WE’RE BACK !!!

Bonjour à vous ! Comme je suis heureuse de vous retrouver après ces longues semaines de pause estivale. Avez-vous remarqué, c’est souvent ainsi : les retours sont partagés entre la joie de retrouver ses habitudes, son chez-soi, son quotidien, et le regret que toutes les aventures des vacances soient déjà finies. Je suis donc exactement dans cette situation, tout de suite, là et je me pose sincèrement la question de savoir par quel bout je vais bien pouvoir faire ma rentrée photographique avec vous ! Je viens donc de parcourir les photos que j’ai prises et mon choix vient de se porter sur une séance macro assez expérimentale (mouais, ça c’est pas vraiment nouveau !) que j’ai envie de partager avec vous, histoire de faire une rentrée en douceur. Allez, place aux photos et après on cause des conditions de prise de vue … (n’oubliez pas de cliquer sur les images pour les agrandir !)

japonaiserie6 japonaiserie3 japonaiserie4 japonaiserie5

Alors contrairement à ce qu’on pourrait penser, ces photos ont été prises en plein jour, et il ne s’agit ni du soleil ni de la lune ! Bien sûr, à la base il y a un contrejour, les différences de teinte sont seulement dues à une correction de la balance des blancs, et bien sûr il y a pas mal de compensation d’exposition (-1). Mais ce qui est intéressant ici me semble-t-il, c’est que cette grosse pastille ronde est un reflet de ma lentille à l’intérieur de mon boîtier et que les herbes moins définies ne sont que les ombres des herbes réelles qui se reflètent dans la lentille (tandis que celles bien définies sont bien des herbes réelles !). Heu … je suis claire ? Bon, on était quand même en fin de journée et le soleil était déjà relativement bas. J’avais fixé mon objectif macro 105 mm à pleine ouverture (pour avoir ces cercles tous ronds) et j’étais partie à la découverte du minuscule monde des herbes folles. Le soleil filtrait à travers les branches d’un arbre au loin ce qui me permettait d’être à la fois en contrejour mais atténué par ce pare-soleil naturel. La plupart du temps, lorsque je fais de la macro, je suis en mode mise au point manuel et c’est à la fois avec les micro-mouvements de mon corps et la bague de l’objectif que je fais la mise au point en cherchant le meilleur compromis entre l’harmonie générale de la photo et le placement du sujet. Pourquoi ? Parce que dans le style de photo que j’aime produire, le fond et le bokeh ont souvent autant d’importance que le sujet lui-même. C’est ainsi que pour commencer cette petite série ci-dessus, je suis tout d’abord tombée sur cette image :

japonaiserie1

 

Bien sûr, elle est très imparfaite, mais ce qui a retenu alors mon attention a été le cercle extrêmement lumineux et (presque !) parfait et les herbes qui se détachaient devant comme des ombres chinoises. Je me suis donc dit qu’il était possible de chercher à améliorer le cercle et à trouver des herbes plus graphiques. Je suis donc repartie à la recherche d’un meilleur angle de vue (attention, je parle là de quelques centimètres si ce n’est de quelques millimètres de décalage par rapport à ma position initiale !) et voici ce que j’ai trouvé :

japonaiserie2

 

J’avais mon cercle parfait et des herbes plus graphiques dont il ne me restait plus qu’à ajuster la mise au point (premier plan, second plan) et à faire une composition qui me plaise et qui me permette d’éliminer ce rayon de lumière sur le bas.

En conclusion, il faut aussi savoir se laisser surprendre par ses instruments ! C’est ainsi qu’on peut apprendre à les connaître et à les exploiter dans toutes leurs facettes, même celles pour lesquelles ils n’ont pas été conçus ! Je dois avouer que très très souvent lorsque je fais de la macro-photographie je n’ai pas d’idée à priori sur ce que je souhaite photographier. Je commence souvent par mettre simplement l’oeil dans le viseur, avec mes réglages préférés (en fait, simplement ouverture maximale et distance de mise au point minimale), et je me laisse transporter par ce que je vois. Et c’est ainsi que je me promène sur quelques cm2, très très très doucement (lentement), à la recherche d’un tableau qui me plaira. Bien entendu j’ai renouvelé l’expérience à plusieurs reprises et je vous en reparlerai à une prochaine occasion. Pour aujourd’hui c’est fini, on a dit que la rentrée devait se faire en douceur !!

Bonne journée à ceux qui ont fini leurs vacances et bonne continuation pour ceux qui jouent les prolongations !! Et … vivement de vous lire !!

 

  1. ah, je suis content.. Tu ne trouves pas que tu es restée bien trop longtemps absente?? J’ai presque envie de dire que sans ton blog, ce n’est plus la même chose. Tu sais, un peu comme disait l’autre.. « un seul être manque et tout est dépeuplé »..
  2. Bravo pour cette reprise. J’aime 🙂 et je ne peux qu’adhérer 😉 C’est pratiquement le sujet de ma dernière expo sauf que je photographie le soleil. J’ai justement passé tout l’été en festival à expliquer ce que tu décris si bien: la mise au point ne détermine pas que le net, mais aussi le flou, et le flou peut être un mystérieux reflet plus ou moins figuratif, une ombre qui répond à son double. J’aime ce jeu de reflets qui crée du rêve et des ambiances fantomatiques.
    Bonne fin de semaine.
  3. J’ai l’impression de regarder dans une boule de cristal ! Je me demande ce que nous réserve encore le passé.
    Heureux de te retrouver Laurence.
    Chaotique l’été chez moi et ce n’est pas fini, mais je fais une pause à Londreslà, quatre jours  » ailleurs  » . See you soon !
  4. Coucou Laurence, et bien sans nous concerter, nous avons harmonisé nos agendas pour cette rentrée. Je suis vraiment vraiment contente de te retrouver sur la toile et de découvrir une nouvelle expérimentation dont tu as le secret. Je suis entièrement d’accord avec toi, après une pause, il est difficile de savoir par quel bout reprendre la conversation. Tu le fais très bien, en nous transportant dans des mondes enchantés. Sur l’avant-dernière photo, on dirait presque une planète lointaine. Ceci dit, tes essais donnent très envie de tenter de telles expérimentations. Vivement la suite! Becs de Romandie et à très bientôt
  5. J’ai lu avec attention tes explications et tes créations .tu exploites à fond les possibilités qui te sont offertes par ton matos et les sujets qui t’entourent . Du bon travail hyper intéressant. Bravo .
  6. Hello Laurence.
    De retour! enfin! Tu nous manquais !
    Tu as l’air d’avoir bien profité de tes vacances, tant mieux. Quelles belles photos !! toujours aussi poétiques.
    Je n’ai pas beaucoup travaillé, car comme Nathanel, été très chaotique pour moi et ce n’est pas fini non plus, je ne fais pas de pause mais ai dû rentrer en catastrophe en France, serait de retour a NY fin de WE. on s’appelle?
  7. Bonjour Laurence, ah, que je suis contente de te retrouver ! Et en plus, je ne suis pas déçue, voilà une superbe série comme je les aime et on voit bien ta signature… un peu folle et « expérimentative » ! 🙂
    J’aime beaucoup le fait qu’au premier coup d’œil, on a l’impression d’une pleine lune avec des herbes en premier plan. Bien joué, c’est vraiment superbe, mes préférées étant les 4 premières. 🙂
  8. Bon retour, contente de te retrouver.
    Tes expérimentations sont comme toujours très originales et le résultat est très beau. Mais j’avoue que je n’ai pas vraiment compris comme tu as obtenu ce cercle… ?
  9. Bonjour à vous tous ! Quelle joie de vous retrouver, réellement, sincèrement !

    BrunoF : Et bien je suis absolument ravie si ces photos t’aident à trouver de l’inspiration. Je crois surtout qu’il ne faut jamais se mettre de barrières à priori, et que même si on sent bien qu’on sort des sentiers académiques, il ne faut pas s’arrêter à cela et aller explorer des chemins parfois hasardeux mais qui sait, peut-être va-t-on rencontrer des événements qui n’auraient pas été possibles autrement !

    Dominique : O lala, ton vers de Lamartine m’intimide … et me réjouit tout à la fois. Quel compliment !!! Merciiiiiiiii 🙂

    Cathy : eh oui, il s’agit bel et bien d’un jeu de reflets et je ne doute pas que tu adhères effectivement 🙂 Ce qui me plait également dans ce jeu, c’est qu’on pousse la photographie à son extrême limite me semble-t-il : photographier des reflets qui n’existent pas dans la scène, devant l’objectif mais à l’intérieur de celui-ci. Ces reflets sont donc naturellement totalement invisibles à l’oeil nu, et on pourrait presque dire que plutôt que de faire de la macro-photographie je fais de « l’intro-photography » 🙂

    Heureuse de te retrouver également Nathanaël 🙂 Have a good trip !!! Ma boule de cristal me dit qu’il le sera 🙂

    Spiruline, héhéhé, alors je vais aller voir de ce pas ta ré-apparition à toi alors 🙂 Je suis sûre que ton été aura été fantastique et que tu n’auras pas été en reste de belles images. Comme d’habitude, te lire me réjouit toujours autant 🙂

    Gérard : merci pour tes compliments ! Cette exploitation de mon matériel vient du fait que je le connais très très bien (car je n’en change jamais !!!) ainsi qu’un désir de se renouveler, d’essayer de faire et de trouver des images différentes 🙂

    Christine : un été non chaotique m’aurait étonnée de ta part 🙂 Enfin, ce que je veux dire, c’est que la vie n’est pas tout à fait un long fleuve tranquille par chez toi ! Moi aussi je suis vraiment heureuse de te retrouver !!

    Ronan : bonjour ! C’est vrai que la dernière image est assez chouette et que j’aime beaucoup également ce flux de lumière. Et comme tu le dis parfaitement bien, à moi aussi elle évoque une peinture à l’encre. Mais si je l’ai mise ici, un peu à part, c’est surtout par souci « pédagogique », pour expliquer la chronologie de ma démarche. Et puis elle est un peu à part des 4 premières, non ?

    Céline : merci pour ton mot d’accueil et pour ton compliment ! Lune pour les uns, soleil pour les autres … c’est ce jeu d’ombres et de lumière, toujours !!

    Plume et zoom : et bien moi aussi je suis ravie de te retrouver et en pleine forme me semble-t-il !! Je me suis souvent dit qu’il faudrait que j’arrête d’appeler mes productions des « expérimentations » et faire celle qui est beaucoup plus sûre d’elle 🙂 Mais sur le fond, beaucoup des travaux que je vous présente ici sont bel et bien le résultat d’essais, de tâtonnements, de réflexions, d’ébauches. Promis, quand ce n’est plus une expérimentation, je vous le dirais !!!

    elpadawan : YEP !!! Bonjour à toi 🙂

    Lucie : Alooooors, comment t’expliquer plus clairement … Je pars avec des réglages sur mon appareil photo qui sont de cet ordre : ouverture du diaphragme maximal et distance de mise au point minimale. L’ouverture du diaphragme maximale me permet a priori d’obtenir des ronds bien ronds si j’ai des taches de lumière (si je n’ouvre pas au maximum, je vais avoir des losanges : de la forme de mon diaphragme). Puis je me promène l’oeil au viseur à la recherche de formes qui m’intéressent (sans toucher à rien des réglages !!). Lorsque je trouve quelque chose, j’ajuste ma composition et/ou mise au point soit avec l’objectif soit avec mon corps (mon point de vue) ou les 2 Ici, comme nous sommes en macro-photographie, il s’agit de mouvements extrêmement réduits. Le cercle est obtenu ici aussi lumineux car j’étais en contre-jour. Et en fait, j’ai cherché à faire la mise au point sur ce cercle tout en me déplacant pour améliorer la composition. Pfiuuuu, ce n’est pas facile d’expliquer comme cela dans la réponse à un commentaire, sans schéma. J’espère que j’aurais été un peu plus claire ?

    cécile : et hop, à mon tour me voilà enchantée de te relire !! Merciiiiiii:)

  10. Coucou ! Je me suis invitée dans le trou de ta lorgnette et y ai vu des choses fort agréables : ce ne sont pas tes explications techniques qui m’ont transportée 😉 mais, encore une fois la poésie de tes images. J’ai un coup de coeur particulier pour la dernière ; allez savoir pourquoi ? Parce qu’il y a 2 bulles ? Je n’analyse pas ; je savoure !
  11. Bonjour !

    Marie-Laure : pas d’analyse, tu as 100% raison !!! C’est l’émotion qui compte !!!!

    @Aurélien : merci à toi ! Ne trouvez-tu pas que c’est un graphisme qui pourrait évoquer des images « japonisantes » ?

    : Je suis ravie de faire de la thérapie « rentréesque » dans ce cas ! Ces images ne sont pas comme un monde, elles sont un monde, notre monde qui plus est ! Il est beau n’est-ce pas ?

    Olivier Dessard : comme je le disais plus haut dans mon autre réponse, vous voyez comme c’est facile de s’évader dans quelques centimètres carrés. Nul besoin de partir à l’autre bout du monde 🙂

    Marie : il semblerait donc que la dernière image soit plébiscité alors ! Je ne sais pas si cette série est originale, c’est sûre qu’elle sort des sentiers académiques de la macro-photographie. Et je peux t’assurer que si je la poste sur un forum « macro » je me ferais descendre en flèche. Mais peu m’importe à vrai dire, c’est ce que je vois à travers ma petite lorgnette 🙂

    Alors, bonne rentrée à vous aussi !!!! et merci encore une fois pour vos interventions 🙂

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.