PANE ED OLIO IN FRANTOIO

Comme chaque année, la commune de Sestri Levante organise une exposition dont le thème est « Pane ed Olio in Frantoio ». L’année dernière, j’avais eu l’honneur de pouvoir y exposer quelques photos, et cette année je n’ai pas manqué à l’appel ! Il faut dire que nous n’avons pas été nombreux à nous précipiter car l’argument à développer est loin d’être facile ! Il s’agit en 4 photos de construire un récit autour du pain. Mais attention, ces photos doivent clairement avoir été prises en dehors de l’Italie.

Je ne sais pas vous, mais quand je voyage, je ne me concentre pas vraiment photographiquement sur cet aliment, et à moins d’avoir une opportunité bien précise, j’imagine qu’on ne doit pas être très nombreux à faire un reportage autour du pain … Oh bien sûr, j’ai des photos de ma belle famille algérienne prises dans la cuisine. Mais non seulement ces photos sont purement des photos souvenir et ne peuvent, qualitativement parlant, prétendre à être dans une expo, mais en plus, rien n’indique que les personnes qu’on voit s’affairer ne sont pas italiennes !!!

Je me suis donc creusé la cervelle et j’ai ressorti des images anciennes que j’avais prises à Paris, dont une d’une boulangerie. Et c’est donc à partir de celle-ci que j’ai construit ma petite histoire …

Voici donc ces fameuses images :

 

Et voici le petit texte (qui sera en italien bien sûr !) pour accompagner et expliquer la petite histoire :

L’heure du goûter

Je me souviens … Mon enfance à Paris. Le bruit de la ville à travers les fenêtres closes, la voix de la maîtresse, le grattement de la plume sur le cahier, et, ce moment tant attendu de l’après-midi, le tintement de la cloche qui nous libérait de l’école. Arrivaient alors les cris des enfants, le son de mes pas sur le trottoir, l’odeur du pain frais quand j’entrais dans la boulangerie, la clé de l’appartement que je sentais dans ma poche. Je me vois encore dans la cuisine, étalant avec gourmandise le beurre et la confiture de framboises sur le pain, salivant du plaisir à venir.
Aujourd’hui, je regarde ma fille. Les mêmes gestes se répètent, son plaisir ressemble à celui de mon enfance, et je me dis que finalement il y a des choses  qui ne changent pas …

Et figurez-vous que je suis très curieuse de découvrir les autres histoires ! L’exposition a déjà été inaugurée mais je n’ai pas pû y aller. Je vous tiendrai au courant dès que je l’aurai vue !

… Et je ne veux lire AUCUN commentaire sur l’affiche, SVP … C’est pas moi, c’est pas de ma faute …

  1. et bien encore une fois Laurence, votre imagination me ravit … raconter une histoire avec d’anciennes photos .. bravo ! et la votre me plait beaucoup ! on chemine d’image en image, c’est simple et agréable … les souvenirs remontent ! l’heure du gouter, sur le chemin de l’école, les odeurs de la boulangerie …
  2. C’est un pur plaisir de passer par ici! J’aime chacune de ces photos (excepté l’affiche…sans vouloir blesser l’auteur) qui sont tout à fait différentes. J’ai comme l’impression d’un zoom de l’une à l’autre, l’impression de progressivement atteindre le « pain », l’envie d’y arriver et on y arrive en effet. Ce noir blanc est magnifique, soigné et intense. J’adore la deuxième photo! Ca fait un moment que j’essaie d’avoir le reflet d’un oiseau qui vole dans l’eau…pas encore réussi, alors là je dois dire un grand bravo!
  3. Tu m’en avais parlé et je suis d’accord avec toi, le thème n’est pas évident. J’aime bien ta manière de traiter le sujet, tout en subtilité et en évocation. J’avais déjà vu ta photo de la boulangerie en couleur, le n&b lui va bien aussi. Ceci dit, je trouve un peu bizarre cette obligation de prendre les photos à l’étranger. Certaines des tiennes peuvent clairement avoir été prises en Italie… Mais pour moi cela n’enlève rien à leur qualité narrative. Bon w-e Laurence :-))
  4. Emeric : :sick: :sick: :sick:

    Le p’tit Nicolas : Merci à toi !!!

    Véronique : vous aussi vous avez les mêmes alors, parisienne que vous êtes !

    Philippe : merci !!! Pour l’affiche, tu es sérieux ?

    Jeanne : je me souviens du moment où j’ai déclenché. Effectivement, j’étais en train de cadrer et c’est vraiment par hasard que ce pigeon est passé. J’ai déclenché à ce moment là, mais j’ai eu beaucoup de chance !

    : Je crois que seule la dernière peut avoir été prise n’importe où (ce qui est d’ailleurs le cas, je l’ai faite pour finir mon histoire 🙂 ). Pour les autres, on est vraiment à Paris. Il pourrait y avoir un doute sur le passage piétons, mais ici, en Italie, je n’en ai jamais vu de cette sorte …

    Gérard : merci Gérard ! Le profil sur fond vert, vous parlez de l’expo de l’année dernière alors !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed
À lire également
Une flopée de bonnes news