LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

POURQUOI LES REFLETS ?


Il y a quelques jours, je vous présentais une photo de reflet, Vers l’automne.

Je disais dans les commentaires que les reflets, quels qu’ils soient, c’est un peu mon dada. Et j’ai eu envie de vous expliquer pourquoi. Pour illustrer mes propos, je vais me servir de photos que j’ai prises il y a quelques semaines lors d’une sortie que nous avons faite avec d’autres photographes et où nous devions travailler sur ce thème : Genova sans équivoque. L’idée du thème est que les photos doivent évoquer à coup sûr Genova sans que ce soient des photos de monuments pris dans leur ensemble. Et pour la petite histoire, nous avons eu la bonne idée de faire ce boulot un dimanche matin alors que tout était fermé 🙁 Bref …

Je me suis donc dit que j’allais utiliser ces fameux reflets ! Pourquoi ?

Tout d’abord, ils nous permettent d’avoir les yeux là où on ne les a jamais d’habitude (sauf les mamans !), c’est à dire derrière la tête.

 

Ainsi, j’ai pris ces deux images sans que les gens ne s’en rendent compte ! Tout au plus ils se demandent bien ce que je fabrique mais ça ne m’affole pas du tout 🙂 Et c’est cela qui est vraiment intéressant car quand ils vous regardent, ils n’ont absolument pas conscience d’être pris en photo et du coup ils ont un air tout à fait naturel. Bon, j’espère pour notre couple que c’est un regard intrigué à défaut d’un autre type de regard ! Pour la première photo, j’étais collée au miroir que l’on voit dans la seconde photo où la jolie rousse se reflète. Et je précise pour ceux qui ne connaissent pas Genova sur le bout des ongles (m’enfin !) que la boutique « Il Baretto Gallese » est une sandwicherie historique qui existe depuis 1948. Ensuite, en post production, il n’y a qu’à retourner la photo horizontalement si besoin !

Je me suis également concentrée sur un autre type de reflet, celui des affiches, et je dois dire que ça m’a donné quelques idées qu’un jour j’approfondirais (c’est ce qu’on appelle une « To do list », c’est ça ?). En attendant, ce type de reflet est vraiment intéressant car il permet en un seul déclenchement d’obtenir l’équivalent d’une double exposition. En plus, l’affiche ne bouge pas et on a tout notre temps pour appuyer sur notre petit bouton. La difficulté par contre est de cadrer à un endroit où il n’y a pas trop d’écritures et où on ne voit pas les bords et on se rend vite compte que les possibilités de cadrages ne sont pas infinies. Par ailleurs, on devient très dépendant de la couleur dominante de l’affiche et/ou de la vitre, mais ce dernier point n’est pas pour me déplaire.

Ainsi, sur cette image, je me suis servie d’une affiche qui représente le port de Genova, son phare et les grues, dans laquelle se reflétait une des 2 gares principales de Genova, Brignole.

Sur les deux images suivantes, j’ai tenté de saisir l’équivalent en tout petit de la tour Montparnasse et un immeuble à l’architecture caractéristique :

 

 

Et pour finir, j’ai trouvé que la bouche et la main très féminine et sensuelle de l’affiche collait bien avec la représentation de l’opéra de Genova

 

Comme je l’ai souvent dit, je suis une amoureuse de la photographie au sens premier, où ce qui m’émeut, c’est ce fameux instant décisif où tous les éléments semblent s’harmoniser sous l’oeil du photographe. C’est pour cela que je rechigne très souvent à manipuler mes images (sauf du point de vue colorimétrique, c’est sûr, j’en use et parfois j’en abuse !) et que je suis une acharnée du cadrage et de la composition en direct. Or, photographier des reflets me permet sans manipulations post-traitement extraordinaires d’obtenir des images comme je les aime, souvent rêveuses, aux contours un peu flous.

Et vous, vous amusez-vous avec ces reflets ?

 

 

 

Laurence

Laurence

Côté rêvesJe dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu’ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique … Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique « Cours« . Plus apparentée à une « coacheuse photographique », j’aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

22 Commentaires

  •    Répondre
    J’aime beaucoup la dernière image. Ce que je n’aime pas trop dans les reflets c’est lorsque l’on voit d’évidence que c’en sont… Ce qui n’est pas le cas là, ni sur la première, ni sur l’Opéra du reste.
    Vrai que les cadrages sont casse-têtes…
  •    Répondre
    J’essaie de plus en plus de faire attention aux reflets. Pareil avec les ombres, mais ce n’est pas encore un reflexe chez moi donc encore à l’état de « to do liste » comme tu dis. J’aime beaucoup tes essais dans les affiches, on peut beaucoup s’amuser avec ça. Encore faut-il avoir des affiches « vitrées » ce qui est assez rare en Suisse malheureusement.
  •    Répondre
    Oui oui ouiiiiiiiiiii ! Les reflets, on n’en abuse jamais assez !!
    La 2ème photo est très chouette, mais alors la dernière, c’est un top must super classe ! Une tueriiiie !!
    Bises ma Laurence et toujours merci de nous transporter avec tes images ! 🙂
  •    Répondre
    Bonjour Laurence,
    Et bien, tu vois, j’ai réussi du premier coup à trouver le bon chemin…
    Très intéressant cette réflexion (c’est le cas de le dire) sur les reflets.
    J’aime beaucoup ta façon « d’aller vers ta photo », ta démarche photographique..
    Je comprend que tu parles d’amour de la photographie.

    ma préférée de cette série, c’est la 4e ( le première petite) celle qui semble en sépia. Il y a quelque chose de mystérieux là dedans.. J’aime ça.
    ps, tu m’as bien fait rigoler avec ta « to do liste ».. pourquoi en anglais?

  •    Répondre
    C’est vraiment très créatifs les reflets et j’y suis de plus en plus sensible. Comme le relève Chri, toute la difficulté consiste à éviter justement qu’il y ait trop de reflets, le sien par exemple. Parfois c’est chouette mais pas toujours et cela nous oblige à nous contorsioner pour ne pas apparaître dans l’image. J’ai un énorme coup de coeur pour ta dernière photo. parfaite.:-)) Mais dis-moi, tu sais parler aux oiseaux pour qu’ils apparaissent si souvent dans tes images???? Belle fin de semaine Laurence
  •    Répondre
    Les reflets sont sans aucun doute le moyen de réaliser des photos rêveuses qui content une histoire, un moment… bravo!
  •    Répondre
    Bonjour !

    Je vois donc que les reflets ne vous sont pas indifférents ! C’est vrai que pour les voir, il faut se mettre dans une démarche un peu particulière et surtout, il faut vraiment aller à leur recherche car spontanément on ne les voit pas (sauf dans le cas du miroir). C’est comme s’il fallait soulever une sorte de rideau et aller voir au delà de l’évidence. Arf, c’est difficile à expliquer !

    Chri : je ne comprends pas tout à fait ce que tu veux dire par reflet « trop évident ». Si tu pouvais m’expliquer un peu plus ça m’intéresse vraiment !

    Lucie : Tu as tout à fait raison en ce qui qui concerne les ombres. C’est presque la même démarche du point de vue de la recherche car à priori on a tendance à ne pas les voir. Ceci dit avec le temps et l’expérience on apprend à les intégrer dans une composition et à y faire attention. Le type de reflet dont nous parlons ici est différent dans le sens où nous cherchons à en faire une image en soi avec cette impression de double-exposition.

    Anne-Laure : Ah ! Une Anne-Laure sans reflets, ce n’est plus notre Anne-Laure ! Je suis vraiment contente que la dernière photo te plaise à ce point là parce que je dois bien avouer que j’ai pas mal « galéré » pour la choper telle quelle. J’en profite pour répondre en partie à Spiruline en même temps. Non, non, non je ne parle pas aux oiseaux et j’aimerais bien ! Ca me faciliterait la vie, car les oiseaux dans le ciel, c’est comme les reflets, c’est un peu mon dada 🙂 Dans le cas présent, il y avait tout un groupe de mouettes qui n’arrêtait pas de voler au dessus de nos têtes (Genova est très très très au bord de la mer !) et donc à priori il n’y a rien d’extraordinaire à les intégrer dans la photo. Par contre, de là à les photographier dans la compo ça a été toute une autre histoire ! Entre celles qui allaient trop vite, celles que j’ai coupées, celles qui sont venues se superposer au bâtiment, les floues … j’ai pris exactement 28 photos !!! Et j’étais sur le point de renoncer quand j’ai pris la dernière photo qui est celle que je vous présente. On peut donc dire que c’est à la fois de la chance et de la persévérance !

    Dominique : Et bien tu vois, ce n’est donc pas si compliqué !!! Ceci dit, suite à tes hésitations, j’ai changé quelques intitulés des menus. Ainsi, « actualités » est devenu « événements » car dans cette section j’y indique les petits et grands événements de ma vie photographique. Puis j’ai ajouté à côté de « accueil » le terme « journal » (je ne voulais pas du mot « blog » que je ne supporte plus). C’est peut-être plus clair ainsi ? Mais « journal », ce n’est pas un peu snob ? Mais au moins, c’est en français contrairement à la « to do list » 🙂 Moi aussi j’aime bien la photo dont tu parles et il me semble que tout l’intérêt de celle-ci est la force du regard.

    Spiruline : encore une petite précision : la contorsion fait souvent partie de la vie du photographe et pas seulement pour éviter de se voir dans le reflet ! Et c’est toi qui me dit ça ! Toi qu’on retrouve si souvent dans des positions invraisemblables !!

    Cath : merci Cath pour tous tes gentils commentaires sur plein plein d’images. je suis ravie qu’elles te touchent !!

  •    Répondre
    Stupéfiant ! C’est le premier mot qui vient à mon esprit qui divague dans les méandres évocateurs de tes photos magiques : on est dans une autre dimension de la réalité, où la part de rêve n’est pas en reste… et cette impression de réalité  » trafiquée » doit être le résultat de ton travail de photographe qui joue de nos perceptions avec ces fameux reflets, non ? C’est du moins l’interprétation que j’en donne : bien vu 😉
  •    Répondre
    Je veux dire que je n’aime pas trop quand d’une image à la première seconde de la première vue, on se dit: Ce reflet! (ce peut être quel joli reflet!)
    J’aime bien quand on se demande mais que se passe-t-il dans cette image?
  •    Répondre
    Bonjour !
    Une très belle série.
    Regarder les reflets c’est aller un peu plus loin dans la démarche du photographe qui cherche à voir le beau, l’extraordinaire, l’émotion dans ce qui l’entoure.
    C’est aussi faire un pas de côté, entrer dans un monde magique, un monde où par exemple la lune est une ampoule et où notre plafond est la voie lactée http://img687.imageshack.us/img687/9819/ampouleciel1.jpg (modeste clin d’œil à ton très beau travail)
  •    Répondre
    Bonjour Marie-Laure, Chri et Astor !

    Marie-Laure : ne trafiquons-nous pas sans arrêt la réalité pour l’arranger à notre sauce, pour l’adapter à notre lorgnette et pour n’en retenir finalement qu’une partie ? Je crois fondamentalement que si, et ceci toutes nos activités, que ce soit de la plus « élevée » à la plus « prosaïque ».

    Chri : je te remercie pour tes précisions que je retiendrai et je crois que tu as tout à fait raison ! Il faut savoir surprendre certes, mais aussi interroger ou plus exactement interpeller. Et le plus souvent, c’est en proposant des images à « double lecture » qu’on y arrive le mieux. Merci Chri !

    Astor : Quelle poésie dans l’image que tu nous donnes à voir ! C’est une des tiennes ? J’aime vraiment beaucoup l’idée 🙂 Regarder les reflets, je ne sais pas si c’est vraiment aller plus loin. Je crois surtout que c’est regarder autre chose, ce qu’on n’a pas l’habitude de voir, et ceci non pas parce qu’on en n’est pas capable, mais tout simplement parce qu’on n’y prette pas attention ! Par contre, je te rejoins tout à fait sur l’utilisation infinie qu’on peut faire de ces reflets, et la poésie en fait très certainement partie !

  •    Répondre
    Plus loin, autre chose, je ne sais pas. Je crois que l’on se comprend : c’est d’une certaine façon la démarche générale du photographe mais en ouvrant une autre porte.
    La photo proposée sur Imageshack est effectivement l’une des miennes. De la chambre, je regardais la colline voisine quand j’ai vu ce reflet de la lampe. Après, tu connais : bien placer l’ampoule dans le ciel, ne pas être (involontairement) sur le reflet, mise au point etc. Et on finit par avoir une photo que l’on a envie de garder !
  •    Répondre
    Hello Laurence,
    Ton billet m’avait interpellée, et je m’étais promis d’y revenir. Comme toi, je suis fascinée par les reflets, et je rajouterai les reflets sur les lentilles, qui dessinent des trucs bizarres dans nos images 😉
    Je pratique la photo urbaine en dilettante, même si j’adore ça. Et je ne suis pas très à l’aise avec la photo d’humains. les reflets, ça me rend moins timide: pour moi, cela permet de prendre de la distance, sans doute de se protéger derrière. Et cadrer et composer lorsque l’on vise plusieurs images superposées, c’est un espèce de jeu cubiste qui me fait l’effet d’une séance de relaxation. Tu me donnes envie de ressortir l’olympus!
    Comme d’habitude, tes photos sont superbes, et j’ai aussi adoré la précédente (reflets d’automne)
  •    Répondre
    Hier virée à la ville, et grâce à ce billet, je me suis pris le temps d’un bon bain urbain entre chien et loup, armée de mon olympus. Cela m’a fait un bien fou! Magie des blogs.. Merci et bonne journée.
  •    Répondre
    Yes Cathy, j’en suis absolument ravie !!!! Tu nous montreras le résultat ?

    Bien entendu, dans cet article, je n’ai absolument pas parlé de tous les types de reflets et je me suis contentée de parler de ceux des vitres et en prenant un exemple extrêmement particulier, celui des vitrines. Et bien sûr, il y a des dizaine, des centaines, des milliers de possibilités de jouer avec eux ! Car au fond, ils sont le « reflet de notre âme 🙂

  •    Répondre
    L’idée du reflet, c’ est un peu la photo de la photo derrière la photo, dédale, arcane , c’est vrai qu’il y a quelque chose de l’ombre là aussi , une quête ? Aller chercher derrière ? Ma préférence va à la dernière qui m’émeut le plus … Un souffle de légèreté sur ce bâtiment soviétique ! ( oui j’ai lu que c’est l’opéra ). L’instant est superbement choisi . Merci de ce partage Laurence .
  •    Répondre
    Merci à toi Nathanaël d’avoir pris le temps de les regarder 🙂
  •    Répondre
    aaaaah, les reflets, tout un monde ! Il fut un temps, c’était devenu une telle obsession chez moi que je ne voyais presque plus qu’en reflet… Et il faut dire que c’est parfois pratique (aussi quand on est maman, lol !)
    J’adore ta série.
  •    Répondre
    Bonsoir Laurence,
    Cela fait un petit moment que je ne me suis pas baladée sur ces pages et mon plaisir n’en est que plus grand vu toutes les merveilleuses images que j’y découvre!
    C’est là que je décide de te laisser un petit message, encore une fois tes images me transportent et me font rêver, magnifique !
  •    Répondre
    J’aime beaucoup vs reflections sur les reflets et votre manière d’envisager ce thème à partir d’eux. Je suis moi aussi assez fascinée par les reflets, et en tant que tels, mais je vais essayer votre manière et voir ce que cela m’apporte. Merci.
  •    Répondre
    Bonjour Caroline et bienvenue Annierita !

    Je suis absolument ravie que ces images vous touchent 🙂 Et je suis encore plus ravie qu’elles vous inspirent pour les vôtres Annierita 🙂

Laissez votre commentaire