LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

ON N’A PAS DES MOLLETS DE COQ !


Eh oui, chez les Chellali, on n’a pas des mollets de coq ! La preuve en images : on a osé s’embarquer dans les Dolomites avec sacs à dos, tentes, bâtons, réchauds, brosses à dent, chaussettes et enfants. Je vous en avais donné un aperçu il y a quelque temps (cliquer ici pour le voir !), mais alors j’avais eu un problème de faiblesse mentale, de la Paréidolie selon Cath 🙂 Non, là ce que je vous propose c’est du sérieux, du dur, de la sueur, du danger, de l’émotion brute !!! Cependant, en préambule, il faut savoir que les Dolomites en été, c’est plein à craquer et que pour se la jouer Into Ze Wild, il faut pas mal marcher et surtout, surtout, s’éloigner de toute remontée mécanique et des chemins

 

 

Ceci étant dit, nous pouvons entrer dans le vif du sujet ! Nous avons appris dès le premier soir qu’il faut savoir résister à la tentation de planter la tente devant un superbe paysage, sur un superbe, magnifique, haut et fort dénudé promontoire.

 

 

Car quand la nuit vient et que l’orage fait corps autour de nous, sur nous, voire en nous, que les éclairs nous permettent de voir notre ombre et quand on visualise mentalement et avec une précision extrême toute la vaisselle métallique laissée dehors … et bien on n’a plus qu’à croiser les doigt de pieds parce que de toutes façons on n’a pas le temps de compter entre l’éclair et le coup de tonnerre. Le lendemain, on se sent un peu comme des héros qui auraient survécu à un événement titanesque, surtout quand on rencontre un berger qui vit dans ces montagnes depuis 75 ans et qui nous avoue n’avoir pas essuyé d’orage aussi fort depuis bon nombre d’années ! Bon, avouons que c’est un berger des temps modernes, car bien qu’il n’ait pas de tente et qu’il se contente d’une bonne couverture (respect quand même !), son troupeau de moutons, il l’élève dans ces hauts pâturages pour les marocains et leur fête de l’Aïd (sic). Ah ! Si Heïdi voyait son grand-père !!

 

 

Bref, après ces considérations fort terre à terre, nous avons commencé à gravir les sommets, pour de vrai ! Plus haut encore !

 

 

 

Si, si, toujours plus haut, là où il n’y a plus un arbre ni un brin d’herbe qui pousse, là où c’est très très très pentu, qu’il n’y a que des cailloux qui glissent et que le sac à dos pèse vraiment lourd, là où on est tout petit petit petit (regardez bien, les 2 taches c’est Chellali senior et Chellali junior), et forcément le temps qui se couvre et qu’on se dit qu’on va à nouveau se taper un orage

 

 

Et tout ça pourquoi ? Pour passer ce col on ne peut plus hospitalier ! Alors tant pis pour les jambes de Lucky Luke, on ne va quand même s’attarder ici (je vous avais prévenus, il y a de l’émotion !)

 

 

N’allez surtout pas penser que nous avons vécu un séjour où nous avons seulement eu peur et sué et pris des orages sur la tête ! Non, non, non, nous avons eu nos moments de récompense, avec de superbes paysages, tout en douceur et en lumières et où j’ai même réussi à voir en couleurs !

 

Enfin, pour finir, je vous donne l’adresse de mon coin à paréidolie. C’était là :

 

 

Voilà pourquoi nous n’avons pas des mollets de coq chez les Chellali !

 

 

J’ai très envie de vous proposer d’écouter ce morceau de musique pendant que vous visualisez les images en grand. Je le trouve top ! 

 

Laurence

Laurence

Côté rêvesJe dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu’ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique … Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique « Cours« . Plus apparentée à une « coacheuse photographique », j’aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

16 Commentaires

  •    Répondre
    du grand art, ça donne envie de tout plaquer à l’instant.
    De très beaux noirs et blanc portés par un texte entrainant (on envie de savoir la suite dès les premières phrases). tu avais trainé un gros appareil ou tu voyageais léger ?
  •    Répondre
    Mes mollets de vieille poule de luxe n’auraient jamais pu vous suivre dans cette aventure… Reste le rêve, toujours présent, de Dolomites… Bravo à tous! Le portrait du berger, génial!
  •    Répondre
    Formidable « reportage » qui donne envie d’aller jeter sa tente! (On ne les monte plus, maintenant!)
  •    Répondre
    Bonjour Ronan et Chri, bonjour et bienvenue Nicole ! Ouaip, je suis tout à fait d’accord, en travaillant sur les photos, je me disais que je repartirais bien !

    Ronan, j’ai voyagé léger et à l’économie, avec mon compact et sa batterie qui devait durer tout le temps du séjour. Il fallait choisir entre la photo et les gamelles 🙂

    Nicole : Oh nous ne sommes pas très sportifs et ne cherchons pas du tout la performance ! Juste avoir du plaisir !

    Chri : Taratata, les tentes de bivouac, ça se plante, parce que celles qui se jettent, je ne vois pas trop comment on fait pour les trimballer sur le dos. Et puis je crois que j’aurais trop peur d’être pliée avec elles :))

  •    Répondre
    Je ne sais pas si ce ,montagnard a des mollets de coqs mais j’aime ce portrait souriant de personnage du cru.
  •    Répondre
    Magnifique! Cette ballade fait rêver… en tout cas sur photos, car pour l’orage je dois dire que je m’en passe volontiers … 🙂 Les photos en noir-blanc sont vraiment superbes. J’aime beaucoup le traitement que tu as fait et je dois dire que je t’imaginais comme Ronan avec tout l’attirail du photographe. Pour ma part, j’ai toujours de la peine à ne pas prendre mon reflex avec, c’est un véritable dilemme, mais après avoir franchi un col avec bien des kilos de matériel photographique, j’ai appris à être plus sage.
  •    Répondre
    Tu nous offres là un grand moment d’évasion 🙂 ! Rire, émotion, peur, vertige! Tout y est. Merci pour ces bons mots portés par ces belles images (ou l’inverse?)
  •    Répondre
    quelles aventures! je vois que l’orage vous a epargné ainsi que tes photos 🙂 … et j’admire de n’avoir qu’une seule batterie. je ne sais pas si j’aurais tenu meme pendant un voyage en famille. mais je suis surprise: Pas de Holga?
    Le lieu a l’air grandiose malgré ces péripéties…
  •    Répondre
    Perso j’ai beaucoup de mal à faire du paysage en N&B. En revanche toi, tu t’en tires admirablement. Chapeau !
  •    Répondre
    Bonjour à vous !

    Ce berger était beau, hein ! Je n’ai pas pu résister, il avait tout pour nous plaire ! Le regard, le visage et les mains burinées, la barbe, le chapeau avec un edelweiss (en fait 2 et il m’en a donné un), jusqu’aux jumelles que l’on aperçoit sur l’image si on fait attention. Avouez que ça aurait été franchement dommage de ne pas l’immortaliser !

    Sur le matériel, je dois vous avouer qu’en fait mon gros attirail (que j’appelle d’ailleurs ma grosse bertha) reste de plus en plus souvent sur l’étagère et que je ne le sort que dans des cas bien précis (pour faire de la macro ou si j’ai une commande ou si je sais que les conditions seront trop limite pour mon compact). Cette grosse bertha est donc devenue en quelque sorte mon second boîtier tant j’aime la liberté, la légèreté et la discrétion du compact. Par ailleurs, je savais que je ne prendrais pas beaucoup de photos car quand on marche en montagne avec un sac à dos de 15 kilos, on ne s’amuse pas à avoir un appareil photo en bandoulière et on ne s’arrête pas toutes les 3 minutes pour prendre des photos (pour reprendre souffle si, mais pas les deux à la fois !). Enfin, pour économiser la batterie c’est très simple ! Il suffit de prendre peu de photos, c’est à dire de choisir son moment. Et souvent, on se rend compte que les photos n’en sont que meilleures !

    Eh oui Françoise, pas de Holga ! Il fallait là aussi choisir ! Non pas pour une question de poids, car pour le coup le Holga ne pèse strictement rien, mais pour une question de place. 2 appareils photo, franchement, ça aurait été de trop 🙂

    Ah ! la photo de paysage en n&b … Je crois que ce qui fait l’essentiel d’une belle photo de paysage est très très souvent la qualité de la lumière. Et en n&b, c’est d’autant plus vrai ! Je suis vraiment contente que vous les appréciiez. Il faut dire aussi qu’effectivement les Dolomites sont vraiment impressionnantes et grandioses. Je ne connaissais pas du tout cette partie des Alpes et je vous le dit, ça vaut le détour ! C’est unique, vraiment !

    Merci de tout coeur pour vos gentils mots et je vous souhaite à tous une excellente journée

  •    Répondre
    Ah ! La magie de la montagne ! On s’y sent tout petit mais aussi si grand dans ces lieux , Merveilleuses images et Bravo aux mollets Chelleliens ! Phil
  •    Répondre
    Ah ma cocotte quelle aventure et quelles photos! Je me suis régalée. tes paysages alpins entre ombre et lumière sont splendides. Bravo!
  •    Répondre
    Quelle escapade, on respire à plein poumons, merci ! C’est marrant, dans ta série, toutes les photos sont réussies mais certaines ont le style « Laurence » (1ère, dernière, la croix et les corbeaux) et d’autres moins (attention, il ne s’agit en aucun cas d’un reproche, c’est juste une constatation). Très beau portrait de ce vieil homme.
    Bon WE
  •    Répondre
    Bonjour !

    Je suis heureuse de voir que vous en avez alors pris plein les poumons vous aussi 🙂

    Véro, tu m’interpelle !Et je me demande ce que tu veux bien me dire par là … Je vais y réfléchir, c’est sûr ! Alors que te répondre dans un premier temps … Tout d’abord, ces photos ne sont qu’une dizaine sur les 120 que j’ai prises de ces vacances. J’ai donc sacrément sélectionné, car j’avais envie de vous montrer des choses assez variées (sinon ça n’aurait plus été du « reportage » !), mais en même temps je ne voulais pas vous lasser en vous faisant subir le coup de l’album souvenir ! Ensuite, parmi ces photos, il y en a certaines dont j’ai dû me servir pour d’autres projets et comme je les avais déjà traitées, je ne les ai pas retravaillées pour faire quelque chose d’unitaire. Et c’est vrai que de ce point de vue là, j’aurais quand même pu faire cet effort !! Et je suis tout à fait d’accord sur le fait qu’on pourrait presque croire qu’elles ont été prises à des moments, voire dans des lieux tout à fait différents. Mais je te promets, il s’agit bien des mêmes vacances et des mêmes personnes 🙂 La prochaine fois, promis, je ferais plus attention !

    Je vous souhaite à tous une excellente fin de week-end !

  •    Répondre
    Bonjour Laurence, une très belle série de photos noir et blanc dans ces Dolomites! Très belles ambiances bien mises en valeur. Et en effet, le portrait du berger est exceptionnel! 🙂 Merci pour le partage!
    Cyril
  •    Répondre
    Comme les fées et les elfes, tu as su tirer parti des diverses lumières des montagnes!

Laissez votre commentaire