Le palais d’Usnisa

Sur les traces du chignon de Bouddha et de ses reliques

En 2008 à Nanjing, sur les ruines du temple Bao’en détruit par les japonais (mais aussi par le temps !), des archéologues découvraient un palais souterrain contenant des coffres en fer. À l’intérieur de ceux-ci, des morceaux d’os et d’étoffes en forme de perles qui viendraient de la crémation de Bouddha Shakyamuni et d’autres maîtres du bouddhisme. Ils auraient été conservés par un moine appelé Maître Kenzhen en 1011 et seraient restés depuis lors intacts !

C’est ainsi qu’il a été décidé de reconstruire le temple, mais aussi une pagode, un palais, un autre temple et pendant qu’on y était, tout un immense parc de 80 000 hectares pour la bagatelle d’un demi milliard de dollars …

Il faut savoir également que la montagne Niushou de Nanjing fait partie des montagnes sacrées de Chine car c’est ici qu’a été créée la secte Niutu du bouddhisme zen chinois. Ceci accompagné de la présence de reliques de Bouddha, il n’en fallait pas plus pour que le goût du grandiose chinois se mette en branle.

Vous vous demandez probablement pourquoi je vous montre ces structures métalliques et ces sortes de prismes …

C’est parce qu’aujourd’hui je vais me concentrer sur la présentation du Palais d’Usnisa et je laisserai donc de côté les nombreux autres monuments du parc.

Ouvert au public en 2015 – c’est donc très récent – ce palais est assez stupéfiant par sa taille, son architecture et … sa hauteur (ou profondeur comme nous allons le voir plus loin).

Comprendre les dômes

Le monument est constitué de 2 dômes, l’un dit « extérieur » qui vient en quelque sorte recouvrir celui du bâtiment à proprement parler.

Ce dôme extérieur symbolise la protection. Il serait la représentation de la soutane de Bouddha et il est vrai que cette immense structure métallique aérée, une fois qu’on a cet élément en tête, pourrait ressembler à une étoffe qui viendrait envelopper un objet (ou un corps en l’occurence). D’après ce qu’on m’a expliqué, la soutane de Bouddha est très importante car elle représenterait sa bénédiction illimitée.

Savez-vous pourquoi la fleur de Lotus est le symbole du bouddhisme ?
Car au contraire du nénufar qui effleure l’eau, elle pousse largement au dessus. Par ailleurs, elle a besoin de boue pour se développer et certains disent même que plus l’eau est saumâtre, plus belle sera la fleur. C’est ainsi qu’elle représente la pureté et l’éveil spirituel.

L’autre dôme, celui qui constitue le toit du palais , repose sur une fleur de lotus. Sa structure symbolise les os qui ont été retrouvés et qui sont conservés dans ce palais. Mais sa forme ovale rappelle également le chignon de Bouddha qui symbolise son accomplissement dans la confiance en soi en tant que guide spirituel, c’est à dire sa sagesse.

Pénétrons à l’intérieur du palais

Et préparez-vous à un choc !

D’extérieur, le bâtiment ne me paraissait pas si haut et pour cause !

Après avoir enfilé des housses de protection autour de nos chaussures car on ne peut pas rentrer dans le bâtiment chaussé, nous empruntons un premier escalator qui descend au niveau inférieur.

Puis un second,

Puis un troisième,

Puis un quatrième, un cinquième et enfin un sixième.

6 étages pour s’enfoncer sous la terre, j’avoue que je ne m’y attendais pas et je ne peux pas dire que je me sentais tout à fait à l’aise. Je ne suis pas claustrophobe mais le peu d’éclairage allié à la surprise et sans savoir quand la descente finirait ont eu raison de ma zénitude attitude qui aurait dû être de mise dans un tel endroit 😉

Enfin arrivée à ce qui me semble être au centre de la terre, je commence à emprunter divers couloirs qui mènent à des salles symboliques, de prières, d’offrandes, de méditation, …

En fait, plus que dans un palais bouddhiste, j’ai plutôt l’impression d’être dans le labyrinthe d’une pyramide qui aurait pour rôle de perdre le profanateur de tombe ! Car c’est bien de cela qu’il s’agit : arriver dans la salle des reliques du Bouddha. Pour un peu, je me prendrais pour Indiana Jones 😉

Malheureusement je ne pourrai pas vous montrer la grande salle Usnisa qui renferme les reliques de Bouddha car il était interdit de la photographier.

Ce que je peux vous en dire, c’est qu’il s’agit d’une salle très richement décorée et colorée avec bien entendu profusion d’or et (de ce qu’on m’en a dit) véritables pierres précieuses.

Reste maintenant à ressortir de ce labyrinthe au luxe ostentatoire avec ses sols en marbre et ses bois sculptés, et sous la surveillance de 10 000 Bouddhas en bronze à chaque étage.

Mais je n’étais pas au bout de mes surprises car en remontant, une salle que je n’avais pas vue – comment est-ce possible ? – s’est ouverte devant moi :

Le jardin de Bouddha

Ici non plus les photographies n’étaient pas autorisées mais cette fois-ci j’ai réussi à en voler quelques unes.

Bien malheureusement, celles que j’ai ne donnent aucune idée de l’échelle de cette salle. Elle est tout simplement énorme.

Au centre, le Bouddha allongé fait 10 mètres et le dôme, qui est celui que l’on voit de l’extérieur, représenterait l’équivalent de 3 étages !

Le Bouddha, en marbre, tourne sur une plateforme et la lumière qui descend du plafond change au même rythme, imitant les différentes phases du jour et de la nuit. Autour de la plateforme – un lotus évidemment – il y a de l’eau où un produit chimique doit être probablement introduit car il y a de la fumée qui imite la brume qui en sort.

Personnellement, je trouve tout l’intérieur de ce palais très kitch à force de lumières, de marbres, de matériaux dits nobles, d’accumulations d’objets et de symboles. J’ai plutôt le sentiment d’être dans un Disney Land du bouddhisme qui, s’il m’amuse un temps par le ridicule de l’ostentatoire qu’il dégage, finit par me fatiguer.

D’autant plus que toutes les activités religieuses se font à l’extérieur, ce qui fait que ce palais me donne le sentiment d’avoir été vidé de sa substance initiale.

Quant aux reliques, elles ne sont sorties de leur coffre et montrées aux fidèles que quelques jours dans l’année, ce qui occasionne pour le coup des pèlerinages importants.

Mais je ne voudrais pas finir ce billet sur une note négative et l’endroit vaut indéniablement le détour, ne serais-ce que parce qu’il est finalement assez rare de voir un ensemble religieux contemporain d’une telle envergure !

Et d’ailleurs depuis son ouverture, le site annonce 40 000 visiteurs par an. Et en effet, nombreux sont ceux qui m’ont dit que le parc était souvent plein et qu’il était donc difficile de l’apprécier à sa juste valeur. Il faut croire que j’ai été très chanceuse car lorsque j’y étais, c’était très loin d’être le cas !

NEWSLETTER

Je souhaite recevoir une notification mail lors de la parution d'un article et je sais que peux me désabonner à tout moment.

5 commentaires sur “La montagne sacrée de Niushou

  1. Quel sens de la démesure ont ces chinois! Encore un édifice absolument phénoménal. Cette immense structure métallique me fait penser, quoique certainement en beaucoup plus grand, à celle du Métropol parasol à Séville… Ceci dit c’est un réel plaisir de découvrir la Chine à travers tes yeux. A chaque nouvelle version, ton blog devient plus pro. Cette nouvelle présentation est très réussie. Bravo et bisettes copinette
    1. Impressionnant… merci pour la découverte !

      1. Impressionnant n’est-ce pas ? Sacrés chinois 😉

    2. Bonjour chère Christine ! Oui en effet, tu as tout à fait raison, on peut comparer ces 2 structures, même si leurs symbolismes réciproques n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Ceci mis à part, cette Chine est décidément déconcertante, à la fois farouchement attachée à ses traditions et surtout à son histoire, et à la fois dans des projets du futur qui font fi de ces mêmes traditions et qui opèrent de bons « arrangements » avec l’histoire. On n’a pas fini de ne rien y comprendre 😉

      Je suis contente que ces améliorations du site te plaisent. Je n’ai pas complètement renoncé à mon ancienne vie de web-designer et j’essaye de profiter des dernières techniques pour faire des mises en page qui soient moins linéaires, plus vivantes et attractives que les blogs dits « traditionnels ». Bref, je m’amuse ! 🙂

  2. eh bien dis donc! c’est fabuleux ce pays, plein de richesses de tous genres, tradition et modernité. et tu le montres si bien avec de si belles photos. Ca me donne vraiment envie de programmer un voyage our venir te voir. Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.