LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

In the rain forest


Environ 3 minutes de lecture

La semaine dernière, j’ai dû me pincer à plusieurs reprises pour croire que j’étais au mois de janvier, seulement quelques jours après les fêtes de fin d’année qui se sont déroulées sous des auspices plutôt frisquets. Non, non, non, là nous avions 35 degrés, un taux d’humidité max et … nos tongues 😉

Imaginez la Malaisie, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Kuala Lumpur, à Serendah plus exactement. Pour cette petite escapade de quelques jours, plutôt que la plage et les cocotiers que nous avions expérimenté auparavant sur notre île paradisiaque du Vietnam (Con Dao – il faut absolument que je vous en parle dans un prochain article !), nous avons choisi de nous immerger dans la jungle, ses lumières, ses bruits et ses senteurs. Nous étions très curieux de découvrir cet univers qui fait fonctionner à fond les manettes l’imagination, surtout en matière de bestioles en tous genres ! Enfin, en ce qui me concerne, je préférais ne rien imaginer du tout … Je ne suis pas franchement une adepte des reptiles et des insectes, et les moustiques – étonnamment pas si nombreux que ça ! – me paraissaient bien sympathiques par rapport au reste de la faune.

Après cette petite introduction pour situer l’intrigue 😉 j’ai envie de partager avec vous mes impressions au sein de cette forêt. En tant que photographe, c’est la lumière qui m’a le plus interpellée. Comment décrire cette sensation d’être à la fois dans le noir et dans la lumière ? Ce n’est pas seulement une question de contraste entre le sous bois et le soleil qui est bien entendu très présent. Au sol, la végétation est extrêmement dense et je me suis posé la question de comment elle s’arrange pour recevoir la lumière que les arbres à la hauteur vertigineuse s’approprient. C’est qu’à partir de 16:00 environ on avait l’impression d’être au coucher du jour et on n’y voyait plus grand chose ! Et le matin, avant 9:00 c’était à peu près identique. Peut-être est-ce pour cela qu’il n’y avait pas de fleurs, ou si peu ? En tout cas dans cette partie de la jungle où nous étions … Peut-être qu’ailleurs il y en a ? Ou alors elles sont tout en haut des arbres ? 

Alors il n’y avait certes pas de fleurs, mais une profusion de verts, du plus clair au plus foncé, de celui qui est presque jaune à celui qui devient bleu. C’est cette palette de couleurs que j’ai souhaité photographier, en profitant de l’ombre totale ou alors de quelques rayons de soleil qui arrivaient à transpercer la canopée par ci par là. J’ai souhaité conserver cette sensation de clair-obscur qui m’a tellement frappée en sous-exposant drastiquement la plupart de mes images. Pour cela, techniquement, je me suis mise en mode spot en mesurant la lumière sur l’élément le plus clair, ce qui m’a permis par ailleurs de faire un « ménage visuel » au milieu de cette profusion de végétation.

 

PS : un clic pour agrandir les photos est vivement recommandé si vous souhaitez apprécier les détails !

Voilà, notre plongée dans le vert de la forêt vierge est achevé. J’espère que vous aurez apprécié 🙂

Si par hasard vous passez par la Malaisie et que vous souhaitez vivre une expérience de jungle, je vous recommande vivement l’hôtel où nous avons été hébergé. En fait, plutôt qu’un hôtel, il s’agit plutôt d’un espace de « retraite » comme ils l’annoncent sur leur site. Le lieu est constitué d’une dizaine  « maisons » individuelles à l’architecture design, complètement intégrées et invisibles dans la forêt dont certaines très haut perchées dans les arbres. Totalement et 100% éloigné de tout tourisme, c’est un endroit extraordinairement paisible à une heure de Kuala Lumpur. Voici l’adresse du site : http://www.sekeping.com/serendah/home.html

Laurence

Laurence

Côté rêves ...Je dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu'ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique ... Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique "Cours". Plus apparentée à une "coacheuse photographique", j'aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

11 Commentaires

  •    Répondre
    J’adore le traitement. Je m’attends à voir la tête d’un animal sauvage jaillir de ce dense feuillage. La série fonctionne super bien, je trouve.
    •    Répondre
      Super ! Contente que cette petite série te plaise ! En fait d’animaux sauvages, à part quelques bestioles on n’en a pas vu ! Pourtant, ce n’était pas faute d’entendre beaucoup de bruits « étrangers » surtout la nuit 😉
  •    Répondre
    Mais quelle splendeur toute cette végétation, ces découpages et tous ces tons de vert, ces feuillages aux textures et formes variées !!!! C’est magnifique, j’adore ! Bravo et merci Laurence pour le partage ! 🙂
    •    Répondre
      Oui, oui, oui, la jungle, c’est vert, très vert 😉 En fait l’exercice a vraiment été intéressant de repérer les trouées de lumière et leur façons d’agir sur les différentes nuances de verts. Et tu vois, je pensais alors les traiter en noir et blanc, ce qui fait que je me suis vraiment penchée sur la question des densités. J’en ai développé quelques unes en noir et blanc et elles sont très intéressantes aussi. Mais pour le moment je laisse de côté cette option, je suis encore trop imprégnée de ces couleurs 🙂
  •    Répondre
    ah ! la Malaisie, ce fut un coup de coeur vécu il y a ….20 ans. tu as bien rendu cette forêt si dense. Les arbres sont vraiment immenses, es tu passé de sommet d’arbre en sommet d’arbre? je l’ai fait à 60 ou 70m de haut, impressionnant! et mon hotel était une tente dans cette jungle remplie d’insectes et animaux en tous genres avec la douche et les toilettes ouvertes sur la nature… un de mes meilleurs souvenirs
    dommage qu’il n’y ait pas de son pour tes photos, car pour moi c’est aussi un souvenir impressionnant pour moi
    quels beaux voyages tu fais, profite ma grande. bises!
    •    Répondre
      Oh ! Il y a 20 ans … la forêt n’a pas du bien changer, c’est ça qui est bien 😉 Et non, nous ne sommes pas allés d’arbres en arbres pour la simple et bonne raison que … et d’un, j’ai trop le vertige et ces arbres sont comme tu le dis décidément trop hauts pour moi. Et de 2, nous étions dans un endroit absolument éloigné de tout tourisme, donc zéro animation ou activité organisées. Et c’est exactement ce que nous recherchions. Tu sais, quand tu vis en Chine entouré de 1,4 milliards d’habitants, pendant tes vacances, tu cherches la solitude absolue 😉
      J’espère de tout coeur que tu te portes pour le mieux chère Christine !!!
  •    Répondre
    Coucou Laurence,
    Oh mais que cette parenthèse tropicale a dû être géniale! Dire qu’ici on se gèle (mais c’est beau aussi et j’aime bien). Quant à tes photos, elles me plaisent beaucoup beaucoup, tu sais toujours te renouveler et nous emmener là où on n’imaginerait jamais aller. Et en plus elles me font penser à des pub pour Kenzo… Bisettes bien fraîches ma lointaine 🙂
    •    Répondre
      Bonjour ma chère cop’s ( ) de Suisse ! Oh, je sais que tes montagnes immaculées sont fabuleuses et parfois je me mets à en rêver aussi 😉 Ceci dit, cette trempette dans la chaleur tropicale au mois de janvier m’a fait un bien fou ! Je suis ravie que ces photos te plaisent et le coup de Kenzo, je prends ça comme un beau compliment. J’adore absolument ses tissus ! Ce qui est drôle, c’est que Kenzo a des tissus extrêmement bigarrés alors que mes photos sont quasiment monochrome et pourtant elles sont très vives. Comme quoi il n’y a pas que le constraste des couleurs pour donner du pep’s à une image ! Bisettes !!!!!
  •    Répondre
    Un beau reportage entre ombre et lumière !
  •    Répondre
    Il y a un côté Douanier Rousseau dans tes compositions sombres de la série, avec les feuilles aux couleurs saturées qui se distinguent bien les unes des autres…

Laissez votre commentaire