GUEULE D’ABSTRAIT

Pour cette 8ème édition de la Boîte à Photos, nous avons décidé de plancher sur le thème de la photo abstraite. Tout au long de cette semaine, nous vous proposons donc d’étudier de plus près ce style de photographie assez particulier et j’espère que celui-ci n’aura plus de secrets pour vous ! Pour ma part, j’ai choisi (comme souvent !) de ne pas vous parler de technique, mais plutôt de partager avec vous ma conception de la photo abstraite.

Une photo peut-elle être abstraite ?

Partons du tout début du questionnement et posons-nous la question de savoir si la photographie, par sa nature même, peut produire des images abstraites.

abstrait

Physiquement, bien entendu, c’est impossible ! La photographie s’appuie sur le monde concret et le reproduit en deux dimensions. C’est d’ailleurs là que tout l’art du photographe entre en jeu. Bien au delà de l’aspect technique, qui somme toute demande peu ou prou de virtuosité, c’est sa capacité à mettre en scène la réalité par le cadrage et la composition qu’il va produire une image plus ou moins forte. Au contraire du peintre (pour rester dans les arts visuels) qui peut créer de toute pièce des formes sorties directement de sa pensée, le photographe lui doit s’accommoder du réel dont il dispose

Ainsi, en soi, on peut dire que la photographie abstraite n’existe pas. Et pourtant, une image n’est rien d’autre qu’une forme d’abstraction qui trouve sa réalité dans la construction du cerveau humain (et peut-être chez d’autres espèces animales dites « évoluées »). Pour preuve, mettez un animal devant une photographie et pour lui ce n’est pas une image, mais un obstacle visuel qui l’empêche de voir plus loin. Un chien est bien incapable de reconnaître un autre chien dans un photo et ce n’est que dans la publicité qu’un chat va piéger son maître en remplaçant le poisson rouge de l’aquarium par une photo !

J’en déduis donc que si la photographie abstraite n’existe pas en soi, la représentation abstraite qu’on se fait d’une image existe bel et bien.

De la forme concrète à la forme abstraite

Ainsi, puisqu’on sait que la palette du photographe est le monde concret et la lumière, il nous arrive la plupart du temps de nous questionner sur l’origine réelle d’une photographie dite « abstraite ». On se demande quel objet a été photographié et quel procédé a été utilisé.

abstrait1 (1)

abstrait (2)

abstrait (1)

abstrait (3)

Le photographe s’est-il servi du flou de profondeur de champs, de mise au point, de bougé ? Est-ce un paysage, une macro ? Comment cet objet ou cette scène a-t-elle été fragmentée pour que j’en perde toute notion d’échelle ou quel cadrage surprenant le photographe a-t-il choisi pour me faire perdre à ce point pied avec la réalité ? Ces questions qu’on se pose lorsqu’on regarde une photographie abstraite, on doit faire de même lorsqu’on a l’intention d’en faire une.

Au fond, cela revient pour le photographe à s’abstraire lui-même de la réalité et à prendre la liberté de voir des « choses » que seul il peut voir au moment de la prise de vue. L’adage qui dit que le photographe ne voit pas comme tout le monde  prend pleinement son sens en photographie abstraite.

Je crois pour ma part qu’une photographie abstraite est réussie quand le spectateur renonce à se poser ces questions par rapport au monde concret. Cela signifie alors que le photographe est parvenu à donner une dimension graphique, colorimétrique, poétique ou conceptuelle suffisamment forte pour que cette référence ne soit plus nécessaire et qu’elle disparaisse derrière le message visuel ou conceptuel.

La question n’est plus alors « qu’est-ce que c’est » mais « qu’est-ce que je vois » ?

Ainsi, ce n’est pas parce qu’une photo est floue, bougée ou encore qu’elle a un cadrage serré que cela suffit à en faire une photographie abstraite. Si la référence au monde concret est trop présente ou évidente, le spectateur aura du mal à s’en défaire pour se laisser emporter dans le monde « poétique » du photographe. Par exemple, les photos ci-dessous ne sont pas des photos abstraites selon moi. Elles jouent sur le graphisme, la couleur, la surprise, mais je pense que leur référence au monde matériel est trop forte pour en faire des photos abstraites. De la même manière, je pense qu’il ne faut pas confondre avec des photos que j’appellerai « impressionnistes ».

abstrait (4) abstrait1

abstrait2

 

Les différents types de photo abstraite

J’ai envie de donner 3 grandes catégories aux photos abstraites. Celles qui donnent la priorité au graphisme et/ou à la couleur, les photographies conceptuelles et celles qui relèvent de la pure création sans appui au monde concret visible.

Les photos dites graphiques

Dans les photos ci-dessous, j’ai donné la priorité au seul graphisme final. Il n’y a rien d’autre à voir que des lignes et des formes que j’ai jugées harmonieuses soit au moment de la prise de vue, soit au moment de la post-production pour les photos en mouvement (il est en effet extrêmement difficile de se rendre compte exactement sur le moment de la qualité globale d’une photo où le mouvement entre en jeu. Il y a souvent de multiples tentatives !)

Par ailleurs, vous remarquerez que les photos abstraites peuvent être indifféremment en couleur ou en n&b

abstrait1 (2)

abstrait2 (2)

abstrait6

abstrait8

 

Les photos dites conceptuelles

Poussons à présent les choses un peu plus loin. Nous avons vu plus haut que par essence la photo est la représentation abstraite d’une réalité concrète. Et pourquoi alors ne pas aller au coeur même de l’abstraction et tenter de représenter une idée, un concept. Réaliser une photo abstraite d’une abstraction (non, je vous jure, je ne rigole pas !!). Étant donné l’infinie diversité de nos perceptions individuelles, il faut souvent que le photographe ajoute un titre pour aider le lecteur à pénétrer la photo et à en comprendre le sens au-delà de ce qu’il voit. Mais pas toujours. Pour certains, telle photo aura un sens évident alors que pour d’autres elle sera impénétrable ou elle sera comprise dans un tout autre sens. L’important est de faire comprendre qu’il faut aller chercher un sens qui dépasse la forme.

Prenons un exemple concret : les mathématiques et la géométrie. Il n’y a rien de plus abstrait, n’est-ce pas ?

Angle droit Ici, j’ai souhaité représenter le concept de l’angle droit. Remarquez-vous qu’on peut voir l’angle droit soit en creux soit en relief ?…

abstrait (6)

Intersection

abstrait3 Mais quittons un peu le monde des mathématiques pour plonger dans celui plus poétique des symboles  

Esprit Il ne s’agit bien évidemment pas d’un vrai fantôme, mais cette espèce de forme vaporeuse formée par un voilage pris en pause lente m’évoque indéniablement un esprit vagabond. Cette photo fait partir d’une série qui porte sur la mémoire …

abstrait (5)

Fukushima Ici encore une fois la photo n’a rien à voir avec la réalité. Il s’agit d’une macro d’un espèce de kaléidoscope. La forme sombre dans le fond m’a fait penser au mont Fuji au Japon et les prismes en forme de vague m’ont évoqué une tempête. Le mont Fuji symbolisant universellement le Japon, il n’y avait qu’un pas pour transformer cette fausse tempête en tsunami puis en Fukushima. Il s’agit donc à nouveau d’une photo abstraite conceptuelle …

abstrait7

Nu Nous retrouvons notre angle de mur déjà vu plus haut mais cette fois-ci traité de manière radicalement différente. Une composition en diagonale, une exaspération de la teinte initiale rosâtre et un jeu avec les ombres et voilà que j’ai vu les cuisses d’une femme nue assise. Rien à voir avec la réalité ni non plus avec mon angle droit précédent !

abstrait4 (1)

Survivance On pourrait penser que cette photo ne peut en aucun cas être considérée comme abstraite puisqu’elle représente clairement et objectivement un élément concret de la réalité. Pourtant, je la classe dans la catégorie des photos abstraites car elle évoque indéniablement aussi une espèce d’animal irréel,  avec une gueule ouverte, des naseaux, un oeil, une patte, des écailles qui n’a rien à voir avec la réalité. C’est une paréidolie qui se joue de notre faculté mentale à reconstituer des éléments reconnaissables à partir d’éléments vagues.

abstrait1 (3)

Origines De la glace, du soleil, mon ombre, un dédoublement de la photo en post-production et nous voici en compagnie d’une représentation que je me fais de nos origines.

abstrait2 (3)

Mirage Dans cette photo, on reconnait assez facilement la mer. Cependant, je pense que c’est quand même une photo abstraite car cet élément en lui-même assez indéfini et mouvant laisse toute la liberté à notre imagination. Bien qu’aux contours flous et aux couleurs ton sur ton, il se dégage de cette photo un graphisme subtil qui me laisse entrevoir ce que j’ai envie de voir. C’est comme un mirage …

abstrait3 (1)    

 Les photos abstraites « hors catégorie »

Pardonnez-moi, mais je n’arrive pas à trouver de classification pour le type de photo dont je souhaite vous parler et que j’expérimente ces derniers temps. Je ne pouvais pas ne pas vous en parler dans ce thème ! Il s’agit de photos du reflet d’objets dans la lentille de l’objectif. Je vais essayer de mieux m’expliquer en vous montrant 3 photos :

abstrait1 (4)

abstrait2 (4)

abstrait3 (2)

Ici, on reconnait bien évidemment qu’il s’agit d’une plante. Mais ce que j’ai photographié, ce n’est pas la plante en elle-même, c’est son reflet dans la lentille, ou plus exactement l’ombre qu’elle produit en se reflétant dans la lentille. Techniquement, j’ai fait la mise au point sur cette ombre.

Je classe ce type de photos dans la catégorie des photos abstraites car physiquement mon sujet n’est pas la plante en elle-même, mais la lumière qu’elle produit et la réaction de cette lumière sur les différentes lentilles de mon objectif. Le moindre infime mouvement de mise au point modifie complètement l’image qu’on obtient. J’aime cette idée que l’on peut photographier un objet qui n’existe que dans certaines conditions particulières et que si ces conditions ne sont pas réunies il n’existe plus et disparait. C’est fascinant n’est-ce pas ?

Dans le même ordre d’idée mais en allant plus loin encore dans l’abstraction du monde concret : photographier la lumière, pour ce qu’elle est ! Dans les 2 photos ci-dessous, mon sujet n’est strictement rien d’autre que la lumière à travers les lentilles. Aucun reflet d’objet physique, mais juste un alignement donné et unique des particules de la lumière.

abstrait4

abstrait5

 

 En conclusion

Le monde de la photographie abstraite a ceci d’intéressant que la frontière entre l’intention du photographe et la sensibilité du lecteur est infime. Le monde ne s’arrête pas à ce qui a été photographié physiquement mais il ouvre sur des portes où le créateur et le spectateur ont chacun une immense liberté. Une fois encore, l’objet d’une photographie abstraite n’est pas « qu’est-ce que c’est » mais « que vois-je ». Ne trouvez-vous pas cela excitant ?

Mais comme toute liberté, celle-ci n’est pas facile à maîtriser. Techniquement parlant,  les méthodes pour obtenir des photos abstraites ne sont pas plus compliquées que pour obtenir n’importe quel autre type de photo. Ce qui est difficile me semble-t-il c’est qu’à cause son absence de référence au monde concret il faut que la photo ait suffisamment de contenu, de matière (physique ou conceptuelle) pour qu’elle crée  un autre univers de représentations, souvent poétique d’ailleurs. La photographie abstraite est une invitation pure à la réflexion et … au rêve …

 

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

 

logo_laboiteaphotos_hd_carre-300x300

Pour ceux qui connaissent pas la Boîte à photos, il s’agit d’un collectif de blogs francophones parlant de photographie et qui chaque mois propose de réfléchir autour d’un thème choisi ensemble. Chacun étant libre de traiter le sujet à sa manière, cela donne une vraie richesse et diversité de points de vue que je suis certaine, vous ne manquerez pas d’apprécier !

Pour cette édition de la Boîte à photos, c’est Régis Moscardini de Auxois Nature qui joue le rôle de site hôte et qui a donc l’énorme responsabilité de rassembler nos articles sur une même page et d’en faire la synthèse en fin de semaine.

[green_box]A signaler une grande nouveauté à l’occasion de cette édition : la Boite à Photo est désormais disponible sur smartphones iOS et Androïd avec l’application GoodBarber. Cette application rassemble tous les articles de toutes les éditions actuelles et passées de la boîte à photos dans un seul endroit. N’hésitez pas à la télécharger en cliquant sur le logo ci-dessous, elle est gratuite !![/green_box]

logo-goodbarber

Par ailleurs, vous pouvez toujours nous retrouver  sur Facebook ou sur Twitter !!

Merci à Laurent Vaissade de jogg.com pour le logo

  1. Superbe article et superbes photos Laurence. La photo abstraite, je crois que c’est un domaine dans lequel il faut savoir complètement se lâcher. Du moins, me concernant, il y a encore un an, en tant que débutante, je ne m’y serai pas aventurée, mais maintenant que je maîtrise relativement bien la technique et les bases, cela ne me fait plus peur et j’ose davantage m’aventurer sur ce terrain, m’affranchissant des règles pour un peu plus de créativité. 🙂
  2. Salut Laurence !

    Un excellent article, beaucoup de plaisir à le lire, bravo ! Et les photos qui l’accompagnent sont toutes aussi superbes 🙂

    Avoue le, le thème a été choisi pour toi ? ^^

    C’est un domaine qui me lait beaucoup, il faudrai que je retente un peu.

    Par contre, je suis désolé mais je n’ai absolument pas compris tes photos où tu photograohie l’ombre de la plante sur les lentilles… Tu l’as fait où la MAP ? 🙂

  3. Tu es très forte pour ce genre d’images Laurence et ça tombe bien, j’adore ! Tes photos sont de toute beauté. Je crois que c’est dans ce type d’image que je me retrouve le plus, même si j’en publie très peu car c’est bien difficile de trouver son public…
  4. Laurence, je te retrouve pleinement dans cet article. Oui c’est toi et bien toi! Poète et en même temps tellement près des choses, tellement près d’ailleurs…..j’adore tes photos et celles la particulièrement. peut être parce que cela rejoint ma vision des choses, mon regard sur l’art. quelle dextérité tu as, quelle inventivité, (la dernière partie,je n’ai pas tout compris…comme Thomas)
    Tellement beau. bravo. bises
  5. Très bel article Laurence. J’aime ta systématique, ta manière de présenter le sujet et surtout tes images, qui sont un régal pour les pupilles. Comme Thomas et Christine, je n’ai pas bien capté cette histoire de mise au point sur un reflet dans la lentille. Tu m’expliqueras tout cela de vive voix bientôt hein??? A bientôt:-)
  6. Bonjour à vous !

    Merci d’avoir eu la patience de lire jusqu’au bout ce long article ! C’est qu’il m’a fait chauffer les méninges, pas vous ?

    plume et zoom : Je ne sais pas s’il faut plus se lâcher lorsqu’on fait de la photo plus que pour les autres. Oui et non … Oui parce qu’il ne faut pas hésiter à aller bien au delà de ce qu’on voit au premier abord. Non, parce que justement cela demande une grande concentration, une sorte d’énergie qui est différente sous peine de tomber dans le n’importe quoi ou le facile. Comme tu le dis fort bien, je crois qu’on peut aborder sereinement ce genre de photos quand on a acquis de l’expérience et que justement, on a suffisamment bien intégré les règles pour en faire ses alliées !

    Thomas, Christine et Spiruline. Tout d’abord merci de vos commentaires enthousiastes. Non Thomas, le thème n’a pas été choisi pour moi, mais j’avoue avoir été contente quand on s’est tous mis d’accord autour de lui 🙂
    Bon, je vais essayer de vous expliquer un peu plus clairement cette histoire de mise au point. Prenez chez vous votre objectif, débrayez l’autofocus et mettez-le à son ouverture maximale. Visez un sujet en contre-jour. La lumière doit arriver un peu filtrée, comme si elle était à travers des branchage. Bref, ça doit briller ! Approchez-vous de votre sujet, encore, encore, encore, encore jusqu’à ce que vous ne le voyiez plus et qu’alors apparaisse son ombre dans le viseur. TOUT EST DANS VOTRE POSITIONNEMENT PAR RAPPORT À LA LUMIÈRE ET LA MANIÈRE DONT ELLE ARRIVE SUR VOTRE CAPTEUR. Un peu mal orientés et vous ne verrez rien ! C’est pour cela que c’est assez difficile de vous expliquer clairement comment ça se passe car ce positionnement peut varier d’un millimètre à l’autre. On est vraiment dans la problématique du MICRO-positionnement. Bref, une fois que vous apercevez votre ombre qui se détache plus ou moins sur le cercle de lumière, là vous ajustez de manière extrêmement subtile la composition et la mise au point. Celle-ci se fait soit en tournant extrêmement délicatement la bague de mise au point soit en bougeant un chouilla (ça dépend de votre composition). Ce n’est pas difficile mais c’est très fatiguant physiquement car le corps est vraiment sous tension, il faut éviter de respirer et bien entendu il ne faut faire aucun mouvement brusque.
    Bref, ceci signifie concrètement que l’image que vous voyez dans le viseur n’existe QUE dans votre viseur et c’est cette image que vous prenez en photo. On m’a expliqué que c’est à cause des différentes lentilles qui se réfléchissent les unes avec les autres. Les tâches que l’on voit dans les 2 dernière photos seraient peut-être le traitement de surface des lentilles (mais tous ceux à qui j’ai posé la question ne sont pas tous d’accord !). Toujours concernant ces 2 dernières photos, je n’avais aucun sujet physique devant moi, juste de la lumière. Mais la méthode est identique avec comme point de mire : mon positionnement par rapport à la lumière.
    J’espère que cette fois-ci j’aurais été un peu plus claire 🙂

    Chri : et bien oui, vois-tu, nous ne sommes pas que des « reproducteurs » et des metteurs en scène, nous sommes aussi des créateurs !!

  7. Merci Laurence pour cette présentation très instructive! Les photos dites « abstraites » ne m’attiraient pas tant que ça avant que je m’intéresse plus sérieusement à la photographie… Mais depuis, mon regard a changé et je commence à y prendre goût! (mais je ne me suis pas mise à la « pratique » encore)
    J’aime tes articles qui exposent les différents versants de l’art photographique… je suis impressionnée de m’apercevoir de l’existence de ces multiples possibilités! 🙂
  8. Merci Laurence pour ce superbe article, très complet aux illustrations splendides!
    Cela fait plaisir d’y retrouver certaines de tes photos que l’on a déjà vu et que l’on revoit, même redécouvre avec beaucoup de plaisir!
  9. Un travail des plus passionnant. De bien belles photos faites de magnifiques couleurs de belles lumières qui donnent un résultat surprenant . Je m intéresse beaucoup à votre travail y touchant moi même .
  10. Bonjour à vous !

    Céline : Je suis absolument ravie si ma petite contribution au monde de la photographie te fait découvrir des facettes que tu n’aurais pas imaginées ! Tu sais, et ce que je dis, c’est valable pour tous les domaines, quand on commence à s’intéresser à un sujet, on se rend compte de la multitude de ses facettes. Alors quand on arrive dans une activité créative, c’est infini ! Gardons toujours à l’esprit cette phrase d’Aristote : « Tout ce que je sais c’est que je ne sais rien ».

    Gérard : Je ne suis pas sûre d’avoir encore poussé à bout toutes les possibilités ! Je tâtonne, parfois ça réussit, parfois c’est plus dur … En tout cas, merci pour tes compliments !!

    Aymeric : oui, je voulais beaucoup d’illustrations pour accompagner ce sujet qui au final se révèle assez rdu. Et quoi de mieux que des exemples concrets ? Et par ailleurs, mon crédo, c’est un blog de photos où certes on parle photo (beaucoup d’ailleurs car je suis tellement bavarde !), mais surtout, on REGARDE des photos !! 🙂

    Françoise : merci pour tes compliments ! C’est vrai que j’ai remis pour les besoins de l’article des photos que j’avais déjà publiées. Mais j’ai quand même fait très attention à essayer d’en mettre que je n’avais jamais montrées (bien plus que la moitié !). Ceci dit, je ne fais pas tant que photos abstraites que ça, il m’a donc bien fallu aller chercher dans mes archives.

    Cécile : Merci !!!! et voilà, c’est dit 🙂

    Fombeure : bonjour et bienvenue dans ces pages ! Je suis très heureuse que cet article vous ai intéressé. A très bientôt alors 🙂

  11. Un grand merci Laurence pour cet article archi-complet sur un thème fort passionnant 😉
    les images abstraites, c’est sûr qu’elles engendrent une grande liberté d’interprétation, mais j’ai quand même bien l’impression que c’est surtout une recherche graphique avant tout ; en tout cas, j’apprécie beaucoup l’univers dans lequel tu nous transportes avec ton idée de l’abstraction.
  12. Chapeau bas !
    Tu as une manière tellement pédagogique d’aborder et d’expliquer un sujet.
    Surtout que celui-ci n’est pas spécialement facile à traiter !
    Bravo 🙂
    (encore… oui je sais 🙂 )
  13. C’est à moi de vous remercier Marie et Seb F pour avoir eu la patience de lire mes élucubrations !

    Marie, avant d’être graphique, une photo même abstraite doit être esthétique. Je ne pense donc pas que ce soit le graphisme qui prime absolument, je crois que c’est une certaine résonance esthétique qui fait qu’elle fonctionne ou non 🙂

    Seb, j’essaye juste d’ordonner un peu mes idées qui ont tendance à partir dans tous les sens. Et pour ça, c’est vrai que ma formation universitaire en philo m’aide pas mal !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed

derniers commentaires

  • Bonjour @galliot ! En fait, je découvre la Chine tout...
    Laurence
  • @guy-paillard Bonjour Guy ! Et bien vous m'en voyez absolument...
    Laurence
  • @marie-laure Bonjour chère Marie-Laure ! Il est en effet plutôt...
    Laurence
  • @chri Et bien cher Christian, viens, je t'y emmène ;)...
    Laurence
  • Bonjour Laurence, Magnifiques paysages, on a juste envie d’y être....
    Galliot
  • @labarre-t Bonjour ! Alors là vous m'apprenez quelque chose !...
    Laurence
À lire également
LES 1001 FACETTES DU PORTRAIT EN PHOTOGRAPHIE