Le moyen format, un compagnon exceptionnel pour mon Leica Q

Le Fujifilm GFX50R a rejoint ma besace !

Tadaaaam ! Je suis désormais l’heureuse possesseuse du moyen format Fujifilm GXF 50R ! Que de caps franchis depuis 2 ans …

Vous vous souvenez ? Après de nombreuses années de bons et loyaux services, j’avais troqué mon très très très modeste Panasonic GF1 pour ce fabuleux Leica Q. Et depuis lors, j’ai réalisé avec le plus grand bonheur 99% de mes photos avec lui. Mais avec sa focale fixe de 28mm non interchangeable, je sentais ces derniers mois que j’avais besoin de la compléter avec un autre objectif. Je me suis donc mise en quête du nouveau Graal, à savoir un appareil photo à objectifs interchangeables.

Nouvelle wishlist

  • Appareil à objectifs interchangeables
  • Full frame – ou plus !
  • Appareil compact
  • Excellente qualité des images
  • Appareil qui me mette au défi (de je ne sais quoi, mais qui me stimule dans la découverte d’une nouvelle manière de photographier)
  • Forte orientation reportage
  • Max 5000 euros de budget

Vous imaginez bien que je me suis d’abord tournée vers les Leica ! Car je vous le dit, une fois que vous y avez gouté, c’est difficile de s’en passer ! Toutes les lignes de ma wishlist étaient cochées sauf … le prix. Là, je dépassais allègrement mon budget. Pourtant, Dieu sait si j’aimerais me frotter à la visée télémétrique ! Ceci dit, je n’ai pas dit mon dernier mot, il se pourrait que je passe un jour un accord avec Leica. Affaire à suivre, nous sommes en contact 😉

D’autres appareils se sont retrouvés en lice mais ont vite été éliminés par manque de vibration totale entre eux et moi (les Sony, Nikon et Canon mirrorless). Attention, encore une fois je ne dis pas que ces appareils ne sont pas bons. Sur le papier, ils ont toutes les qualités, et après avoir lu en long et en large tous leurs tests je n’ai strictement rien à leur reprocher ! C’est juste que je n’ai pas le feeling avec eux, quand je les ai en main je m’ennuie d’emblée. Ca ne s’explique pas …

Donc, un moyen format ?

Et bien oui, quand on a fait le tour des full frame et que ceux qui nous plaisent nous mettraient au régime patates pendant de longs mois (voire années !), on se creuse la cervelle et on se dit « et au fait, les moyens formats » ?

Car il y a 2 ans, j’avais vu ces appareils photos et je me souvenais d’eux comme des challengers du Leica Q.

Or, voilà-t-y pas que Fujifilm a sorti en septembre dernier le successeur de son premier moyen format mirrorless : le GFX 50 R 😉

Voilà la bête :

En fait, pour ceux qui connaissent un peu la marque, il ressemble fortement au X-pro. Il est juste plus grand

Alors, je vous l’accorde, on ne peut pas dire que ce nouvel appareil soit non plus très beau. On dirait un peu une brique en fait 😉 Mais il a le mérite de cocher TOUTES mes cases, y compris celle de la compacticité à laquelle j’avais renoncé en lorgnant du côté des moyens formats. Alors certes, il est gros mais pas plus qu’un reflex pro, et il a un look finalement très discret (en tout cas plus qu’un reflex pro !) Et surtout, contrairement à son prédécesseur, il est orienté reportage ! Ca veut dire quoi ? Que tout simplement il est très rapide pour un moyen format.

Et côté prix, il est imbattable. Ici en Chine, je l’ai acheté pour l’équivalent de 4150 euros avec un objectif 63 mm (eq. 50 mm). Pas de régime patate pour la famille Chellali et je garde mon rein en prime !

Mais le moyen format me demanderez-vous, qu’est-ce que ça change ?

Bon, je vous le dit tout de suite, je ne suis pas une spécialiste, loin de là ! Il m’arrive de prendre des photos en moyen format, mais c’est en argentique et avec des appareils très cheap (Holga, yashica Mat) et c’est donc difficilement comparable avec les engins numériques dont on parle 😉

À 1/60ème de seconde, il y a un très très très léger flou de bouger

En fait, jusqu’à l’arrivée du Hasselblad mentionné plus haut et de ce Fujifilm, le moyen format était plutôt destiné aux photos de studio (nature morte, portraits, mode) et au paysage plutôt sur trépied. Pourquoi ? Car de ce que je sais, les moyens format demandent généralement plus de lumière (donc temps de pose plus long ou flash). Et c’est vrai que de ce que j’ai expérimenté, la règle générale en 24×36 qui dit que le temps de pose doit être au moins équivalente à la la focale ne s’applique pas. En effet, logiquement avec mon équivalent 50mm, je devrais pouvoir avoir une photo nette au 1/50ème. Or, lors de ma petite séance de prise de vue test, les photos prises en dessous du 1/60ème sont presque toutes floues. Pas beaucoup, mais un peu. C’est que justement, la grande différence avec le 24×36, c’est le niveau de détails et la qualité d’image ! La moindre erreur ne pardonne pas !

La qualité d’images, parlons-en !

Là, on entre dans une autre dimension ! Bon déjà, accrochez-vous. La dimension du fichier est de 8256 X 6192 pixels et le poids du raw … 110 MB !! – autant dire que je ne vais pas garder les « déchets » sous peine d’une multiplication anarchique des disques durs. Par contre, ces dimensions s’accompagnent de détails que je n’ai jamais vus jusque là ! La preuve en images …

Crop à 100% d’une partie de l’image. Les détails de la rambarde sont tout simplement incroyables !
Et là, les gouttes d’eau !!

Les autres différences du moyen format

Le flouuuuuuuuuuuuu de profondeur de champ 🙂 On connait tous la qualité du flou en 24 x 36. Et bien là, c’est encore mieux ! Mmmmm, j’en frémis d’avance !

Bien entendu le flou dépend aussi de l’objectif. Pour commencer, le 63 mm que j’ai pris ouvre à f/2,8. Alors forcément, avec ça, je serais gâtée !

Petit aparté … Le choix d’une focale normale pour commencer m’a paru judicieux. Fujifilm a un très bel équivalent 35 mm mais il me semblait trop proche du 28mm du Q. Une plus longue focale me paraissait au contraire trop éloignée et surtout, dans ma pratique actuelle de la photo (principalement du reportage) je n’ai que rarement – voire jamais – besoin d’une focale plus longue. Je ne dis pas que je ne lorgne pas sur un 120 mm macro (équivalent 100mm) Fuji, mais on verra ça plus tard 😉 Et qui sait, je vais peut-être pouvoir profiter du fait qu’il y a beaucoup de vieux objectifs moyen format que je peux trouver d’occasion dans d’autres marques et les adapter à mon Fuji !

Allez, revenons à notre sujet, le flou 😉

Je n’ai pas encore eu l’occasion de travailler beaucoup sur le sujet, mais j’ai pris quelques photos que je trouve assez parlantes.

Tout d’abord une photo toute simple mais qui montre, je trouve, la qualité exceptionnelle de ce flou. Regardez le flou de premier plan comme il est beau ! Et ces bulles de lumière, quelle douceur ! Par contre, on voit bien que la profondeur de champ se limite à quelques millimètres. Et je vous rappelle que ce n’est pas un objectif macro, mais un « simple » éq. 50 mm ouvert à f/2,8.

J’ai pris une autre photo dans un tout autre style. Là, mon diaphragme était fermé à f/16 et … l’immeuble juste derrière est légèrement flou ! C’est dire que si on veut une grande profondeur de champ, il ne faut pas y aller par 4 chemins et fermer, fermer, fermer !

Alors c’est sûr que, entre passer d’un grand angle où la profondeur de champ est quoi qu’il en soit plus importante qu’une focale dite normale, et passer d’un 24x 36 à un moyen format, il va falloir que je me fasse la main ! Mais c’est précisément ce que je cherchais, donc je suis comblée 😉

Je ne vais pas parler ici de l’ergonomie du boîtier, je le ferais probablement dans quelques semaines après l’avoir bien manipulé. Ce que je peux toutefois dire d’ores et déjà, c’est qu’il comporte une quantité de boutons qui me « prend la tête » ! Quand on travaille avec le Q qui va seulement à l’essentiel (quel bonheur !!!), c’est sidérant de voir toutes les fonctions que je trouve totalement inutiles. Mais bon, il parait que c’est normal, tous les boîtiers sont comme ça, sauf les Leica justement 😉 En attendant, je suis en train de les désactiver tous un par un pour n’avoir que ceux qui sont importants pour moi en dehors de l’ouverture, de la vitesse et des Iso, c’est à dire le mode de mesure de lumière et le verrouillage de l’exposition 😉

Autant je peux comprendre que pour des appareils qui sont destinés à la photo de studio il puisse être important d’avoir accès à des commandes de réglage des tons, d’ajustement de la luminosité de certaines couleurs, etc … Mais pour un appareil qui est destiné surtout au reportage, je trouve ça ridicule. Ou alors, ça veut dire qu’on passe plus de temps sur son écran qu’à regarder ce qui se passe autour de nous !

Allez, sur ce je vais continuer à aller faire des photos ! Et il faut aussi que je trouve un petit nom à ce GFX50R. Avouez que c’est franchement moins sexy que le Q de Leica. Des idées ?

  1. Aaaah ma cocotte, quand tu aimes un appareil photo, c’est fou comme tu en parles bien 🙂 Tu sais le rendre désirable et tes exemples sont très convaincants. Je sens que tu va nous régaler….Vivement la suite!
    Et je constate que tu as refais une beauté à ton site, bravo, c’est très réussi. Bisettes
    1. Bonjour ! Alors ça c’est une surprise, je me demande comment tu es arrivée ici sans avoir encore reçu la newsletter !!! Tu dois être devin ou une petite Suisse qui a petit doigt qui lui dit tout 😉

      Il me reste encore beaucoup à découvrir de cet appareil, et par expérience, je sais qu’il me faudra plusieurs semaines avant de maîtriser l’engin. Mais ce que j’ai aperçu jusque là, en effet , mmmmmmmhhhhhh 😉 😉 😉

    1. Vouiiiii !!! Il va falloir maintenant que je me fasse la main. De la suée, des questionnements, des doutes en perspective 😉 Merci !!
  2. Excellent ! Perso j’adorerais, mais pas le budget. Du coup je fais de temps en temps du moyen format argentique 😉 A 12 vues par film, on médite sa prise, mais tu le sais déjà évidemment :p
    Sinon je cherche un plein format Nikon, pour les portraits !
    1. Bonjour ! C’est sûr que ces prises on les médite avant de déclencher 😉 Je me souviens de vacances où j’étais partie avec 4 films. J’avais droit à 3 photos par jour. J’aime autant te dire qu’il ne fallait pas me déranger quand je choisissais mon moment 😉
      Tu aurais habité en Chine je t’aurais proposé le mien, un vieux D700 mais qui tient encore super bien la route ! Car je crois que là, avec mes 2 engins, il va malheureusement rester au placard. Les prix ont quand même beaucoup baissé il me semble concernant le plein format, et tu devrais pouvoir trouver un appareil pour un prix relativement raisonnable.
  3. Je ne vous lache pas LAURENCE…c’est toujours un plaisir de vous lire et surtout de regarder vos photos qui me font voyager.
    Hâte comme tout le monde ici, de voir les prochaines.
    Merci pour ces partages enrichissants.
    1. Comme toujours vous êtes toujours aussi adorable ! Vous le savez bien, le plaisir est largement partagé ! Alors … ON ne se lâche pas !!!!
  4. Bonjour Laurence,
    Je suis nouveau venu sur votre site que je parcours avec un grand intérêt.
    C’est grâce à votre article que j’ai investi l »année dernière dans un Leica Q (Kaki) et je peux vous le confirmer cet appareil est une merveille. Après des années chez Nikon, je me demande si je ne suis pas en train de virer.
    J’ai lu avec un grand intérêt cet article concernant le GFX50R car je souhaite investir dans un nouveau boitier. A vrai dire je regarde de prêt le M10 mais côté budget ça pique fort. le GFX50R me parait plus abordable et en plein moyen format en plus. Je vais poursuivre mes petites recheches et tant que simple passionné par la photo et les images.
  5. Bonjour ! Wouahou, quelle responsabilité que de vous avoir influencé quant à l’achat de ce boîtier ! Mais quel soulagement aussi donc que vous l’adorez 😉 🙂
    Il y a de très grandes chances aussi que j’aie préféré un nouveau boitier Leica mais franchement, le budget était trop faramineux. Et le GFX est carrément plus abordable ! Je suis en train de préparer un article sur mon retour d’expérience avec ce moyen format, je suis sûre qu’il vous intéressera alors 🙂 🙂 À tout bientôt !
  6. Bonsoir Laurence,
    Merci pour votre réponse. En effet belle responsabilité mais franchement quelle réussite avec ce Q. Je l’adore il est beau et surtout ultra performant.
    Bon je vais continuer à vous lire pour connaitre un peu mieux le GFX.
    En attendant mon prochaine achat, je vais faire quelques prises avec le Q.
    A bientôt
    Nicolas
    P.S désolé pour les fautes de frappe dans mon message précédent.
  7. Bonjour,

    j’ai dévoré votre blog sur lequel je suis tombé complètement par hasard au detour d’une recherche google à propos du GFX 50 R. Je vous félicite pour votre « test » de la bête, meme si vous défendez l’idée que ce n’est pas un test, pour moi c’est juste ce que j’ai lu de mieux, videos youtube comprises. On sent l’amour de l’image et la passion de la photo dans chacun de vos mots, plus je vous lisais et découvrais vos clichés, plus je tombais amoureux … du GFX50R bien sur. Alors merci beaucoup pour cela.
    A priori je ne suis pas le seul que vous avez convaincu, Fujifilm devrait vous embaucher!

    En tant que passionné de voyage et de photo, j’aurai souhaité que vous puissiez m’orienter un petit peu. Pour faire simple, je souhaiterai faire l’acquisition du 50R durant un voyage en Chine, vous voyez ou je veux en venir. Serait il envisageable de me guider dans le choix d’un hotel (voir d’un circuit) et d’un magasin ou acheter « Le Bijou » (tiens pas mal comme surnom, le Q et le Bijou).
    dans l’attente de vous lire,
    Cordialement,
    Stephane


    1. Bonjour Stéphane et un grand merci pour vos mots !!
      Pour répondre à votre question, si vous passez par Shanghaï vous pouvez aller dans un mall photo qui s’appelle Xingguang Photographic equipments au 288 Luban Lu. Là, vous trouverez des dizaines de boutiques photo dont de nombreuses Fuji. Ne vous attardez pas au rez-de-chaussée mais montez au premier étage. Les prix sont moins chers et vous pouvez négocier un peu.
      Quant à un circuit en Chine, là c’est vraiment, vraiment, vraiment difficile 😉 En France on a du mal à évaluer, mais souvenez-vous que la Chine est plus grande que l’Europe. La province où je vis (l’équivalent d’un département) est grande comme la France. Donc si j’ai un conseil à donner, c’est de choisir déjà une province ou 2 maximum et de s’y créer un circuit à l’intérieur. Sinon le danger est de tout voir à moitié, au pas de course, et de manière très superficielle. On se moque souvent des chinois qui font le tour de l’Europe en 10 jours, nous faisons souvent, et bien malheureusement, exactement la même chose en Chine, la seule différence étant qu’on ne change pas de pays. Et pourtant, il y a autant de différences géographiques et culturelles entre le nord et le sud qu’entre la Finlande et la Grèce 😉 😉
      Ceci dit, une fois que vous aurez repéré quelques endroits, n’hésitez pas à me solliciter je vous aiderai volontiers – si je connais le coin 😉 😉
      Bonne journée !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.