LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

V I X I


Environ 1 minute

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Il s’agit d’une histoire intime. Très, très intime. Peut-être trop, peut-être qu’elle vous semblera étrange, inaccessible. Ou bien, ou bien, vous vous fabriquerez votre propre histoire, votre propre chemin en visionnant cette série. Comme j’aimerais le connaître ! Vous me le raconterez ?

Voici la mienne … Un voyage, très court, trop court. Illustré par 17 photos. 17 parce que ce nombre est le symbole de l’équilibre des choses et rétablit l’harmonie après les luttes de l’existence. Il est l’image de l’initié qui a réussi son mariage intérieur. Écrit en chiffre romains, XVII est aussi l’anagramme de V I X I qui signifie « j’ai vécu ».

L’ordre de la séquence n’est donc pas hasardeux. Il y a bel et bien un début et une fin et chaque image possède son symbole que je me suis approprié. Je suis bien consciente que toutes les photos ne sont pas forcément « belles » en soi mais il faut les considérer comme faisant partie d’un ensemble. Ces images sont incertaines, prises de manière instinctive, avec pour moteur une intuition ténue mais puissante, fondamentalement ancrée dans mon être.

Ainsi, l’âme chemine de la terre vers l’eau, de la pierre vers le bois, les arbres avec leurs racines et leurs branches sont l’élément fondateur de ce voyage. Une fois le pont franchi, la terre cède la place à l’eau. Le périple, bien que fugace semble s’étirer en longueur. Nous ne sommes pas pressés de dire au revoir. La dernière image est ma préférée parce qu’elle est paisible, sereine … et parce que c’est la dix-septième.

VIXI 1 VIXI 2  VIXI 3 VIXI 4 VIXI 5 VIXI 6 VIXI 7 VIXI 8 VIXI 9 VIXI 10 VIXI 11 VIXI 12 VIXI 13 VIXI 14 VIXI 15 VIXI 16 VIXI 17

 

 

 

Laurence

Laurence

Côté rêves ...Je dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu'ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique ... Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique "Cours". Plus apparentée à une "coacheuse photographique", j'aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

20 Commentaires

  •    Répondre
    Quel beau cheminement ce voyage intérieur ! … je me suis régalée Laurence :-))
    Ton histoire est très troublante, les images s’enchaînent avec une facilité déconcertante et ton choix d’accompagnement musical a sa place dans cette histoire.
    C’est un peu déstabilisant, mais j’aime bien … (une sensation que j’ai parfois après avoir vu certains films qui dérangent parce que tellement proches d’une réalité), et pour lesquels on a du mal à avoir un avis immédiat, sinon celui d’avoir été « transporté » et ça c’est déjà énorme 😉
    Moi, je dis BRAVO, merci, et j’en redemande !!
  •    Répondre
    Regarder cette série avec la musique que tu as choisi en fond, ça fait un peu flipper … Dès la deuxième image, j’ai l’impression de me retrouver dans « le projet Blair Witch ». Sûrement par analogie avec les mouvements de caméra « mouvants » et l’ambiance « forêt ». La suite me fait plus pencher pour un trajet en train avec le paysage qui défile puis on voit la route, alors je me dis, non, trajet en voiture, mais en mode passager. Au final, on s’approche de l’eau et on y reste, fin du périple … Ma photo préférée est sans conteste celle avec le personnage seul qu’on voit de dos. Et ne me demande pas pourquoi 😉
    Bonne soirée et merci pour la ballade.
  •    Répondre
    .Trés touchée par ce projet singulier…J’imagine voir défiler ces belles images depuis un train en hésitant entre le rêve et la réalité…
  •    Répondre
    Et tiens, je suis née le 17…
  •    Répondre
    moi aussi…le 17 ..décembre
  •    Répondre
    Coucou Laurence, ton texte introductif m’a intriguée, je me suis demandée ce que tu nous avais encore concocté (hmm tu sais à quel point j’aime ta cuisine ) et j’ai été séduite par la signification du chiffre 17 (que je ne connaissais pas) autour de laquelle tu as articulé ta présentation. Avant de regarder tes images, j’ai lancé la musique… qui ne m’a pas plue. Je l’ai donc arrêtée pour regarder tes photos et j’ai bien fait car celle qu’elles ont suscitée en moi est tout à fait différente, moins ardue, plus douce, plus entraînante aussi.Je suis partie dans un vrai voyage impressioniste, sensuel, je me suis laissée portée par tes vagues paysagères (photo 3), je me suis mêlée au ballet des arbres ondulants (4), j’ai volé avec les oiseaux au -dessus de l’eau… La première partie (avant de franchir le pont) est ma préférée, j’en aime les couleurs, la lumière, le mouvement. Les tonalités de la seconde partie me séduisent moins mais je te rejoins sur la dernière, elle est apaisante et tellement « toi » avec un oiseau (what else), cet horizon hachuré et ces tiges qui dansent subtilement au premier plan. Voila, désolée d’avoir été aussi longue. Je reviens d’un ailleurs qui m’a beaucoup plu. Merci l’artiste!
  •    Répondre
    Bonjour !

    Il est indéniable que c’est une série qui ne peut se regarder en un coup d’oeil rapide. Je crois au contraire qu’elle mérite, ou tout du moins qu’elle a besoin qu’on y revienne peut-être plusieurs fois. En effet, les photos en soi, prises individuellement perdent leur sens et je dirais même que certaines (et en particulier les 2 premières) sont trop mystérieuses et non identifiables pour les regarder en dehors de la série. De plus, je vous demande d’y intégrer votre propre histoire, ce qui n’est pas une mince affaire !!!

    C’est vrai que je ne vous facilite pas la tâche car je reconnais que je reste très mystérieuse sur mon histoire. Mais comme je vous l’ai dit, il s’agit d’un moment de ma vie bien trop intime pour que je le dévoile facilement. Ce n’est pas un secret, mais je n’ai pas envie de mettre de mots sur ce passage de mon existence. Par contre, il fallait que je le mette en images et j’avais très envie de le partager.

    La musique est très particulière, je le reconnais. Sombre, ardue comme tu le dis Spiruline voire « flippante » comme tu le souligne Véro, mais mon cheminement intime au cours de cette histoire en est le reflet.

    Merci de tout coeur pour vos précieuses interprétations et d’avoir pris le temps de les écrire ici !!

  •    Répondre
    Bonjour Laurence.
    Je suis en admiration.
    Tes images sont très achevées. J’aime ça.
    Chercher ce que tu as voulu dire? Ce serait être voyeur. Probablement bien trop intime. On sent simplement que c’est quelque chose de très fort parce que les images s’enchaînent de façon fluide.
  •    Répondre
    I- Banc minéral, immuable, pierre de cimetière
    II- Flouté é-mouvant, vertige, musique lancinante
    III- Paysage en déplacement- horizon unique
    IV- Arbres fouettés- temps flagellant
    V- Regard qui accommode, réalité qui se dérobe
    VI- Surgit le chemin en dedans, ciel griffé, vie éraflée
    VII- Equilibre sur la pointe du regard
    VIII- Croisillons et pointillés, traits et ébauches tremblées
    IX- Suivre la ligne, éviter les barreaux en quinconce
    X- Apaisement, arbres qui pleurent, émotion
    XI- Flots de larmes grises, réconciliation au peu de ciel
    XII- La rive tangible, le passé, la barque du dernier voyage
    XIII- Deux passeurs à la pure innocence
    XIV- Dernière demeure dans le tourbillon vivifiant, carré de terre sur la première eau
    XV- Recueillement, dernier adieu, bienveillant
    XVI- Verticales et horizontales réconciliées sur le lit de ciel et d’eau
    XVXI- Accompagné par le grand voyageur céleste, continue ton chemin et merci de ces XVII… Merci.
  •    Répondre
    D’ordinaire on arrive à un banc… Là c’est d’un banc qu’on part… On traverse beaucoup. Et au propre et au figuré, on traverse et on longe et puis, on contemple. Debout. Comme s’il restait du chemin à faire ou quelqu’un à rejoindre ou quelque chose à venir. Enfin, il en reste…
  •    Répondre
    bon, vu de chez moi, avec la fièvre de la grippe qui dure, ces photos floues et cette musique (géniale, moi j’adore), je ne suis pas certain d’avoir les deux yeux en face des trous. J’ai l’impression d’un au revoir à un défunt. Ou quelque chose dans cet esprit là. En fait ta série ma tout de suite fait penser à une série de Patrick Taberna intitulée « mémoire morte », sorte de quête dans le passé de l’histoire familiale.
  •    Répondre
    Bonjour !

    Il faut vraiment que je vous dise que je suis réellement et sincèrement touchée par votre sensibilité. Vous avez touché du doigt cette quête, chacun à votre manière vous êtes entrés dans cette histoire et y avez apporté de la richesse, votre richesse et une part de votre vie. C’est un immense cadeau ! Merci de tout coeur pour ce partage !

  •    Répondre
    Bonjour Laurence, je suis complètement envouté par ton approche intuitif, la musique choisie est enveloppante et nous aide à pénétrer ton univers. Chaque image nous donne une impression d’égarement bienfaisante, porté par le flouté de la prise de vue. Notre œil cherche les repères et se plaît à se retrouver dans un monde inconnu. Une belle réussite et une invitation à en faire autant. Bravo!
  •    Répondre
    Un bel exercice à mener, écrire son histoire sur les images perso d’un(e) autre.
    A l’occasion. Je t’en aviserai.
  •    Répondre
    Merci de tout coeur Anne pour ton analyse ! Je suis tellement ravie que cette histoire t’ai avant tout bercé de sensations … Vas-y crées-en une toi aussi !!!

    Astor, j’attendrai alors 🙂 Merci de ton petit mot !

  •    Répondre
    Une façon pudique de raconter ce moment intime et émouvant pour toi mais qui me touche profondément en ce moment.
    Tes flous sont mes larmes à chaque image … Merci.
  •    Répondre
    Bonjour Laurence,
    C’est avec beaucoup de plaisir que je découvre votre blog (grâce à Anne Jutras) et je suis complètement émerveillée par vos photos.
    C’est très inspirant et tellement créatif! 🙂
    Cette série « particulière » et intimiste m’inspire avant tout l’humain mais aussi, la perte, la fuite, le mouvement perpétuel, le deuil, la solitude, le tourbillon…
    Quant à la musique, elle accompagne très bien le « sous texte » des images.
  •    Répondre
    What a beautiful collection of images which are bursting with narrative.
  •    Répondre
    Bonjour Céline et bienvenue ici ! Je suis très touchée par votre si gentil message, sincèrement ! Un grand merci. Et vous avez tout à fait raison, cette série raconte avant tout une longue histoire d’hommes et de leur rapport disons … avec le temps qui passe 🙂

    Thanks very much shooter !!

Laissez votre commentaire