Changement radical de cap par rapport à mon dernier article « Electro-train » : finies les banlieues déprimantes sous un ciel d’encre, bonjour le grand air en forêt sous un soleil radieux (bien qu’hivernal) ! Et le tout en mouvement …

J’ai été particulièrement ambitieuse ce jour là et je pense que j’ai frôlé l’impossible : suivre le rythme de ma fille en descendant de notre montagne, appareil photo à la main tout en marchant, vitesse lente en privilégiant les contre-jours. Je dois bien avouer qu’à plus d’une reprise je me suis dit que je faisais n’importe quoi ! Mais j’avais envie d’essayer de retransmettre cette idée de marche en forêt, quasiment de poursuite. Si le temps n’avait pas été aussi beau et du coup les lumières aussi vives, j’aurais bien aimé me mettre à la place d’un poursuivant et inventer une histoire de fuite face au danger. J’avais déjà le titre de ma série en tête, quelque chose du genre « promenons-nous dans les bois, tant que le loup n’y est pas » (alors qu’en fait le loup y était !).

Mais au final, ce qui ressort de mon expérimentation extrême, c’est plutôt très gai, enthousiaste, entraînant. Mon histoire de loup s’est transformée en histoire de joyeuse. J’ai presque l’impression qu’on suit ma fille qui nous dit « viens vite, viens vite, suis-moi, je vais te montrer quelque chose, tu verras c’est super ! ». Et je la suis, elle va vite, ne me laisse pas le temps j’ajuster mes mises au point, je prends mes photos en marchant, parfois elle prend trop d’avance et je dois courir pour la rattraper. C’est qu’elle ne m’attends pas ! Heureusement qu’il y a la tâche verte de son manteau enroulé à sa taille qui me permet de la repérer. Et quand ce n’est pas elle, c’est un point de lumière, vert lui aussi. Quelle complicité ! A la fin, on ne voit pas ce qu’elle voulait nous montrer et elle semble très déçue. Mais cela ne dure qu’un instant car ce point de lumière est toujours là. Le mystère de ce qu’elle voulait nous montrer demeure, mais ce n’est pas fini … ou si … c’est selon …

P1120719 P1120829 P1120814 P1120787 P1120819 P1120785 P1120815 P1120816 P1120702 P1120803 P1120809 P1120788 P1120795 P1120778 P1120779 P1120699P1120825 P1120741

NEWSLETTER
Je souhaite recevoir une notification mail lors de la parution d'un article et je sais que peux me désabonner à tout moment.

24 pensées sur “VITE, VIENS VOIR !

  1. Quelle créativité, Laurence! On y est! J’aime beaucoup beaucoup beaucoup l’avant dernière image…

  2. Oh wow, c’est trèèèès cool!! J’aime cet effet flou qui donne de la matière aux photos et un côté impressionniste… Superbe série encore une fois Laurence! Et j’adore le groupe Moriarty, la cerise sur le gâteau quoi! ;P

  3. Il était une fois une photographe de génie mais un peu maso, qui s’est lancée un défi:
    photographier une poursuite.
    Et j’y crois à cette poursuite !
    Le flou vertical dans les descentes, le flou un peu désordonné dû aux accidents de terrain etc… tout concoure à nous faire participer à une poursuite échevelée.
    On suit la tache verte ….. était-ce une fée des bois que tu poursuivais et qui pour te narguer s’évanouit entre les arbres ????
    Ce port folio était un vrai régal !
    Merci de tout cœur 🙂

  4. Bonsoir Laurence, le moins que l’on puisse dire, c’est que tes balades sont très diversifiées et qu’elles font travailler notre imagination, On ne sait jamais où tu vas nous emmener et ça ça me plait. En ce qui concerne cette série, je dois dire qu’elle m’a un peu déstabilisée au premier coup d’oeil, même si j’ai tout à fait compris ton intention. J’ai dû revenir plusieurs fois pour m’en imprégner et me faire une opinion. J’aime la cohérence des tonalités, l’intention créative, l’idée de mouvement. Certaines images comme l’antépénultième et d’autres (dommage qu’elles ne soient pas numérotées) me plaisent vraiment. Par contre, certaines autres sont trop brouillonnes à mon goût (comme la 11 et la 13 si je compte juste). Et encore une fois, le choix musical est très pertinent. Belle et bonne nuit 🙂

  5. Toujours la la recherche Laurence, je comprends je suis un peu pareil. . Une préférence lorsque tu adjoins un personnage dans le flou ambiant.

  6. Ce que j’aime ici, c’est qu’il y a toujours des choses qu’on aurait pas osées. On est vraiment dans ton monde, qu’il soit sombre ou féérique comme ici. Le fait que les images ne soient pas du tout figées, laisse libre court à notre imagination. Après-coup je me dis que j’aurai d’abord dû regarder les photos pour voir ce que je ressentais, car c’est vrai que j’ai été « mise en situation » par le texte et du coup je me demande si mon esprit serait allé dans le même sens ? Mais cette lumière et ces tons verts, c’est sûr on est dans une forêt enchantée 🙂

  7. Bonjour !

    Comment vous dire … merci de vos efforts pour essayer de déchiffrer mes petits délires photographico-fantastiques 🙂 Allez, pour me faire pardonner, après tout je vous rappelle que nous sommes sur un site d’expérimentations photographiques et que si vous souhaitez voir des choses plus « sages », ma partie « website » officielle devrait faire l’affaire …

    Alors oui Lucie et Spiruline, c’est vrai que j’ose des choses et forcément ça m’emmène parfois sur des terrains glissants. Mais je me dis que c’est intéressant de partager ces essais … Au moins ils ont le mérite de débrider notre imagination 🙂 Et puis avant d’obtenir un travail achevé, il y a besoin de faire des esquisses et cette série en est une.

    J’ai pris ces photos cet hiver et en rentrant à la maison je les ai rapidement survolées en notant que certaines étaient intéressantes. Puis je les ai laissées sommeiller pendant tout ce temps. Je pense que ce temps a été nécessaire pour reprendre de la distance avec mon intention de départ qui était de faire une histoire de course poursuite assez angoissante et accepter qu’au final ces images donnent un tout autre univers. Ca, c’est le premier point.

    Le second point, c’est la sélection des photos. Au départ, il n’y en avait que 3 ou 4. Puis au fur et à mesure que je me suis laissée emporter par ce nouvel univers, je me suis dit qu’il y en avait une autre, puis une autre, puis encore une autre qui pouvaient venir compléter cette petite histoire et il m’est apparu au final que ce qui était intéressant ici, c’est de forcer le spectateur à rechercher quelque chose de reconnaissable dans toutes les photos. C’est ainsi que je me suis rendue compte que les taches vertes avaient une place particulière et qu’elles pouvaient servir de fil conducteur dans tout ce fouillis de mouvement.

    Le troisième point, c’est d’arriver à surprendre à chaque image (si tant est qu’on se donne la peine d’aller bien regarder les images et de ne pas se contenter de la survoler rapidement). Ainsi, j’avais trouvé mon fil vert, mais il fallait également changer de points de vue : parfois on s’approche, parfois on s’éloigne, parfois on perd totalement de vue le personnage, parfois on le voit de haut, de côté, de derrière … bref, offrir une variété d’angles de vue qui permette de retenir l’attention malgré tout ce flou. Et puis, pendant qu’on y est, profiter des changements de luminosité en fonction du paysage qu’on traverse et donner à voir des images très claires, d’autres plus sombres … bref, tout ceci pour rompre la monotonie et pour bien renforcer cette impression de mouvement, qu’on avance, vite.

    Enfin, quatrième point, l’avant dernière photo … Figurez-vous que c’est la dernière que j’ai sélectionnée. Je l’avais à peine regardée auparavant 🙂 Et pourtant, c’est vraiment elle qui stoppe cette course. Sans elle, je crois que mon histoire n’aurait pas eu de fin convenable. Mais je n’ai pas voulu non plus la mettre en point final, ça aurait été un peu trop triste. Je vous avoue que je ne me souviens plus du tout ce que faisait ma fille à ce moment là, mais c’est vrai que l’attitude qu’on devine (plus qu’on voit !) est vraiment expressive.

    Voilà un peu mon cheminement de pensée concernant ce portfolio. J’avoue que j’y suis allée vraiment fort techniquement et que j’ai poussé à ses limites mon petit compact. De la vitesse lente en plein soleil et en contre-jour, le tout en marchant (je voulais effectivement qu’on ressente les accidents de terrain), j’avoue … c’est gonflé 🙂

    Merci, merci, merci à vous pour vos précieux avis et à très très bientôt !!

  8. Voilà une série qui sort des sentiers battus!!!

    Il faudrait presque les avoir sur papier pour regarder l’ensemble (c’est toujours difficile sur le web quand il s’agit de série car on regarde les photos les unes après les autres et on ne peut appréhender l’ensemble).

    Celle qui a immédiatement accroché mon oeil est la 4ème puis ensuite la 7ème mais elles s’insèrent dans le tout et n’auraient pas la même intensité présentées isolées.

  9. ah quel plaisir.
    Une série à la Laurence. J’aime beaucoup ça.
    Il y a dans tes photos à la fois une démarche logique et une part de hasard dans chaque image. Au final, on sent vraiment ta « course » pour aller vite voir.
    L’image que je préfère n’est pas l’avant dernière (10928) mais la 10918.
    En tout cas, chapeau et bravo

  10. Bonjour Laurence,
    J’ai survolé ton billet hier en me disant que j’allais y revenir rapidement … mais je regrette d’arriver après coup (après avoir lu tes précisions, je veux dire).
    Je dirais que (encore une fois), j’ai été immédiatement embarquée dans ton histoire, son rythme probablement, les différents angles de vue, lumières, flous plus ou moins prononcés … et effectivement, je pense que cette histoire n’aurait certainement pas eu le même impact avec seulement 3 ou 4 photos.
    Celle qui, pour moi, représente le mieux ton billet est la 2ème :-)) où on a vraiment la sensation qu’il s’agit d’une course rapide et éffrénée ….

  11. Très beau ce travail sur le mouvement. on dirait presque de la peinture! Je vois parfaitement l’aspect de suivi de ta fille. la lumière est tellement belle on dirait presque qu’elle va te montrer un monde fantastique.

  12. je les regarde encore et encore pour dire celles que je préfère…..impossible, je les aime toutes! comme Françoise, elles me font penser aussi à de la peinture….quelle chance que la photo ait pû sortir de son cadre contemplatif pour y laisser entrer l’imagination, la fantaisie…..

  13. Chic ! du vibré-dynamique, rien de tel pour voyager dans plusieurs dimensions à la fois. La réalité est moins tendre. Jolie trouvaille.
    Jonas

  14. Ahah, j’adore ! Cette série là me parle plus (niveau ambiance) que celle du train ! Cet effet abstrait sur les photos est au début déconcertant, mais comme il y a une histoire dessous, une ligne directrice, on se retrouve vite embarqué dans cette course-poursuite ! Comme quelqu’un la spécifié plus haut, l’avant-dernière image est saisissante !
    Bravo Laurence ! 🙂

  15. je ne suis pas une grande fan de cette mode actuelle de l’appareil photo que l’on fait bouger pour avoir des rendus bougés… mais j’avoue que sur certaines des tiennes, là, j’aime !!! surtout les plans avec personnages, qui bougent un peu dans tous les sens.
    Beau travail.

  16. Bonjour 🙂

    Le journal de Chri, ton jeu de mots m’a bien fait rigoler ! Attention aux sorties de sentiers battus … Blague à part, c’est vrai, tu as raison, c’est intéressant aussi quand on a la possibilité de voir la série dans son ensemble, ce qu’une vision à l’écran ne permet pas vraiment. Arf, je ne sais jamais trop comment faire … Proposer les photos en petit et à chacun de cliquer dessus ? Pourquoi pas, c’est d’ailleurs ce que je faisais avant. Jusqu’à ce que je constate que la plupart des internautes ne prennent pas le temps de cliquer justement et se contentent de survoler rapidement l’ensemble des images. Donc c’est noté pour la prochaine fois : il faut que je numérote les photos et que je propose 2 versions, une petite et une grande. Pfiuuu … quel boulot !! Arriverais-je un jour à contenter tout le monde ?

    Parce que Dominique, je ne sais pas d’où tu sors ces numéros de photos !!! J’ai beau chercher, je ne vois pas … Ceci dit, tu as tout à fait raison, je laisse une part de hasard dans le rendu final de l’image (je n’ai pas le choix d’ailleurs !) car cette technique, si on peut l’appeler comme ça, ne nous permet effectivement pas de contrôler les traces de lumière. Mais derrière cela, tu as aussi bien compris que tout cela n’est pas au petit bonheur la chance et qu’il y a une vraie intention derrière ! Je suis vraiment contente que tu le soulignes 🙂

    Marie(s) : 3 Maries dans un même billet, heureusement que ma fille (Marie) ne se met pas elle aussi à commenter 🙂 L’avantage et la qualité du portfolio est qu’il permet au lecteur de rentrer dans l’univers du photographe et de suivre son cheminement de manière plus douce et tranquille que lorsqu’il s’agit d’une photo seule, ou de photos disparates. Pour ma part, c’est vrai que j’aime bien déstabiliser un peu, pas pour me mettre en opposition ou par simple goût de la provocation, mais pour apporter mon grain de sel personnel. La photo floue est très très délicate à réaliser, j’en suis tout à fait consciente, mais lorsqu’elle a un sens je suis convaincue qu’elle a sa place ! Marie (la dernière !), je ne vois pas ce qui te fais dire que le flou de mouvement soit plus à la mode aujourd’hui qu’hier, de très nombreux photographes ont utilisé cette technique depuis fort, fort longtemps ! C’est vrai qu’elle est devenue plus accessible avec le numérique car il y a beaucoup, beaucoup de clichés qui sont « ratés » lorsqu’on l’utilise, mais à part cela, on n’a rien inventé 🙂

    Françoise, je suis contente que tu remarques la lumière merveilleuse qu’il y avait à ce moment là. Arf, ces lumières de fin d’après-midi hivernaux est … magique, comme tu le dis !

    Jonas D, toi aussi tu me fais bien sourire car tu as entièrement raison ! La réalité est bien moins tendre. Ici on ne sent pas les jambes lourdes, la respiration courte, la sueur, le sac à dos qui pèse, le trébuchement et cet immense doute : qu’est-ce que je suis en train de photographier ??? Est-ce que je ne suis pas en train de faire n’importe quoi à force d’essayer des trucs bizarres ???

    Je finirais par Toi Michelle. Je crois que c’est la première fois que tu laisses une trace de ton passage ici et je voulais te remercier pour tes si gentils compliments enthousiastes ! Et surtout et avant tout, te souhaiter la bienvenue ici 🙂

    Merci de tout coeur à vous !!!

  17. Une très belle originalité, qui bouge et qui parle. Et qui bien sûr raconte des histoires…

  18. En fait, je crois que c’est très bien présenté comme cela, je soulignais juste que la présentation sur le web avait cette limite-là qu’on ne peut pas vraiment détourner.
    Par contre, effectivement, la numérotation permet d’identifier plus facilement une photo quand on veut en parler précisément dans le commentaire.

    Bon weekend!

  19. Quelle belle histoire dans ces couleurs magnifiques ! C’est comme lire un conte pour enfant. J’ai retrouvé des émotions d’enfance en découvrant ce cheminement dans la forêt. Un immense merci !

  20. C’est très clair : j’aime tes flous !
    Bonsoir Laurence.

  21. Le journal de Chrys, la prochaine fois, promis, je numéroterais 🙂

    Anne, je suis absolument ravie que cette petite histoire t’aie portée sur ces émotions ! Merci à toi de me l’avoir dit !!

    Nathanaël, effectivement, cela semble très clair et direct … Bonjour à toi 🙂

  22. Coucou Laurence !

    J’aime beaucoup 🙂
    J’accroche beaucoup plus que « Electro-train » ; j’ai cherché plusieurs jours pourquoi et je n’arrive toujours pas à trouver de « vraies » raisons pouvant expliquer cela.
    Dans tous les cas, j’ai vu que tu nous proposais systématiquement une ambiance musicale pour tes derniers billets, c’est très sympa. En plus ils vont toujours très bien avec la série présentée, et je ne me lasse pas de les remettre en boucle pour contempler une fois de plus les images présentées.

    Je trouve que l’avant-dernière est surtout différente des autres par l’ambiance beaucoup plus « sombre » qu’elle dégage (la fameuse déception)
    Très bien trouvé, très bien réalisé.
    Des expérimentations comme ca, j’en veux encore !!!
    😉

  23. […] VITE, VIENS VOIR ! Quand Laurence expérimente le flou, elle ne fait pas les choses à moitié !!! […]

  24. Super set of images I love the feel of these

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.