LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

L’ERREUR, LE HASARD ET LE BUG3 min de temps de lecture


 

Souvenez-vous, nous sommes partis il y a quelque temps pour des petites vacances dans les environs de Montpellier. Le séjour fut court mais riche en ballades dans des paysages incroyablement variés que je vous montrerai par la suite.

Aujourd'hui, c'est la plage de l'Espiguette, superbe étendue de sable et de dunes !

 

 

Côté photo, un ami m'avait prêté un Hasseblad qui a la grande particularité de faire des photos panoramiques. J'aime autant vous dire que pour moi, c'était un vrai défi ! Je suis généralement nulle en photos de paysages, alors je ne vous raconte pas avec un ultra grand angle ! Que mettre dans tout cet espace ? Comment composer ? On se retrouve vite avec le sujet principal en plein milieu (moi qui suis une adepte du décentrement …), avec plein d'éléments parasites sur les bords, un horizon centré, un sujet qui apparait loin, loin, loin même si on est à seulement 3 mètres de lui, sans parler de la difficulté de faire une photo bien droite, car avec une telle amplitude, redresser un horizon penché fait perdre vraiment beaucoup d'image.

 

 

Et la mise au point ! Ah ! ne m'en parlez pas ! C'est une mise au point télémétrique (au centre du viseur, il y a un tout petit carré dans lequel on fait la mise au point), et ce qu'on voit dans ce viseur ne correspond pas à la focale (c'est à dire : que ce soit un 35 mm ou un 100 mm, on voit toujours la même chose, seul le cadre se rétrécit). D'où mes personnages petits, petits, petits car je n'avais pas vraiment bien intégré cet aspect. Et comme c'est un appareil à pellicule, bien entendu, impossible de vérifier sur le coup …

Bref, vous l'aurez compris, c'était vraiment pour m'amuser, et "voir comment c'est" que j'ai emmené cet appareil avec moi, mais je n'en achèterai certainement pas un !

Nous voilà donc rentrés de vacances, je donne vite mes pellicules à développer, je les récupère, je scanne les négatifs … en oubliant de préciser à mon logiciel que c'est un film en noir et blanc.

Ô surprise, je me retrouve, vous l'aurez remarqué, avec des images un peu sépia, et, figurez-vous, je les préfère à celles en vrai NB (que j'ai re-scannées quand je me suis rendue compte de mon erreur)

 

 

Pour finir, et là il s'agit d'un bug de mon logiciel de scanner que, bien malheureusement je n'ai pas pu reproduire, voici ma plage de l'Espiguette devenue Mars ! Ceci dit, je trouve que c'est une ambiance d'enfer !!!

 

 

Il y a une chose par contre que je n'ai pas comprise, et peut-être des plus expérimentés pourront m'éclairer sur ce point : à quoi est due la différence de grain sur les images ? L'exposition ? La pellicule est une ILFORD HP5, dont malheureusement je ne me souviens plus le nombre d'Iso, mais au maximum elle faisait 400 iso.

PS : n'oubliez pas le clic pour agrandir les images !

Laurence

Laurence

Côté rêves ...Je dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu'ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique ... Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique "Cours". Plus apparentée à une "coacheuse photographique", j'aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

14 Commentaires

  •    Répondre
    encore une belle expérience Laurence mais que vous devriez renouvelée car le résultat est drôlement chouette ! j’aime beaucoup beaucoup .. vos panoramiques ! vous maitrisez très bien ! pour le bug, le hasard semble une fois encore avoir bien fait les choses !
    le sépia est doux, mais le N&B ne doit pas être mal non plus !
    je ne peux malheureusement pas répondre à votre question … j’espère que quelqu’un pourra vous éclaircir !
  •    Répondre
    Pas mal les vues panoramiques mais sur certaines on se croirait plus dans le désert qu’au bord de la mer. Sur la deuxième on voit la fumée de la raffinerie de Frontignan…Celle que je préfère est la troisième…pour la composition.
  •    Répondre
    Je trouve que c’est plutôt TRES réussi !! Bravo !
  •    Répondre
    Même le hasard vient doper ta créativité, c’est fort ! C’est très lunaire comme ambiance. Comme Philippe, ma préférence va aussi à la troisième photo.
  •    Répondre
    Véronique : Comme je le dis dans l’article, je ne pourrai pas renouveler cette « expérience ». J’ai rendu son appareil photo à cet ami, et quand on sait qu’il vaut dans les 2000 euros, à moins de gagner au loto, je ne pense pas que je ferais jamais cet investissement … Et encore, même si j’avais l’argent, je ne suis pas sûre … Fondamentalement, je ne suis pas attirée par le matériel et je ne suis pas non plus du tout une collectionneuse. En ce moment, je suis en plein apprentissage d’une autre façon de photographier, en pleine découverte. A chaque fois, j’affine mes choix et je suis sûre qu’il viendra un temps où je serais plus fixée sur tel ou tel rendu dans lequel je trouve mon équilibre. Côté numérique, je pense avoir trouvé. Maintenant, c’est côté argentique qui est beaucoup plus vaste me semble-t-il. Entre le choix de l’appareil photo et les différentes pellicules (je parle des appareils photo un peu « spéciaux »), la route des expérimentations est effectivement très longue !

    Philippe : tu es drôlement fort pour voir la fumée de Frontignan ! Je ne me souviens pas l’avoir vue ce jour là, et donc encore moins sur la photo … En fait, il ne faisait pas très beau, le ciel est vite devenu blanc laiteux, à ma grande déconvenue d’ailleurs !!

    Maria : Merci Maria !!

    Spiruline : Je crois que j’apprécie justement de plus en plus cette part de hasard. Avec mon numérique, j’ai tendance à vouloir strictement tout contrôler, ce qui, en plus, est possible ! Ces appareils sont tellement performants ! Et j’ai très certainement beaucoup de plaisir à opérer ce contrôle. Ceci dit, quand j’ai un appareil argentique dans la main, c’est très étrange, mais je change d’état d’esprit. Et même si, paradoxalement, je m’applique beaucoup plus (je n’ai pas droit à 10 000 essais !), je suis beaucoup plus tolérante aux défauts et aux aléas. Exemple typique : si mon capteur numérique est sale, je vais effacer les tâches en post-production. A l’inverse, je laisse tous les « scratchs » de la pellicule … Bizarre, bizarre …

  •    Répondre
    J’aime bien ces photos et j’aime BEAUCOUP la dernière en particulier.
    •    Répondre
      C’est drôle de voir comment tout le monde a des sensibilités différentes. Moi, ma préférée, c’est l’avant dernière … 😉
      Merci pour ton passage !
  •    Répondre
    Etonnant ton scanner ! Je trouve que c’est plutôt une réussite cet essai, ton travail sur les cadres est intéressant. J’aime beaucoup la manière dont tu as joué et tu t’es approprié le format avec l’image de l’enfant allongée sur le sable.
  •    Répondre
    Quelle série ! Les 1, 4 et les deux dernières : j’adore vraiment !
    Pour ta question : as-tu développé toi-même ?
    Et cette plage me rapelle des souvenirs bien lointains.
    FABULEUX !!
  •    Répondre
    Anne : C’est vrai que cet appareil était intéressant, car malgré ce très grand angle, il déforme finalement assez peu, d’où l’intérêt d’y intégrer quelqu’un.

    Joël : Tes compliments venant d’un expert comme toi de l’argentique et des « appareils alternatifs » me vont droit au coeur !! Pour répondre à ta question, non, je ne développe pas moi-même. Ceci dit, c’est une piste intéressante que tu me donnes car j’ai entendu dire que le labo qui me développe les pellicules n’est pas bon en NB. Tu penses que ça pourrait venir de là ?

  •    Répondre
    […] L’ERREUR, LE HASARD ET LE BUG […]
  •    Répondre
    […] L’ERREUR, LE HASARD ET LE BUG […]
  •    Répondre
    Au hasard de mes errances sur la toile, je découvre ce site magnifique.

    Pour utiliser régulièrement le Xpan, et pour faire (de moins en moins je le confesse) mes développements noir et blanc j’ai l’impression qu’il y a plusieurs problèmes :
    – le laboratoire où les photos ont été développées n’a pas été très soigneux : nombre de pétouilles sur le négatif (taches blanches).
    – l’Xpan n’est pas parfaitement étanche à la lumière : sur quasiment toutes les vues sur le bas et le haut on voit des zones plus claires, et sur les 2 dernières c’est quasiment sur tous le film qu’on a des inhomogénéités.
    – la chimie de développement n’était peut être pas tip top : montée du grain
    – si à cela on ajoute que le négatif N&B ne passe pas très bien dans les scanner : on a le grain qui peut ressortir.

    l’Xpan est un boitier vraiment à part avec des optiques dont la distorsion est très contenu, et le fait de pouvoir aussi l’utiliser en reportage est aussi un avantage (film sensible et hyperfocale).

    merci pour ce moment magique, votre site va très vite se trouver dans mes marque pages.
    Pascal

  •    Répondre
    Bonjour Pascal et bienvenue ici !

    Ah ! c’est ce que j’appelle de l’explication !!! Merci 1000 fois !!! Je n’ai eu l’occasion d’utiliser cet appareil que pendant une semaine et comme je le dis plus haut, ça a été un exercice vraiment intéressant. Qui plus est, on m’a dit ensuite qu’effectivement le laboratoire où j’ai donné la pellicule à développer n’était pas des meilleurs et tu confirmes donc alors 🙂

    Je n’ai pas l’impression que tu aies un site, c’est dommage, j’aurais été très curieuse d’aller découvrir à mon tour tes images au Xpan 🙂 A très bientôt alors !

Laissez votre commentaire