Voilà, depuis quelque temps, en parallèle avec d’autres projets en cours (si vous êtes curieux vous les trouverez ici ), je suis en train de réfléchir à une nouvelle série. Ca fait beaucoup de projets en même temps me direz-vous, mais j’ai ce besoin de développer des pistes photographiques variées sur le long terme. Ainsi, si je ne menais qu’une seule série à la fois, je crois d’une part que j’aurais vite fait de suffoquer et d’autre part, je suis convaincue que le principe des vases communicants fonctionne parfaitement bien en créativité.

Par ailleurs, j’ai appris avec l’expérience qu’une série se développe avec le temps, qu’une (bonne) idée ne suffit pas et qu’un temps de maturation est nécessaire entre l’idée de départ et la réalisation finale. Je crois d’ailleurs que j’aimerais bien rédiger un article sur ce sujet si ça vous intéresse.

Mais revenons à nos moutons d’aujourd’hui et laissez-moi vous proposer une première image d’une série que j’aimerais réaliser et qui aurait pour titre : l’idéaliste contrarié(e). D’après ce titre, vous comprendrez que je plonge à plein dans la photographie émotivo-conceptuelle …

Ces photographies ne seront pas spontanées et j’ai déjà pas mal d’idées de mises en scène. Mais attention, quand je parle de mise en scène, ça ne sera pas de la super-production et celle-ci restera très simple. De même je ne pense pas que je ferais de photo-montage à proprement parler (je ne suis pas assez douée en post-production pour cela !) mais que je jouerai avec l’apposition de textures, voire que j’interviendrai directement sur la photo une fois imprimée car j’ai très envie en ce moment de manipulation physique.

Bon allez, j’arrête mon blabla et je vous laisse découvrir ma première idéaliste contrariée. J’espère qu’elle vous plaira et que vous ne trouverez pas l’idée trop « tordue ». N’hésitez surtout pas à intervenir, vos avis me sont précieux !!

IdealisteContrarie


PS : les titres seront intégrés à la photo et seront en anglais, non pas par snobisme mais par nécessité dans notre sphère mondialisée

NEWSLETTER
Je souhaite recevoir une notification mail lors de la parution d'un article et je sais que peux me désabonner à tout moment.

28 pensées sur “L’IDÉALISTE CONTRARIÉ(E) #1

  1. j’adore,et tu as tout à fait raison je pense que notre efficacité est décuplée quand on « court plusieurs lièvres à la fois » sans exagérer bien entendu !
    bravo, toujours un plaisir de découvrir quelle nouvelle idée folle tu as ! (photo folles ??????? ça vous dis quelque chose non ? )

  2. Alors si, je trouve l’idée carrément tordue mais pas inintéressante, loin de là, du moment que la créativité s’exprime, à mon sens, c’est qu’il y a bien là quelque chose à explorer ! 🙂
    Par contre, c’est pas tombée dans l’oreille d’une sourde : j’aimerais effectivement que tu développes un article sur la création d’une série photo. Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’une série, pour être créé, se doit d’abord de « maturer » un peu une fois l’idée en tête…. Enfin, je dis ça peut-être parce que j’ai la première photo de plusieurs idées de série que j’ai en tête mais X mois après, j’ai toujours pas fait le reste et pourtant, l’idée est encore là… lol

  3. entrons, entrons dans le concept 😉

  4. J’adore la contrariété, la première m’inspire la beauté féminine (Eve), telle une statue antique, suspendue au cintre de notre époque « moderne ».

  5. Bonjour à vous !

    @ Miblou : telle que je te connais ça ne m’étonne pas les « plusieurs lièvres à la fois ». Je suis vraiment contente que tu « adores » cette image quelque peu étrange 🙂

    @Plume et Zoom : je m’excuse, mais ton commentaire a attisé ma curiosité. J’aurais bien aimé que tu me dises pourquoi tu trouves que ma photo est même « carrément tordue ». Il y a des choses qui te dérangent, tu ne comprends pas ce que j’ai voulu dire (enfin, disons que mon langage ne t’arrive pas), tu trouves cette image vide, facile, grotesque ou que sais-je encore 🙂 Parce que la créativité pour la créativité, je trouve que ça ne va pas très loin et qu’au fond, justement, ce n’est pas très intéressant à la longue. Arf, tu n’aurais pas du rester aussi vague 🙂

    @ Ronan : et bien là aussi, j’ai un peu de mal à te comprendre… Ceci dit, il est tout à fait possible aussi que tu n’aies rien à dire et que tu attendes la suite…

    @ Bois : ah, nous avons tous nos contrariétés qui nous pèsent plus ou moins, il y a de grandes ou de petites contrariétés qui auront des conséquences en fonction de l’importance qu’on leur donne. Ici, nous avons à faire avec une contrariété originelle lourde alors que je ne suis pas sûre que les femmes étaient prévues pour vivre avec …

    1. c’est tout à fait ça ^_^
      rien à dire sur le moment, de constructif en tout cas. J’aime bien l’image, ça m’évoque des trucs, mais c’est flou (pas l’image, les évocations)
      du coup j’attends de voir la suite (avec une impatiente curiosité)

  6. Ça n’avait pas un sens péjoratif Laurence, je te rassure, bien au contraire. Pour moi, quelque chose de tordu, c’est quelque chose de génial, tout simplement. lol
    Pour être plus précise encore, je pars du fait que quand on exprime sa créativité et qu’en plus, elle exprime réellement quelque chose, et bien il y a vraiment un truc à explorer, en clair, continue, je suis curieuse de voir la suite. Tu as semblé chercher, trifouiller pour arriver à un résultat très parlant, du coup, la démarche est intéressante et engage à la réflexion autant durant la création que durant sa découverte.
    Je sais pas si j’ai été plus claire mais peut-être t’aurais-je rassurée sur le fait que mon commentaire se voulait positif. Mais j’ai tellement de mal à exprimer ce que je ressens que bon, parfois, il faut un décodeur. lol
    J’ai d’ailleurs l’impression, à me relire, que je suis pas plus claire que tout à l’heure………………………..lol

  7. Je n’ai pas lu les autres coms, alors le mien peut doublonner, pardon d’avance…
    J’aime beaucoup l’idée, le dos, les mains, la pommes, la natte mais pas du tout le haut qui coupe le dos et gène la lecture, l’idée de cette pomme avançant masquée suffirait à donner du trouble à l’image et une jolie ligne d’épaules n’empêcherait rien… Enfin je trouve!

    1. C’est vraiment très beau, il y a une telle transparence dans ce travail… Cette tresse (que je convoite pour mes cheveux défunts) trace une idée originelle, organique, diablement humaine -le serpent n’est pas loin- qui contraste avec le lait du corps improbable de cette Eve étêtée. Surréalisme, certes, mais maîtrisé dans la réalité de ton art.

      Jonas

      1. Ah Jonas, j’avais parfaitement bien mémorisé ton commentaire mais je ne le trouvai plus. Va savoir pourquoi il s’est retrouvé ici 🙂

        Avec Nathanaël vous êtes des magiciens des mots, comment puis-je te répondre si ce n’est un maladroit merci pour cette belle contribution. !

  8. Bonjour,
    Idée tordue? Non, je ne trouve pas.
    J’aime la photo et l’idée.
    Il y a quelque chose qui me pertube (non rassures toi, pas trop quand même).
    le coté gauche d’éve « contrariée » et le haut me semblent trop nettement séparés du fond.
    C’est peut-être voulu de ta part, mais ça tranche trop avec la façon dont le reste de l’image
    s’intégre sur le fond.
    Si je ne suis pas assez explicite, dis le moi.

  9. je viens de voir que chri semble penser à peu près comme moi.

  10. C’est plus que de l’idéalisme contrarié : tu lui as carrément coupé la tête ! mais comme j’aime bien tout ce qui est tordu (et pas que les idées ;)) j’ai hâte de voir la suite. Je trouve qu’il y a un petit côté Magritte dans celle-ci, est-ce conscient ?

  11. Je vois un sein, et un seul, dans son dos, et c’est assez dérangeant. Mais je suppose que c’est fait pour. 🙂
    Autrement j’adore tes recherches et j’attends la suite avec impatience, article compris.

  12. Alors la voila cette fameuse idéaliste contrariée!J’aime l’idée de cette série et suis très curieuse de voir comment tu vas en développer d’autres aspects. Te connaissant je sais que tu vas nous surprendre et que ce sera vraiment intéressant. Maintenant concernant cette photo, j’aime l’idée de cette Eve nue qui cache la pomme dans son dos, à qui?, pourquoi), à nous de nous faire notre propre film. J’aime beaucoup le contraste de cette peau diaphane avec la tresse d’ébène. Par contre, je suis un peu perplexe quant à ce cadre « boisé » qui entoure le corps de ta déesse.En bas de l’image,il ne me dérange pas car la transition se fait en douceur mais le haut bien davantage. J’ai l’impression que tu as mis ton modèle dans une armoire ou comme l’a dit Bois que tu l’as suspendue à un cintre. Cette démarcation très nette confère à ton image un côté surréaliste qui me plaît moyennement.Est-ce ce que tu as voulu? Quoi qu’il en soit je plébiscite d’ores et déjà un article de ta plume sur le sujet des séries. Vivement la suite en tous cas. Bonne soirée, Laurence.

  13. Bonsoir Laurence,
    Ce qui est intéressant avec ce type de photo, c’est que l’on bascule immédiatement dans l’imaginaire. Raconter une histoire avec une seule image n’est pas une mince affaire … ici, j’ai perçu quelques idées en vrac : la féminité (malgré que je sois intriguée par la droite du buste où se distingue très nettement la forme du sein et la gauche qui ressemble plus à celui d’un homme), la pomme (l’interdit), la tresse attachée comme une cravate … peut être une ambiguïté ? Comme le dit Spiruline, libre à chacun d’y voir ce qu’il veut 😉
    Il est important de s’ouvrir l’esprit, et de sortir des sentiers battus, et je suis à 100% preneuse d’un article sur le sujet.

  14. … Mmmm, moi, cette photo me laisse dubitative… je crois que je suis un peu déstabilisée par le côté « conceptuel » et surréaliste… Autant en peinture, ça ne me dérange pas, autant en photographie, j’ai plus de mal… Je cherche encore pourquoi!!??

  15. Nous sommes donc plusieurs à ne pas aimer cette tête coupée

  16. J’aime beaucoup! J’imagine facilement comment tu peux passer de la photo au découpage avec des oeuvres uniques par exemple…
    Cela me rappelle un peu le surréalisme … je suis curieuse de voire la suite et de découvrir dans quelle direction tu va partir!

  17. Bonjour à tous !

    Bon, et bien à ce que je vois cette image ne vous laisse pas indifférents, c’est au moins ça de gagné 🙂
    Ce que je remarque, c’est que vous avez été nombreux à tiquer sur le haut de la photo. Je vous rassure, à la maison aussi cet aspect fait partie du débat avec des pour et des contre ! Mince alors, car c’est précisément un des éléments que j’apprécie particulièrement. Justement, à mes yeux cette coupure nette illustre parfaitement une contrariété entre ce qu’on voudrait qui soit et ce qu’il y a. Et puis comme vous l’avez souligné Marie-Laure, Françoise et Spiruline, cela donne un côté surréaliste et dérangeant tout à fait intentionnel.

    L’autre point de dissonance semble être la contradiction et la confusion entre le « devant » et le « derrière ». Qu’est-ce que je vois ? Un dos ou une poitrine. C’est un dos si je considère que les cheveux sont toujours derrière, mais c’est une poitrine si je considère que les mains sont croisées sur le devant (ou les cheveux mis comme une cravate !). Par ailleurs, je jeu d’ombre laisse effectivement penser que ça pourrait être la poitrine d’une femme d’un côté et celle d’un homme de l’autre. Cette ambivalence je l’ai recherchée et c’est pour cela que j’ai posé la question « pourquoi ? ». Je n’ai pas la réponse à cette faute, à cette culpabilité du pécher originel que l’on inculque à nos filles. Qui le fait ? Les hommes comme les femmes.

    Ceci dit, je peux vous affirmer qu’il n’y a aucun secret de fabrication ! Ma petite modèle est ma fille que j’ai prise tout simplement de dos. Ces jeux d’ombre ensuite sont le résultat du mode de fusion avec les différents calques, mais vraiment rien d’extraordinaire techniquement ! Comme je le dis dans le corps de l’article, je n’ai pas assez de compétences en post-production pour faire des choses ultra-sophistiquées !!

    C’est vrai que c’est une image qui rompt assez radicalement avec celles que j’ai l’habitude de vous montrer, et notamment avec des photos qu’on pourrait qualifier de poétiques. Mais que voulez-vous, j’aime aller naviguer sur des terrains qui ne me sont pas familiers, et la création permet toutes les libertés. Je serais folle de ne pas en profiter !

    Ceci dit, je remarque aussi que vous avez apprécié dans l’ensemble cette photo et que vous attendez la suite de la série. La photo que je suis en train de préparer sera assez radicalement différente de celle-ci même si j’espère que vous verrez une cohérence entre les 2. Mais attention, je n’en suis qu’au début de cette série et il se peut qu’elle se déroule sur plusieurs mois à moins que j’ai une inspiration extraordinaire et une réussite photographique hors du commun qui me permettrait de la finir dans les jours qui viennent ! Ainsi, ne vous attendez pas à une suite à un rythme soutenu (n’est-pas Ronan !)

    Céline, je crois que plus que le côté conceptuel, c’est le côté surréaliste qui te déstabilise. J’ai en effet l’habitude de vous montrer des photos dans le même ordre d’idées mais pas dans dans le même style. Tu sais, je suis sûre qu’il y a quelques années je n’aurais pas aimé cette photo, et je suis sincère lorsque je te dis cela. Mais les choses changent avec le temps, notre regard aussi, les idées que nous nous faisons du monde également. Et tant mieux ! Qui sait, un jour tu te souviendras de cette photo en sachant pourquoi tu ne l’avais pas appréciée à l’époque. Ou alors, elle te sera définitivement indifférente 🙂

    Plume et zoom, j’espère que tu n’as pas pensé que je m’étais « vexée » !!! Quand je demande des précisions, c’est vraiment parce que je n’ai pas bien saisi le sens, tout simplement. Comme je l’ai toujours écrit ici, je ne cherche pas forcément des éloges, je cherche plutôt des discussions. Ceci dit, tu as bien fait de préciser ta pensée, maintenant elle est beaucoup plus claire pour moi ! Et comme tu le soulignes, j’ai effectivement pas mal pensé cette photo, pas mal cherché ce que je voulais dire et surtout comment !!

    Merci de tout coeur pour l’intérêt que vous portez à mes élucubrations « artistiques » ! Encore une fois, vos interventions sont un vrai apport !!!

  18. lol Non, ne t’en fais pas, je n’ai pas cru que tu étais vexée, je te connais assez (photographiquement parlant) pour savoir que ce n’est pas ton genre, bien au contraire. 😉 C’est moi qui ne suis décidément pas claire dans mes explications, je suis douée pour chercher mes mots de façon poétiques, mais lorsque je me plonge dans une pure analyse, c’est le désastre. mdr

  19. Je ne sais pas pourquoi, mais ça m’évoque une couverture de livre d’Amélie Nothomb… Sûrement la blancheur. Moi aussi, je serais intéressé par un billet sur ton processus de genèse de séries :). Pour le moment, je ne sais encore que penser exactement de la première de ta série. Je vois la contrariété, dans la coupure nette de la tête, dans la tentative d’illusion dos/torse (quoique pour moi, le dos m’est apparu de manière assez évidente). Mais pour le moment, je n’arrive pas à me faire vraiment une idée. On verra bien sur la suite de la série 🙂

  20. Je suis d’accord avec toi Laurence… Mais je cherche encore pourquoi de manière générale, je n’apprécie pas le surréalisme en photo alors que je peux l’apprécier en peinture… Je finirais bien par trouver ma réponse un jour!
    En tout cas, c’est vrai que les goûts changent avec le temps… 😉

  21. Un serpent de natte sournoise, une pomme : couteau dans le dos, cette virginale Eve réserve à quelque Adam bien d’humains et délicieux tourments. Sa tête manquante met de coté toute raison, mais que cette pomme est rouge !
    Bonsoir Laurence. J’aime beaucoup.

  22. Bonjour Laurence, alors je ne vais pas beaucoup faire dans l’originalité. J’aime beaucoup la photo, mais… je ne suis pas très fan du haut! Par contre j’aime beaucoup cette incursion dans le surréalisme! 😀 J’aime ce mélange avec le conceptuel, et je suis très curieuse de voir où va nous conduire cette pomme pécheresse… J’aime le côté mi-homme, mi-femme, le contraste des cheveux et de la blancheur de la peau. Finalement, en écrivant, je comprends ce qui me dérange avec le haut: c’est qu’il n’est pas assez différencié des contours plus flous du bas. Ils ne s’opposent pas vraiment, du coup, ce haut et ce bas au contraire de la blancheur du corps et du marron des cheveux, et de ce masculin et de ce féminin. Je ne sais pas trop comment tu aurai pu le faire plus tranché, ce haut du corps, histoire de rajouter un symbole de plus entre le passif et l’actif: alors une autre façon de parler du masculin et du féminin .

  23. Bonjour Laurence, toute nouvelle exploration, que ce soit en photographie ou ailleurs, a besoin de temps pour murir, grandir et s’épanouir. J’aime ton approche de la série, celle où le geste combiné avec le temps se peaufine.

    Ton image est percutante, elle ne laisse pas indifférente, elle nous interpelle, suscite toutes sortes de questions. Excellent! L’essentiel est que TOI tu en retires satisfaction. Et bravo pour le partage! Parce que parfois l’opinion des autres peut nous freiner. 😉

    Bonne continuité!

  24. Bonjour !

    Je m’excuse de ne pas vous avoir répondu plus tôt, mais j’ai été très occupée (et notamment pour écrire l’article pour la boîte à photos sur la faible lumière).

    Plume et zoom, ce n’est pas un désastre, loin de là 😉

    Elpadawan, si tu ne sais pas quoi penser de cette photo maintenant, je ne pense pas que ça soit mieux par la suite 🙂 En effet, je suis convaincue qu’une photo doit pouvoir exister pour ce qu’elle et indépendamment de la série dans laquelle elle est insérée. Et tu as tout à fait le droit de rester dubitatif devant une telle image car il faut bien l’avouer (et je l’assume entièrement !), elle est assez étrange !

    Céline, peut-être est-ce que parce pour toi la photo doit trouver un ancrage plus solide dans la réalité (enfin supposée réalité !) alors qu’en peinture tu admets d’avantage les création dites exnihilo ?

    Nathanaël, comment te dire ? C’est toujours un vrai plaisir de te lire, de la manière dont tu manies les mots. Je te retourne donc ton compliment : j’aime ton commentaire 🙂

    Cécile, tu viens de me donner une idée lumineuse ! Je crois que je vais carrément déchirer le haut de cette photo et le recoller ensuite. Je te tiens au courant !!

    Anne, il est clair que demander l’opinion est assez délicat et peut être déstabilisant. Mais je crois avoir atteint un stade où j’accepte et j’assume mes décisions, les orientations que je prends car comme tu le dis très bien, j’en retire une réelle satisfaction et je sais pertinemment que l’oeuvre universelle n’existe pas !!! Il est par contre évident qu’entre une jolie macro et celle que je vous propose ici, je prend infiniment plus de risque de ne pas atteindre le consensus. Mais si je l’ai cherché il a quelque temps, aujourd’hui ce n’est plus le cas !

    Merci encore une fois de tout coeur à vous pour vos précieuses interventions, elles sont richissimes !!!

Répondre à MON IDÉALISTE CONTRARIÉ PREND DU GRADE | LE BLOG PHOTOFOLLE Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.