour toi, et surtout pour nous, que tu aies trouvé de la nature à « Macrotiser » car tes visions sont toujours enchanteresses. Je ne peux vraiment pas t’aider pour nommer ces merveilles mais merci d’avoir régalé mes pupilles ce 1er matin d’octobre 🙂
    Bises et belle fin de semaine
  •    Répondre
    Bonjour Laurence,
    Très jolie fleur qui, sous ton regard donne l’illusion d’un feu d’artifice avec ces étamines qui s’expriment tel un bouquet final … J’espère que l’on aura la chance de découvrir d’autres séries macro sur la faune chinoise par la suite 😉
  •    Répondre
    Comme je suis contente de retrouver la magie et la douceur de tes photos. Par contre, ne compte pas sur moi, piètre jardinier, pour t’aider à trouver le nom de cette fleur … Ephémère, c’est joli, non ?
  •    Répondre
    Sur les fleurs, je ne peux rien dire par contre, les photos c’est d’la bombe!
    J’aime beaucoup la façon dont elles sont prisent.
    Bravo!
  •    Répondre
    Bonjour Laurence de Nankin, joli dépaysement que tu offres là, tant par ta prose soignée et imagée que par tes clichés toujours pleins de poésie. Merci. Amitiés. Jonas
  •    Répondre
    Joliiiii !! Moi aussi je pense à des battements de cils en voyant ces photos… Merci Laurence !
  •    Répondre
    Bonjour chers , , , , , , , , , , , , !
    Merci de tout tout coeur pour vos mots aussi délicats que ces belles éphémères 😉
    Je suis donc allée voir ce que sont les Nérines, et de ce que j’ai vu en photo, je ne pense pas qu’il s’agisse de ces plantes. Elles se ressemblent, peut-être sont-elles de la même famille, mais ce sont surtout par leurs étamines qu’elles se distinguent fondamentalement des nérines. L’enquête doit donc continuer 😉
    En tout cas, j’ai bien fait la semaine dernière d’y aller, car comme on me l’avait dit, je suis retournée les voir et … elles avaient effectivement disparu ! Il ne restait d’elles que leurs tiges. Ce qui est fascinant, c’est qu’il n’y avait plus aucune trace des fleurs ! Comment font-elles pour se donner le mot ? Elles ont fleuri exactement en même temps et ont fané exactement de la même manière. C’est assez incroyable. Vous pensez qu’elles se parlent entre elles ? Il doit y avoir un phénomène biologique assez fascinant pour obtenir une telle synchronisation, non ?
  •    Répondre
    Si la photographe a déménagé, son oeil, lui, n’a pas changé!
  •    Répondre
    Je pense qu’il s’agit effectivement d’une variété de nérine, si tu tapes « spider lily flower », tu vas tomber dessus dans les images proposées. Famille des amaryllis.
    Mais quel que soit son nom, c’est ravissant, et encore une fois ton interprétation est joliment personnelle.
  •    Répondre
    Ca y est j’ai trouvé son vrai nom, lycoris radiata. Spider lily n’est qu’un pseudo. 😉
  •    Répondre
    « Souvenez-vous, la photographie ne représente pas la réalité en tant que telle, mais celle que l’auteur a bien envie de vous montrer !! 😉 » Ah que voilà une phrase qui ferait un bon début dans un débat avec des photographes.
  •    Répondre
    : Si ! Mon oeil change, mon âme change, tout le temps, tous les jours. C’est le Ying et le Yang qui me disent ça 😉 😉 😉

    : Ouiiiiii, tu as trouvé ! Ahhh, je savais bien qu’il y aurait quelqu’un parmi vous qui trouverait l’énigme ! Mais comment as-tu fait ? Tu la connaissais déjà avant ? Du coup, je suis allée voir et je constate avec surprise qu’ils ne parlent pas de cette durée de floraison si éphémère et synchronisée ! Car comme je le disais dans un commentaire précédent, depuis je suis retournée voir ce « banc de fleurs » et il n’en reste plus une fleurie. Il n’y a maintenant plus que les tiges, sur TOUTES ! Incroyable, non ? En tout cas merci à toi de ton éclairage 🙂 🙂

    : en effet, et pas qu’avec des photographes d’ailleurs ! mais qui sait avec l’avènement de tous ces filtres plus délirants les uns que les autres sur les smartphones, l’usage des selfies, etc … les gens vont-ils commencer à mieux comprendre la subjectivité profonde et totale de la photographie et qu’elle n’est qu’une interprétation de ce qu’on voit ?

Laissez votre commentaire