LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

Road trip en Gansu (suite …)


Allez, vous êtes prêts pour continuer la route dans cette magnifique province du Gansu ? C’est parti !!!

Pour ceux qui nous rejoignent en chemin, cliquez ici pour découvrir la première partie de notre périple 🙂

Les festivités du jour de l’an

Comme d’habitude, commençons par une carte pour nous repérer.

 

 

Il y a une chose dont je ne vous ai pas encore parlé … 

Nous avons donc effectué ce road trip l’hiver dernier durant les festivités du jour de l’an. En fait, pour être exacte, je devrais plutôt dire que que nous l’avons fait pendant la Fête du Printemps, donc au début du printemps chinois, soit … en plein mois de février. Tout le monde sait à quel point cette fête est importante pour les Chinois et que bien souvent elle est l’unique occasion annuelle pour les réunions de famille. C’est extrêmement important pour eux car il s’agit de répondre à l’obligation du culte des ancêtres, un des plus hauts degrés de la norme sociale en Chine. À ce titre, les chinois ont donc 8 à 10 jours de congé national. Durant la fête du printemps, il se produit une migration de masse des villes vers les campagnes. Mais attention, qui dit masse en Chine dit véritablement Masse avec un M majuscule ! C’est ainsi qu’un certain nombre de très grosses villes comme Pékin, Shanghai ou Shenzhen deviennent, pour le temps de ces congés, de véritables villes fantômes. Et bien entendu, ma ville, Nanjing, n’échappe pas à ce phénomène. Imaginez un peu tout Paris aussi calme qu’un village de la Creuse un dimanche après-midi … Et bien c’est exactement ça ! Ainsi, en quittant Nanjing pour ce voyage, nous pensions donc logiquement trouver beaucoup de monde dans les campagnes. Et bien il n’en fut rien … Vous avez dû remarquer dans la première partie de l’article à quel point les photos sont vides de gens, y compris dans des zones touristiques comme par exemple le désert du Tengger. En fait, on nous a expliqué que les gens sont bien là, mais dans les maisons, à festoyer et tenir des agapes gargantuesques.

C’est pourquoi lorsque nous sommes tombés à l’improviste sur une parade traditionnelle dans une petite ville que nous traversions, enfin nous tenions les images de notre imaginaire et de nos fantasmes ! Enfin du monde, des costumes, des masques et des dragons !!!

 

Vous serez peut-être surpris que je vous montre des photos en noir et blanc. D’abord, je souhaite titiller votre imagination 😉 Mais surtout, étant donné la profusion de couleurs criantes, qui plus est sous un soleil radieux et avec des zones d’ombre terribles, il me semble qu’ainsi on reste plus près de ces gens. C’est la magie du noir et blanc n’est-ce pas … on enlève le superficiel pour aller plus au fond, on supprime les distractions pour aller à l’essentiel…

D’après ce qu’on a compris, il semblerait que ce cortège allait de magasins en magasins pour souhaiter bonne augure et bonne fortune aux patrons pour la nouvelle année. En effet, il s’est arrêté devant une première boutique, le patron a fait un discours puis les « acteurs » ont entamé une danse au son des tambours et des cymbales avant de s’éloigner vers le magasin suivant. Nous n’avons pas osé les suivre longtemps car nous avons bien vu que notre présence était un tantinet trop remarquée . Vous imaginez, des blancs débarquant de nulle et qui s’arrêtent ici, ça aura probablement fait la une des journaux du lendemain ! 😉 

Nous avons donc repris la route, destination les montagnes arc en ciel de Zhangye …

Zhangye et ses montagnes arc-en-ciel

Une immense « anomalie » géologique de plus de 500km2 s’étend dans les environs de Zhangye. C’est là que nous avions décidé de faire halte car les images aperçues sur internet nous avaient mis l’eau à la bouche : on nous promettais de véritables arcs en ciel !

Bon … Probablement que l’heure n’était pas la bonne, probablement que les restes de neige faisaient un effet miroir et atténuaient les couleurs, probablement que ce n’était pas la bonne saison, probablement que  … Mais le fait est qu’en guise d’arcs en ciel, nous avons surtout profité de nuances de couleurs assez douces et très très trèèèèès éloignées des photos que nous avions vues !

Si vous tombez sur ce genre d’images, sachez que c’est du fake !

 

Je préfère partager avec vous des images bien plus proches de la réalité !

 

Pour ma part, j’ai très vite compris que photographiquement parlant, il serait impossible d’obtenir le genre d’image « fake » que je vous ai montrée plus haut, à moins de les contraster de manière extrême et de reprendre les tons un par un pour saturer les couleurs en post production. J’ai donc imaginé toute une partie du parcours en noir et blanc. Laissez-moi vous en montrer quelques petits exemplaires …

 

Vous avez probablement compris que nous avons quand même été déçus… Même si les paysages étaient objectivement remarquables, la sensation de s’être faits rouler dans la farine nous a laissé un drôle de goût … Aussi, nous avons décidé de ne pas nous attarder plus que nécessaire et de reprendre la route …

La Grande Muraille de Chine

 

La fameuse Route de la Soie passe pour une bonne partie dans la province du Gansu. Et qui dit Route de la Soie dit … Grande Muraille de Chine ! Et la Muraille, c’est vrai qu’elle est grande … Vous imaginez ? 8800 km ! Et les Chinois ont mis 2000 ans pour la construire. Je trouve fascinant cette persévérance et cette constance à travers les dynasties pour s’atteler à un tel projet concret durant 2 millénaires. Il n’en demeure pas moins que dans mon esprit, la Grande Muraille était plus une idée qu’un édifice encore tangible. Et bien je pense que je me suis trompée 😉 Depuis Wuwei en effet, il nous arrivait de longer durant des kilomètres et des kilomètres un mur en terre. Au début, nous pensions qu’ils s’agissait de vestiges de murailles de villages fortifiés. Mais nous avons dû nous rendre à l’évidence … ce ne pouvait être que la Grande Muraille dans cette région ! C’est vraiment là que j’ai pris conscience du gigantisme de cette barrière construite pour protéger des invasions !

La plupart de ceux qui sont allés sur la Grande Muraille de Chine le font à partir de Pékin. C’est pourquoi lorsque nous avons découvert qu’à Jiayuguan se dressait le fort le mieux conservé (restauré) de la Grande Muraille, nous avons décidé de pousser plus loin notre périple et d’aller visiter cette fameuse partie la plus à l’Ouest de la Chine.

Connu aussi sous le nom de « Premier Col Majeur Sous le Ciel », ce fort a donc été construit entre 1372 et 1539 afin de contrôler cet étroit corridor situé entre le désert de Gobi et les mont Qilian. Il était une pièce maîtresse de la Route de la Soie.

Et pour finir sur ce fort, quelques clichés minimalistes et … un selfie familial 😉

En reprenant mes photos, j’ai cherché désespérément des images des alentours, celles de la muraille elle-même, des paysages que je me souviens parfaitement avoir prises …. Mais j’ai dû me rendre à l’évidence … Je les ai probablement purement et simplement supprimées de mon disque dur de voyage car je ne les retrouve plus. C’est la première fois qu’une telle erreur de manipulation m’arrive et je m’en veux abominablement !!!!!!! Vous ne verrez pas le fort avec en arrière plan les monts Qilian, ni la piste de ski en plein désert et au pied de la Muraille, ni les magnifiques gorges d’une rivière qui passe non loin de là 🙁 🙁 🙁 

J’ai malgré tout réussi à récupérer 1 photo que j’avais mises sur Instagram afin de montrer l’envers du décor : derrière une partie de la Muraille se cache … une centrale nucléaire (ou une centrale à charbon ou à acier, je n’ai pas réussi à trouver l’info …). J’aime bien surveiller la pollution de l’air en Chine et Jiayuguan est très très très souvent dans le rouge. C’est étonnant car la région est désertique, mais il faut croire qu’il doit y avoir un bon nombre d’usines polluantes dans le coin …

À l’assaut du col de …

 

S’il y a quelqu’un pour me dire les noms des cols que nous avons passés, je lui en serais très reconnaissante ! 😉 

Un peu échaudés par notre périple sur les routes verglacées (voir la première partie de l’article) et les monts Qilin nous semblant vraiment très très blancs vus de loin, nous avons préféré faire une « boucle demi-tour  » sur les routes désertiques de Zhangye avant d’entamer la traversée de la chaine de montagnes sur un passage qui nous semblait moins large sur google maps. Avons-nous eu raison ou tort, nous ne le saurons jamais. Mais je crois que j’aurais adoré prolonger cette traversée tant les paysages m’ont coupé le souffle !

L’ascension vers ce col s’est finalement faite très en douceur ! Il faut dire que nous partions d’une altitude déjà bien élevée (environ 2000 mètres) même si on avait l’impression d’être en plaine !

 

Mais c’est en entrant dans les gorges que le spectacle a véritablement commencé avec la rivière totalement gelée.

 

La descente vers Jixing a été tout aussi merveilleuse. Bien entendu, relativement au plateau tibétain, 2500-3000 mètres d’altitude est somme toute modeste. Et pourtant, j’espère que les photos qui suivent réussiront à vous évoquer cette sensation de « toit du monde » que j’ai ressentie en traversant ces paysages. Est-ce dû au fait qu’il s’agit plutôt d’un haut plateau valloné plutôt que des montagnes affutées européennes auxquelles je suis plutôt habituée lorsque qu’on s’élève à ces altitudes ? Il n’en demeure pas moins que le ciel me semblait si près de nous !

Contre toute attente, il semblerait que nous n’en avions pas fini avec la Grande Muraille de Chine ! Car en traversant une petite bourgade, quelle n’a pas été notre surprise de découvrir un monument dédié à Marco Polo ! Ainsi, il semblerait que ce village ait été une étape importante de la Route de la Soie. Malheureusement nous étions aussi analphabètes qu’à notre départ, aussi je serais incapable de vous en donner le nom … 😉 

 

Puis à nouveau cette longue descente pour arriver à Xining, la capitale de la province du Qinghai. En quelques mots, cette province est une des moins peuplée de Chine et Xining compte à peine 1 million d’habitants. Autant dire une petite ville à l’échelle de la Chine, surtout pour une capitale de province ! Il est dit qu’il faut aller dans le Qinghai pour découvrir l’authentique culture tibétaine. Mmmmm, tentant pour un prochain voyage dans les environs ! Sinon, bien entendu le Qinghai est aussi peuplé de minorités mongoles. Nous avons même découvert qu’il y avait des préfectures Tibétaines ET Mongoles autonomes. Et savez-vous que chez les Tibétains et les Mongoles il y a des musulmans ? Je suis décidément fascinée par la diversités des cultures humaines qui elles ne connaissent aucune frontière précise !

Allez, reprenons la route car le temps commence à se couvrir, et à cette altitude et par ce froid, c’est de la neige qui s’annonce !

De ce côté-ci de la chaine de montagnes, on découvre d’immenses plaines probablement plantées de blé en été. Ca et là se dispersent des villages d’agriculteurs et d’éleveurs de moutons, de yacks et de chevaux.

 

 

Voilà, notre voyage touche à sa fin. Une fois atteint Xining, nous avons retrouvé les mêmes paysages que ceux qui nous avaient accueillis à Langhzou. Aussi j’aimerais finir les photos de ce périple avec les hommes et les femmes que nous avons croisés. Le Gansu et le Qinghai sont des provinces pauvres indéniablement et d’où bien souvent les jeunes sont partis dans les riches province de l’Est pour travailler et gagner plus d’argent.

Mais l’histoire est toujours la même, quelque soit l’endroit du monde où nous nous trouvons. Regardez ces gens dans les rues et dites-moi si vous y voyez de la misère humaine ? Pour ma part, je n’y ai croisé que des gens souriants, heureux d’être ensemble et de partager de bons moments !

 

J’espère que je vous aurais donné envie de visiter un jour cette partie du monde ! En ce qui nous concerne, ce road trip a été une expérience fantastique car pour la première fois depuis que nous sommes en Chine nous étions enfin libres de nos mouvements grâce à la location de cette voiture. Notre seul regret a été celui de ne pas parler et de n’avoir pas de traducteur pour échanger avec les gens que nous avons croisés. En tant qu’étranger on se fait immédiatement remarquer et il est arrivé bien souvent (voire systématiquement !) qu’une petite boutique où nous étions entrés se retrouve tout à coup pleine (vraiment pleine !) de gens qui nous parlent et nous prennent en photo 😉 La prochaine fois, nous nous sommes donc promis d’emmener avec nous un étudiant en langues pour nous servir d’interprète. Ce n’est pas possible de passer à côté de tant de rencontres potentielles ! 

Si vous planifiez un voyage en Chine hors circuits, n’hésitez pas à me contacter ! Je ne suis absolument pas une experte touristique, mais si je peux vous aider, je le ferais avec plaisir  (et bien entendu totalement gratuitement !), juste pour le plaisir d’aider à découvrir un pays dont il serait temps d’abolir les préjugés 😉

 

Laurence

Laurence

Côté rêves ...Je dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu'ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique ... Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique "Cours". Plus apparentée à une "coacheuse photographique", j'aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

4 Commentaires

  •    Répondre
    Géant!!! vraiment c’est ce que m’inspire ton article chère Laurence. Géant ce voyage, un road trip sans accompagnement pour des occidentaux « analphabètes », il faut le faire. Géant ce pays aux paysages démesurés. J’adore te suivre dans tes périples que tu relates comme si j’étais à tes côtés, c’est très agréable à lire et très vivant. Merci pour ce dépaysement total à l’heure de ma pause déjeuner :-). J’ai juste un petit regret mais peut-être est-ce dû à mon ordi. Je n’arrive pas à faire défiler les photos lorsque je clique dessus????? Bisettes ma cops.
    •    Répondre
      Bonjour ma chère ! Rien ne vaut en effet cette petite ballade pendant la pause déjeuner. Ca dégourdit les gambettes, non pardon, la tête 😉 😉 Et je pense que cet été on va en vivre des belles aussi d’aventures !
      Sinon je ne sais pas ce qui s’est passé pour l’agrandissement des images, chez moi ça marche … Il suffit de cliquer sur l’image, elle s’agrandit et à chaque fois que tu re-cliques dessus, ça passe à la suivante … De grosses bisettes !!!
  •    Répondre
    Magnifique ce voyage: on en prend plein les mirettes, on est nourrit de tant de richesses. Quel plaisir d’avoir pu un peu le faire en votre compagnie… Impressionnant cette diversité: entre les paysages, le Nouvel An, la Grande Muraille de Chine c’est passer d’une merveille à l’autre!
    Bon ben voilà, c’est fini ce voyage… Hâte de découvrir tes prochaines aventures en Chine!
    Très belle journée et bises
    (Moi j’ai eu le même souci que Christine sur les photos en noir et blanc du début, celles du Nouvel An chinois.)
    •    Répondre
      Bonjour ! Je suis si heureuse que tu aies pu nous accompagner pendant un petit bout de chemin ! 😉 Oui, c’est vrai qu’on en prend plein les mirettes. Je dois avouer que les paysages désertiques, ou disons arides, m’émeuvent d’avantage que ceux luxuriants des forêts vierges. C’est totalement subjectif et je n’ai aucune raison valable à avancer . Alors disons que là, dans le Gansu et le Ginghai, j’ai été fortement émue et je suis heureuse si j’ai pu partager cette sensation !

      Concernant la galerie, en effet elle ne fonctionnait pas au début. Mais ça y est, j’ai réparé l’affaire 🙂 🙂
      Une bellissima journée à toi !

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.