FILTRE ORANGE

Filtre Orange

Une image à visualiser dans le noir !

 

  1. Tu nous guides dans l’obscurité ces jours, j’aime beaucoup ! Moi aussi je me demande bien comment a été prise ta photo, l’effet de perspective fait un beau trompe l’oeil avec la différence d’éclairage entre les deux statues.
  2. Bonjour !

    C’est drôle comme cette photo vous semble mystérieuse ! Et pourtant, les conditions de prise de vue et le point de vue sont d’une banalité presque « affligeantes » : la piazza di Ferrari (un grande place centrale à l’entrée de la vieille ville), une statue de Garibaldi très haut perchée sur son socle et dans le fond le sommet d’un bâtiment surplombé d’un statue au bras manquant. Je suis quasiment sous la statue, les bras tendus avec mon petit appareil photo et comme souvent, j’attends simplement qu’un oiseau passe histoire de remplir un peu le cadre et surtout donner de la vie à ces statues. Il fait très beau, le ciel est bleu, la statue de Garibaldi est encore plongée dans l’ombre alors celle du fond est en plein soleil.

    C’est en fait surtout ce contraste qui m’a plu et que j’ai eu envie de travailler. J’avais donc en tête déjà une photo en N&B contrastée à l’extrême. J’y suis donc allée franchement pour la sous-exposition (-1,33ev) car je voulais absolument que ma statue du fond soit bien exposée. Et comme je voulais que tout soit net, j’ai fermé mon diaphragme au maximum (f/16). Ensuite, à la maison, j’ai tout simplement ajouté un filtre orange à mon n&b.

    Vous voyez, rien d’exceptionnel, ceci dit je suis d’accord avec vous que, entre ce très fort contraste et ces 2 perspectives mises sur le même plan grâce à une absence de profondeur de champs, le résultat est quand même intéressant ! Et je suis absolument ravie que vous ayez noté vous aussi ces incongruités qui font de cette photo une photo-souvenir un peu moins banale 🙂

    Je vous souhaite un excellent début de semaine !!

  3. Le chevalier passe,
    et la belle, l’appelle…
    Mais il est cruel,
    d’ombre et de cuirasse.

    La belle, la pucelle,
    lève haut son bras,
    le lève à tire-d’aile,
    qu’il ne la laisse pas.

    Las… De ténèbres,
    le grand, le célèbre,
    ignore l’appel,
    ignore la belle.

    La voilà abandonnée
    certes de lumière parée,
    mais au socle condamnée,
    et manchotte qui plus est…

    Nathanaël.

  4. Nathanaël : tu as raison, quel salop cet imbécile de chevalier prétentieux !!! Merci de tout coeur pour ta prose qui en fera certainement sourire et rire plus d’un d’entre nous !!
  5. J’aime beaucoup cette photo aussi. Là-aussi on a l’impression que ça vibre, que ça raconte des choses profondes. Une atmosphère qui a quelque chose de spirituel je trouve. Garibaldi immense- on le dirait guidé par ce personnage lumineux, écoutant aussi le message de l’oiseau.
  6. Je me ballade avec un réel plaisir a travers ton blog, et il y a toujours une pépite à découvrir.
    On s’en fout de la technique, ce qui compte c’est l’émotion esthétique que suscite l’image et en cela tu es toujours dans la création artistique.
    1. Merci Jean-Pierre !! C’est sûr, la technique est vraiment secondaire. Elle n’est q’un outil, un moyen pour arriver à nos fins 🙂

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.