LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

LE CONTRE-JOUR


Pour ma seconde participation à l’édition de la Boîte à photos *, le thème que nous avons choisi est « Ma technique préférée ». Une fois de plus, j’ai eu envie de vous parler de notre matière première à nous photographes :  la lumière ! Et plus exactement, lorsqu’on la travaille en contre-jour.

Laissez-moi tout d’abord vous donner ma définition du contre-jour afin qu’on sache bien de quoi on parle. J’entend contre-jour lorsque la source lumineuse qui éclaire notre sujet est devant nous. Il y a des contre-jours plus ou moins intenses, les plus forts nous obligeant presque à fermer les yeux. En extérieur, c’est généralement le soleil, mais il ne faut pas oublier qu’un mur blanc par exemple fortement éclairé ou un ciel lumineux nous met en situation de contre-jour et ceci même si nous avons le soleil dans le dos ! Ainsi, par extrapolation on peut dire que lorsqu’il y a un contraste très fort entre notre sujet et le reste de son environnement, nous sommes en situation de contre-jour. Et bien entendu, en intérieur face à un éclairage intense, nous sommes également en contre-jour.

Ceci étant posé, pourquoi ais-je choisi cette situation comme étant ma technique préférée, et d’ailleurs, pourquoi est-ce une technique ?

contreJourJe crois que parce qu’avant tout le contre-jour est un moyen d’expression photographique formidable ! Il nous permet d’obtenir des images dramatiques, fortes, légères, éthérées, sombres, claires, rêveuses, suggestives … bref, tout sauf des photos descriptives. Et pourquoi selon vous ? C’est parce que là le photographe est obligé de faire un vrai choix ! Il est en effet impossible de bien exposer à la fois pour les tons clairs et les tons sombres (je mets bien entendu la technique du HDR à part, c’est un tout autre sujet que mes compatriotes de la boîte à photos ont d’ailleurs traité pour vous !). Ainsi, devant un tel sujet, je suis obligée de me demander si je souhaite montrer une image sombre, avec une grande prépondérance de noirs, ou au contraire, est-ce que je souhaite exprimer une idée de grande clarté, voire d’éblouissement ? Car selon mon idée je vais devoir faire des réglages spécifiques sur mon appareil photo.

Quels réglages pour le contre-jour ?

Or, avant tout chose, je suis au regret de vous annoncer qu’il n’y a pas de réglages spécifiques et/ou pré-existants. Cela dépend bien entendu des conditions lumineuses et de l’intensité du contre-jour, mais cela dépend aussi de la manière et où vous faites votre mesure de lumière ! Ainsi, si votre appareil photo est en « mesure de lumière globale » ou s’il est sur mesure « spot », vous n’obtiendrez absolument pas les mêmes résultats. Pour ma part, mon appareil photo est quasiment tout le temps en mode de mesure pondérée centrale, c’est à dire qu’il effectue la mesure de la lumière sur une zone qui couvre à peu près 60 % du centre de la scène. Ainsi, il m’arrive très fréquemment, notamment lorsque je souhaite faire un contre-jour, de mesurer la lumière au centre sur le sujet en gardant mon doigt appuyé sur le déclencheur à mi-course, puis de composer ensuite.

mesure Dans tous les cas de figure, pour obtenir de vrais contre-jours, il faut impérativement désactiver la fonction flash de l’appareil photo !

Pour la suite, nous nous servirons beaucoup du curseur de correction d’exposition pour ceux qui ne souhaitent pas travailler en mode Manuel, mais qui préfèrent le mode Programme ou semi-automatique avec priorité ouverture ou vitesse (P, A, S ou selon l’appareil P, Av, Tv) :

plus

picto_echellecorrection

 

Le contre-jour au service du graphisme et du drame !

Donc prenons un premier cas de figure, le plus simple et évident, et imaginons que l’on ait réglé à priori la fonction mesure de lumière sur pondérée centrale, que la scène que j’ai devant moi m’attire pour son graphisme et que j’ai très envie d’un ambiance dramatique, avec des noirs profonds :

contreJour (1) contreJour (2)

Mon appareil photo m’indique que je suis sur-exposée à cause de la forte luminosité. Forcément, je suis face au soleil dans la première photo, et face à un reflet d’un ciel très lumineux dans la seconde. Mais comme j’ai très très envie de renforcer l’aspect du graphisme de la barrière avec ses pointes, je n’y vais pas par 4 chemins et je sous-expose carrément ! Dans la seconde photo, je remarque que mon petit neveu se détache bien avec ses vêtements sombres sur le fond de cette mare. Dans ce cas de figure, j’étais un peu moins surexposée car il s’agit somme toute d’un reflet et il y a donc moins de lumière globalement. Mais comme j’aime bien ces ambiances un peu dramatiques, paf, là aussi, je n’y suis pas allée de main morte et j’ai sous-exposé également de 1,33 ev.

[two_columns_one]contreJour (3) [/two_columns_one]

[two_columns_one_last]

Vous l’aurez remarqué, en contre-jour, surtout si au final vous faites du noir et blanc, il faut plus que jamais être attentif au graphisme de l’image ! Ainsi, arrangez-vous pour que les éléments se détachent bien les uns des autres. C’est que nous tombons dans un style d’image qui pourrait presque être du dessin animé. [/two_columns_one_last] [divider]

Le contre-jour au service d’images éthérées

Dans un ordre d’idée tout à fait opposé, le contre-jour peut nous permettre de produire des images éthérées, extrêmement claires et/ou avec des contours indéfinis qui nous font directement plonger dans un monde de rêves !

contreJour (4)  

Là, au contraire des exemples précédents, on va chercher à représenter de la légèreté en sur-exposant encore plus ! Cela peut sembler paradoxal en effet, car on imagine bien que la cellule de notre appareil photo est déjà pleine pleine de lumière ! Mais c’est justement parce qu’il y en a trop qu’il va chercher à sous-exposer automatiquement. Mais nous, nous lui disons taratatata, c’est moi qui décide, je n’en ai rien à faire d’avoir une image correctement exposée selon des canons purement techniques. Moi, ce qui m’intéresse, c’est de donner une âme à ma photo !

[two_columns_one]contreJour (5) [/two_columns_one][two_columns_one_last]

Ainsi ce papillon posé sur une vitre. Un contre-jour terrible qui a affolé la cellule de mon appareil photo ! Que s’est-il passé ? En fait, mon appareil photo a vu énormément de lumière, du coup, il a cherché à sous-exposer. Mais si je l’avais laissé faire, mon papillon aurait été tout sombre, et je n’aurais jamais pu mettre en évidence les veinures de ses ailes, la délicatesse de cette sorte de poudre qu’ils ont sur leurs ailes. Pour rendre hommage à cette petite bête, j’ai donc sur-exposé de + 1,7 ev.

[/two_columns_one_last]

[divider]

[two_columns_one]

Allez, soyons fous et sur-exposons encore plus en contre-jour jusqu’à faire disparaître quasiment notre sujet ! C’est ce que j’ai fait ici avec cette image que j’avais intitulée « L’insoutenable légèreté de l’être »

[/two_columns_one]

[two_columns_one_last]contreJour (6) [/two_columns_one_last] [divider]

Le contre-jour, révélateur de matière

Dans un autre ordre d’idée encore, le contre-jour nous permet de jouer avec les reflets et la matière comme jamais ! Et moi qui suis une vraie pie et qui suis irrésistiblement attirée par tout ce qui brille, voyez un peu comment la lumière en contre-jour nous offre des trésors ! Elle a également le don de révéler tout ce qui est placé horizontalement. Ainsi ces rochers des plages bretonnes avec toutes ces algues qui les recouvrent.

contreJour (7) contreJour (8)

 Et elle n’a pas de pareil pour révéler la transparence des gouttes d’eau !

contreJour (9)

 

Jouer avec les ombres

Attendez, ce n’est pas fini ! Que dites-vous de pouvoir jouer avec les ombres ? Le contre-jour nous offre un tel contraste au naturel qu’il suffit presque de le regarder pour que la photo soit faite ! Dans les 2 premières photos, il n’a pas été besoin de jouer sur la correction d’exposition car le contre-jour provenait du sol en béton, donc d’un gris suffisamment  neutre pour ne pas affoler la cellule de l’appareil photo. Au contraire, pour la photo des boutons d’or, il m’a fallu sur-exposer pour compenser la trop forte luminosité (vous avez compris, c’est le coup du taratatata cité ci-dessus au chapitre des images éthérées ! )

contreJour1 contreJour2 contreJour3

 

Le contre-jour créateur de l’esprit de la lumière

contreJour (10)

Je ne pouvais pas parler du contre-jour sans vous dire qu’il nous sert aussi à nous photographes pour créer des petites fées et des rayons lumineux même quand on ne les voit pas en vrai ! Là, c’est un peu moins facile à trouver, il faut quand même aller les chercher, jouer avec sa position face à la lumière, avec les éléments de premier plan, ceux qui permettent de cacher partiellement la source de lumière, fermer ou ouvrir le diaphragme. C’est en fait un jeu de cache-cache, mais les petites fées sont super sympa, à la fin, elles finissent toujours par se laisser photographier !

contreJour1 (1) contreJour2 (1) contreJour (11)

 

Et quand je n’ai pas le temps de faire des réglages !

Eh oui, c’est bien joli tout ça, mais il arrive souvent qu’on n’aie pas le temps de faire le moindre réglage ! Prenons une situation extrême : un reportage…  Bien sûr, les conseils que je vais vous donner sont valables dans toutes les situations et ne concerne pas seulement le contre-jour. Mais ils sont particulièrement utiles dans ce cas. Pour ma part, en dehors du fait que je ne sorte qu’avec une focale fixe (de toutes façons, je n’ai QUE des focales fixes) ce qui me permet de savoir facilement à quelle distance mon sujet sera net (c’est ce qu’on appelle l’hyperfocale : avec une focale donnée on peut savoir sans faire la mise au point entre quel point et quel autre mon sujet sera net). Je n’utilise donc pas l’autofocus ce qui me permet d’être vraiment très réactive. Ensuite, pour la mesure de la lumière, je vise avec mon appareil photo un coin de la scène qui me sert de repère juste pour cette mesure (j’essaye de trouver un endroit relativement neutre sur sa luminosité), je maintiens enfoncé à mi-chemin mon déclencheur et je choisis la scène à composer. Tout ceci peut se faire extrêmement rapidement et c’est vraiment un grand atout lorsqu’on à affaire à des scènes très mouvantes !

contreJour1 (2) contreJour2 (2) contreJour3 (1)

 

En conclusion : jouer de la molette d’exposition

Voilà, je pense que j’ai fait le grand tour des situations de contre-jour, et ce que je viens de vous montrer me confirme que son utilisation est une technique photographique particulière : il s’agit d’utiliser la lumière d’une autre manière que dans des situations plus communes et ceci au service d’images souvent très expressives. Je crois que si elles sont aussi expressives, c’est parce que le photographe est absolument obligé de décider ce qu’il a envie d’exprimer au delà de ce qui se voit objectivement sur l’image, il doit s’engager. La photo d’une fleur prise en contre-jour et sur-exposée n’aura certainement pas le même échos émotionnel que la même fleur sous exposée et encore moins prise sous une lumière neutre ! Et justement, en contre-jour la neutralité est impossible ! Etant d’un naturel entier, il va sans dire que c’est une des techniques que j’utilise le plus pour mes photos. Cela demande, c’est vrai quelques tâtonnements au début, on ne comprend pas toujours ce qui se passe, mais je ne peux que vous encourager à travailler dans ce sens. Et vous verrez, au fur et à mesure que le temps passera, c’est toute votre perception de la lumière en général qui se trouvera également améliorée.

Une fois encore, je suis convaincue que c’est cette sensibilité à notre matière première qui est absolument essentielle pour faire de belles photos. Bien sûr, il faut développer en même temps d’autres sensibilités, mais la lumière fait indéniablement partie de nos outils : elle est la peinture, le fusain, la craie, le pastel de nos artistes !

 :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

 logo_laboiteaphotos_hd_carre-300x300

* Pour ceux qui connaissent pas la Boîte à photos, il s’agit d’un collectif de blogs francophones parlant de photographie et qui chaque mois propose de réfléchir autour d’un thème choisi ensemble. Chacun étant libre de traiter le sujet à sa manière, cela donne une vraie richesse et diversité de points de vue que je suis certaine, vous ne manquerez pas d’apprécier ! Pour cette édition de la Boîte à photos, c’est Aymeric Gobert qui joue le rôle de site hôte et qui a donc l’énorme responsabilité de rassembler nos articles sur une même page et d’en faire la synthèse en fin de semaine. Si vous ne voulez louper aucune parution d’ici là, rejoignez-nous sur Facebook ou sur Twitter !! Merci à Laurent Vaissade de jogg.com pour le logo

Laurence

Laurence

Côté rêvesJe dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu’ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique … Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique « Cours« . Plus apparentée à une « coacheuse photographique », j’aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

35 Commentaires

  •    Répondre
    Laurence, je suis vraiment ravie .. par le thème :-)))
    Je reviendrais le lire tranquillement. A très vite !!
  •    Répondre
    Merci Laurence de cet article qui va bien au fond du sujet… j’ai hâte qu’on aie un peu plus de lumière (soleil !!) pour m’y entraîner !
  •    Répondre
    comme tu dis, une vraie pie … bavarde :-))
    et tant mieux pour tes lecteurs, un article avec du contenu, agréable à lire, et superbement illustré (tu dois commencer à avoir avec un sacré portfolio…)
  •    Répondre
    J’adore : le ton, les astuces, les photos.
    Bref, je suis fan !

    Merci pour ce billet complet, j’ai pu raffraichir (voire plutôt élargir en fait) mes connaissances en matière de contre-jour, et ça me fait du bien, car je pratique régulièrement !

    Bravo 🙂

  •    Répondre
    Bravo Laurence, j’ai bien aimé l’article. J’apprécie particulièrement les photos en contre jour, j’en faisais beaucoup avec mon compact de manière un peu aléatoire.

    Je vais m’y mettre sérieusement avec le reflex !

  •    Répondre
    Très sympathique et instructif article!

    J’aime beaucoup ta façon de présenter les choses!

  •    Répondre
    Grace à la boite à photo parue sur mon mur Facebook, je suis venu rendre visite sur ce blog et outre l’article, j’ai vraiment apprécié les photos. Bravo
  •    Répondre
    Ravi de la lecture de cet article. Un ton qui se veut badin sans manquer d’être à la fois pédagogique et exhaustif. Pour ma part, j’étais un grand adepte du contre-jour en argentique, mais j’avais quelques difficultés à renouer avec cette technique depuis mon passage au numérique. Je compte donc retenir cette leçon.
  •    Répondre
    Très intéressant ton article, Laurence. Tu nous proposes diverses avenues pour exploiter ce thème, c’est très inspirant. Bravo! Je partage sur FB, à bientôt!
  •    Répondre
    Excellent Laurence! Le soleil étant revenu après un w-e calamiteux, je n’ai qu’une envie après t’avoir lue: m’échapper de mon bureau pour aller jouer avec la lumière et mettre en pratique tes judicieux conseils 🙂
  •    Répondre
    Bravo!!!! Cet article est le meilleur que j’ai lu sur le sujet 😉 Et bien utile pour moi qui n’ose pas toujours explorer cette technique!
  •    Répondre
    Vraiment excellent cet article, très instructif. Il est clair que le contre jour est intéressant parce qu’il oblige vraiment à faire des choix, et je pense aussi que c’est une technique très créative …
    Bravo, belles photos, et belle plume aussi…
  •    Répondre
    Article très intéressant ! Les images (superbes) donnent envie de s’y essayer !
  •    Répondre
    super article, car ecriture merveilleuse pleine d’humor et d’elan et les photos magnifiques. merci
  •    Répondre
    Article très complet et très très bien écirt ! Qui après avoir lu tout ça n’aurait pas envie d’aller chasser le contre jour ? J’aime beaucoup le contre-jour pour le graphisme que ça apporte parfois et les ambiances particulières. Et le terme de petite fée c’est tellement joli, je vais dès à présent utiliser cette jolie expression car je n’avais pas de nom pour ça.
  •    Répondre
    Et bien , voilà un article que l’on ne peut se permettre de survoler ; vraiment très intéressant ce sujet , transmettre des émotions par le réglage et non par l’image , c’est une notion à laquelle je ne pense pas au premier abord mais qui semble assez fascinante . Merci pour cet article qui me permettra certainement d’évoluer un peu . Phil
  •    Répondre
    Bonjour !

    Tout d’abord, un grand merci à vous pour vos réactions enthousiasmantes ! Enthousiasmantes bien entendu parce que vous me faites des compliments qui me vont droit au coeur, mais aussi – et j’aurais envie de dire surtout ! – parce que je vois que ça vous donne envie de vous plonger dans ce monde du contre-jour !

    Marie : prends tout ton temps, tu as raison !

    Alexandra et Ronan : oh, je crois qu’on pourrait encore beaucoup de choses plus en détail, mais déjà qu’il y en a qui disent que je suis une pie (pipelette !), n’est-ce pas Ronan :), je crois que j’aurais quand même fini par vous assommer !

    Seb F : effectivement, nous pratiquons tous très souvent ce contre-jour, mais décider de parcourir ses possibilités est comme d’entrer dans un jardin aux 1000 secrets 🙂

    Thomas : Ce n’est pas dit qu’avec un compact on ne puisse pas faire de contre-jour. S’il laisse suffisamment d’autonomie au photographe sur la désactivation du flash et la sur ou sous exposition, le tour est joué ! Ceci dit, normalement avec un réflex, tu devrais avoir plus de liberté !

    darth : contente que ma façon de présenter les choses te plaise 🙂

    Kevin : on peut dire alors merci à la boîte à photos 🙂 Bienvenue à toi !

    Marco : c’est drôle d’avoir abandonné cette technique à cause d’un « bête » passage de l’argentique au numérique. Pour ma part, je pratique cette technique avec ces 2 outils et je me suis rendue compte que ce qui change l’aspect final des photos, c’est bien plus l’objectif que l’appareil photo. Si tu aimes l’argentique, la photo qui vient juste en dessous du sous-titre « le contre-jour créateur de l’esprit de la lumière » a été prise avec un Yashica mat. Bienvenue à toi aussi !

    Anne : merci pour le partage sur facebook et moi je suis ravie de te partager mon inspiration !

    Spiruline : Allez, échappe-toi un peu de ces bureaux sombres et lugubres, c’est pour la bonne cause !!

    Marc : olala, Marc, quel compliment !!! Merciiiii 🙂

    Yveslyon : Bonjour et bienvenue à toi aussi 🙂 Nous sommes donc bien d’accord : le choix c’est de la création, le reste, ce n’est « que » de l’observation 🙂

    Seb : alors essaye !!!! vas-y 🙂

    Christine : merci à toi de t’être arrêtée ici !

    Lucie : attention Lucie, il y a les fées mais aussi leurs baguettes magiques, tu sais, ces longs, longs reflets qui traversent toute l’image. Celles-ci aussi sont fantastiques !

    Philippe : pour un peu toi aussi tu dirais que je suis une pipelette à l’instar de Ronan 🙂 En fait, il s’agit surtout de transmettre des émotions par des réglages A PRIORI et non en post production. Une fois de plus, je suis convaincue que c’est au moment du déclenchement que le photographe doit être la plupart du temps le plus attentif à ce qu’il souhaite montrer. La post production vient ensuite affiner, peaufiner, renforcer l’intention de départ et elle a elle aussi une très grande importance. Et situation de contre-jour exacerbe notre attention.

  •    Répondre
    Fred l'apprenti-débutant 22 janvier 2013 à 18 h 59 min
    Tout ce que je voulais savoir sur le contre-jour sans oser le demander au professeur ! Excellentissime ! Merci Laurence.
  •    Répondre
    Un nouvel article qui rejoint notre Boite à Photo et qui m’a emmerveillé !

    La technique, les exemples sont bin présents pour nous donner envie d’essayer !

    Aymeric

  •    Répondre
    Super ! Un nouvel article à lire à tête reposée … J’avoue que mes contre-jours, je les fais au feeling, un peu de rigueur ne me fera pas de mal 😉
    Je comptais mettre le « contre-jour » en thème pour le projet 52 (mais quand il y aura un peu plus de lumière …), tu m’autorises à citer ton article pour guider les débutants (certainement sous forme de lien, mais avec un petit résumé) ?
    Bonne soirée
  •    Répondre
    Après un article si intéressant tu me redonnes l’envie de pratiquer le HDR…que j’ai laissé de côté . Il faudra que j’essaie aussi en N&B . Avec une seule photo en RAW c’est possible aussi il suffit de faire plusieurs réglages de l’exposition avec Lightroom par exemple. En tout cas bravo pour cet exposé bien fourni pour ceux qui découvrent et même pour les autres.
  •    Répondre
    Superbe article Laurence! J’avoue utiliser surtout le contrejour pour faire des silhouettes mais tu me donne envie de varier la pratique et je vais retenir la surexposition grace a ton taratttattta (je sais cela doit pas etre exact mais pas trop loin tout de meme 🙂 )
    et puis quel plaisir de redécouvrir certaines de tes photos pour illustrer l’article
  •    Répondre
    Merci pour tout cet « article », ce cours je devrais dire!

    L’actualité nous a donné à voir une belle illustration de contre jour avec cette image de militaire au Mali…

  •    Répondre
    Un grand bravo ! Super articles, explications claires , exemples precis, un tour complet de la question et de magnifiques photos d’illustration !
    Simplement genial, ca donne envie de faire du contre jour tout de suite !
  •    Répondre
    Bonsoir !
    Une fois encore, un grand merci pour vos retours !

    Fred l’apprenti-débutant – mais qui fait des belles photos 🙂 Mais demande, demande, je suis là pour ça !!!

    Aymeric : merci chef !!

    @Véro : le contre-jour fait de toutes façons appel à pas mal de feeling comme je le dis à la fin, et les différences, même subtiles de positionnement par rapport à la lumière, son intensité font que certains réglages ne vont pas fonctionner alors qu’on pourrait penser le contraire sur la papier. En fait, surtout, ce qui est pas mal, c’est d’avoir en tête quand même les grands principes pour s’y retrouver quand on n’arrive pas à obtenir l’effet souhaité. Et bien entendu, tu peux tout à fait citer cet article pour ton projet 52. C’est fait pour être partagé !

    Gérard : Et bien alors cours vite lire l’article d’Aymeric sur le sujet, toujours dans cette miraculeuse boîte à photos ! 🙂

    Françoise : Eh oui, le contre-jour n’est pas qu’affaires de contrastes !! Essaye et n’hésite pas à me demander s’il y a des trucs qui te semblent bizarres 🙂 Sinon, effectivement pour illustrer cet article je suis allée rechercher quelques unes de mes anciennes photos et qui m semblaient plus parlantes et évidentes pour ce propos. Mais il y en a quand même pas mal de nouvelles !!

    Chri : je n’ai pas vu cette image du haut de ma tour gênoise. Elle était si frappante que cela ?

    : Ca y est, c’est fait ? Non, je rigole 🙂 Bienvenue ary et merci pour cet enthousiasme !

  •    Répondre
    Belle article sur un sujet sympathique et nouveau pour moi.
    Je crois que je vais essayer 🙂
  •    Répondre
    De superbes exemples , avec des explications limpides qui donnent vraiment envie de s’essayer au contre jour!

    Content de te compter parmi nous!

    Greg

  •    Répondre
    Bonjour Snash et bienvenue 🙂 Vas-y, lances-toi, tu verras, c’est un univers plein de surprises !

    Merci Greg 🙂 Je suis ravie aussi d’être parmi vous !

  •    Répondre
    Merci pour cette note détaillée et si joliment illustrée. Yapuka ! 🙂
  •    Répondre
    Chapeau Laurence. Un vrai de vrai cours de photo. Ce que tu dis est tout à fait exact. Je crois comme tu le dis bien que le contre jour est un révélateur.
  •    Répondre
    Merci Pastelle et Dominique ! Effectivement, yapuka 🙂 !!!
  •    Répondre
    Excellent article qui redonne des idées… en particulier, les images éthérées !

    Les contre-jours me font penser à cette photo :
    http://www.flickr.com/photos/40540792@N06/5433330784/lightbox/

  •    Répondre
    Alors que je n’ai pas de mémoire, je suis toujours surpris de la façon dont on mémorise des milliers de photos prises.
    Pourquoi cette fougère me rappelle-t-elle cette araignée …. ? http://img132.imageshack.us/img132/34/araigne1r1copie.jpg

    Bon, encore un article à venir relire quand j’aurai un peu plus de temps. Quand en aurai-je pour prendre quelques photos ?

  •    Répondre
    […] nous propose de lire des tutos : Celui de Donlope, ici (clic) et celui de Laurence (Photofolle) ici […]

Laissez votre commentaire