LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

FONTAINE


fontaine

Ne jamais dire fontaine je ne boirais pas de ton eau

Une expression qui me laisse perplexe et que je trouve à la fois réaliste et très effrayante

—————-

Edit pour les gens perplexes

C’est vraiment drôle que cette photo vous ai laissé aussi étonnés. Bon, je me doutais bien qu’elle n’était pas si facile que ça à lire, du coup, je lui ai donné un titre qui me semblait très simple et descriptif : « Fontaine », car il s’agit bel et bien du haut d’une fontaine, archi connue à Genova et photographiée des milliers de fois. Je vous la mets ci-dessous :

fontaine2

 

Cette photo ressemble tellement à tout ce que j’ai déjà vu que je n’avais pas du tout envie de vous montrer ça. Voyez-vous, moi aussi je fais des photos banales au démarrage d’une prise de vue. J’espère que maintenant que vous pouvez visualiser la scène ma première image vous laisse un peu moins perplexes !

Revenons-en à ma première image. Après avoir cherché comment je pourrais me servir de cette eau qui jaillissait, j’ai décidé de supprimer du cadre tout ce qui pouvait nous rappeler concrètement cette fontaine. Et comme en ce moment j’ai en tête des images qui pourraient rappeler des notions de légèreté, de fluidité, cette eau en l’air m’a semblé intéressante.

J’ai pensé à un moment retourner mon image (c’est plus logique que l’eau tombe !), mais la présence de l’oiseau ne colle du coup plus du tout parce qu’il se retrouvait à l’envers.

Je vous l’accorde, c’est vrai que c’est une image déstabilisante (mais c’est pour cela qu’elle me plait !!) et qui ne se laisse pas voir ou regarder sans prêter attention. C’est peut-être un tord. Ceci dit, je trouve qu’elle illustre parfaitement ce dicton que j’ai cité « Ne jamais dire fontaine je ne boirais pas de ton eau ». En travaillant mon image, j’avais ce dicton en tête et plus j’avançais, plus je trouvais que ma sensation désagréable se concrétisait dans cette image. Car si ce dicton s’applique à une morale qu’on se forge soi-même idéalement, dans les faits concrets, ce n’est pas la même histoire ! Je ne suis objectivement et honnêtement pas capable de vous dire quelle pourrait être mon attitude face à une situation de souffrance extrême (physique ou psychologique peu importe). Ainsi, la question de ce que je suis capable de faire ou non ne se pose même plus. Jusqu’à un certain point (mais lequel ?), je suis sûre de moi. Mais au delà ? Et mon impression du coup très inconfortable vous en conviendrez, est exactement  à l’image de cette photo où quelque chose ne va pas alors que pourtant tout est à sa place, logique et évident. Le noir et blanc que j’ai choisi durcit considérablement la scène et rend l’eau très irréelle. Le ciel n’est plus bleu il est noir. L’oiseau semble fuir quelque chose de très puissant, prêt à jaillir (jaillissant même) et menaçant. Bref, comme le dit très très bien Cathy B, cette photo raconte véritablement plus qu’elle ne décrit le drame de cette expression et nos noirceurs profondes.

Voilà mes explications sur cette photo et cette expression qu’on utilise d’ailleurs couramment et souvent de manière assez légère. Mais quand on y regarde de plus prêt, brrrr, ça donne des frissons !

 

 

Laurence

Laurence

Côté rêvesJe dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu’ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique … Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique « Cours« . Plus apparentée à une « coacheuse photographique », j’aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

14 Commentaires

  •    Répondre
    Bonjour Laurence,
    Je me rends compte que j’ai le même ressenti par rapport à ce dicton. Je n’ai pas envie de dire que ta photo illustre cette expression, mais plutôt qu’elle la raconte. Sous le regard indispensable de l’oiseau, bien sûr ;-). Bref, j’aime beaucoup!
    Bonne journée!

    PS: toutes mes amitiés au sympathique Jules, que j’ai failli rater: la publication vient seulement de m’être annoncée, en même temps que celle-là. Décidément, les flux RSS…

  •    Répondre
    Bonjour Laurence.
    ton image me laisse perplèxe. Je la regarde encore et encore. j’ai plus la sensation qu’il est question de remonter à la source. Sans doute une de ces images que j’aimerai voir affichée dans une galerie pour entendre les commentaires..
  •    Répondre
    Cette photo me laisse perplexe … Tu as dû remarquer (à force) que j’aime « comprendre », c’est un besoin …je n’y peux rien, et là … je ne suis pas sûre de comprendre comment c’est fait … La logique me souffle : c’est le haut d’un jet d’eau qui s’élance vers le ciel, mais je « vois » autre chose, quelque-chose de mystique …
    Bonne soirée
    PS : ah, je viens de voir que je ne suis pas la seule à être perplexe 😉 (j’ai pas copié, promis)
  •    Répondre
    Bonsoir Cathy B, Dominique et Véro ! Je vous ai laissé une réponse en écrivant un « édit pour les gens perplexes » directement dans l’article avec une photo d’illustration. Peut-être y verrez-vous plus clair ?

    Merci de tout coeur pour vos réactions si enrichissantes !!!

  •    Répondre
    Très belle photo. Mais j’aime bien ce dicton, l’idée que la vie nous réserve bien des surprises et qu’on ne peut jamais savoir de quoi demain sera fait. Sur la photo comme une force jaillissante dont on ne sait jusqu’où elle peut aller – cycle de l’eau Fontaine et nuages Possibilité des métamorphoses
    Merci, c’est beau et ça fait partir!
  •    Répondre
    moi j’aime bien ce genre d’ambiance sombre et mystérieuse, tirée de la réalité qui plus est : ou comment utiliser son regard pour transformer un truc banal en mystère.
  •    Répondre
    Bonjour !

    Bienvenue Cardamone et un grand merci pour ton message ! Je suis toujours trés émue, comme je le dis sur ton blog après être allée à sa découverte, lorsque qu’un « non photographe » décide de rester sur mes pages et d’y laisser une trace de son passage. Je me dis que j’ai réussi à interpeller au delà de la simple image et provoquer d’autres types d’émotions que les seules émotions visuelles. Et pour moi c’est formidable ! Pour rebondir sur ta réflexion, je dirais que bien sûr, on peut voir les choses de manière très positive comme tu le fais et ma nature me porterait à penser comme toi. Mais mon expérience grâce à mon avancée en age 🙂 me dit d’être prudente avec ce genre d’affirmation car effectivement, si elle me permet de me dire que je ne sais pas de quoi demain sera fait, elle me dit aussi attention, tout peut être justifié si on est acculé à l’extrême.

    Ronan, merci de ton soutien 🙂 Eh oui, nous sommes de vrais metteurs en scène d’ambiances et, wouhaou, comme c’est excitant !!!

  •    Répondre
    Bonjour Laurence,

    Je trouve vraiment extraordinaire la manière que tu as eu de transformer cette image banale (pour toi, parce que moi je la trouve parfaite, mais je comprend ce que tu veux dire) pour en faire quelque chose de tellement personnel.
    C’est une image qui ne m’a pas laissée perplexe .. elle m’a interpellée mais mon premier réflexe n’a pas été d’essayer de comprendre comment elle avait été réalisée, la première impression est surtout « sensuelle », et là, j’ai tout de suite aimé ses contrastes.

  •    Répondre
    This is really wonderful! I’ve gone through some of your previous posts as well and you have a very impressive photographic talent. Excellent.
  •    Répondre
    Mais que fait cet oiseau qui vole sur le dos, dans l’écume de cette surgissante fontaine ? Fontaine de prudence, fontaine de jouvence, fontaine de nos tourments, elle danse, elle danse, on ne doit jamais dire jamais et on boit tous son eau, on boit tous la grande tasse, c’est une lame d’eau, Excalibur rejaillissante qui tranchera nos ambivalences.

    La baieta, Laurence.

  •    Répondre
    Coucou Laurence, on regarde souvent une image en fonction de son humeur du moment et la mienne doit être très bonne parce que je la trouve très positive ta photo.. J’y vois de la force (la puissance de l’eau), la promesse d’un avenir meilleur (l’envol de l’oiseau dans la lumière)…. Et au premier coup d’œil, j’ai cru que tu étais venue à geneve sans rien me dire (grrrr….)’;-) bon dimanche!
  •    Répondre
    Bonjour à vous et merci de nous avoir laissé vos impressions !!

    C’est drôle comme cette « seconde vague » de commentaires est plus apaisée que la première, en tout cas pour vous Marie et Spiruline. Tant mieux !!

    Nathanaël, comme à ton habitude ton verbe n’est pas indifférent, loin de là et tes mots sont très certainement là à l’image de cette photo : pleins de force !!

    Ken bello, thanks very much and welcome here ! Hope to read you again 🙂

  •    Répondre
    époustouflants noirs et blancs !!!
  •    Répondre
    Une lumière superbe pour cette fontaine !

Laissez votre commentaire