Le 19 novembre 2021, je m’envolais vers l’Europe pour retrouver mes pioupious (qui sont grands je le concède mais je m’en fiche, je les appelle quand même mes pioupious !) et je comptais bien profiter des 2 mois pour voir aussi ma famille et mes amis !

Entre temps, cette fichue épidémie qui n’en finit pas a fait le rebond que l’on sait et me voilà européenne jusque fin mai !! Eh oui, le 29 mai pour être précise. Enfin … si tout va bien …

En effet, la Chine applique des règles draconiennes et je savais dès le départ que j’avais un risque de ne pas pouvoir revenir chez moi comme prévu. Mais pas à ce point quand même ! Car non seulement avant de pouvoir monter dans l’avion il faut montrer patte blanche en effectuant 2 tests (PCR et sanguin) dans des laboratoires agréés par l’Ambassade de Chine, les envoyer à cette dernière avec toute une série de documents afin qu’elle nous donne une autorisation d’embarquer, mais en plus à l’arrivée ce sont 4 semaines de quarantaine en hôtel qui nous attendent (la durée de quarantaine dépend des provinces, chez moi c’est 4 semaines, à Shanghai c’est 3 semaines). Et comme si ça ne suffisait pas, la Chine applique une politique de sanctions pour les compagnies aériennes qui auraient transporté des cas de Covid et qui sont découverts pendant la quarantaine. Et c’est pour cette dernière raison que je me retrouve bloquée ici … Ma compagnie, la China Eastern Airlines, a « importé » début janvier 9 cas puis dans le vol suivant, 15 cas. Résultat, 6 semaines de suspension de vol ! Et au final, un retard de 4 mois pour les ré-attributions de sièges.

Faire contre mauvaise fortune bon coeur !

Oh certes, j’aurais pu repartir plus tôt, mais ça aurait été à condition de voyager en première classe et au tarif idoine, c’est à dire en rajoutant 8000 euros aux 2700 que j’ai déjà payés pour un aller simple !! Et encore, à condition qu’il n’y ait pas de nouveaux cas juste avant mon vol. Donc mes chers amis, j’ai considéré plus sage pour ma bourse de rester parmi vous en Europe pendant ces quelques mois 😉 C’est pour mon amoureux que c’est plus tristouille car il va rester seul à Nanjing pendant beaucoup plus longtemps que prévu 🙁

Mais comme on dit, faisons contre mauvaise fortune bon coeur ! Ainsi, je vais pouvoir être enfin une mère normale qui ne vit pas à 10 000 km de ses enfants et qui peut les envahir sans les problèmes du décalage horaire 😉 Je vais aussi pouvoir profiter de la dolce vita italienne car ceux qui me connaissent savent que mon pied à terre européen est en Italie. Bon, certes il faut que je déprogramme de nombreux cours photo en Chine, mais je vais peut-être pouvoir en organiser ici, en présence ou on line, et surtout durant la semaine !

Alors tout ce que je vous ai raconté précédemment, quelle relation cela a-t-il avec le titre de cet article vous demanderez-vous ? Pour ceux qui ne savent pas « buio » signifie « obscurité » 😉 Et bien à la fois tout et rien à vrai dire 😉 Tout, parce qu’étant soumise aux aléas de cette fichue pandémie, je me retrouve à essayer d’organiser ma vie avec d’immense zones d’ombre et il fallait bien, surtout pour les habitués du blog, expliquer pourquoi les photos que je vous montrerai dorénavant se situeront en Europe ! D’autant plus que toute ma photothèque est bien évidemment restée à Nanjing et donc … tant pis pour les articles que j’avais prévus de publier sur la Chine. Ils attendront l’été prochain 😉

Et puis il fallait que je vide mon sac en quelque sorte et maintenant que c’est fait, passons à autre chose !

Chasseuse d’ombre

Ainsi, je me retrouvais à déambuler dans les rues de Genova en cherchant des solutions à ma situation lorsque je suis passée à côté du théâtre Carlo Felice, un bâtiment moderne imposant en centre ville. La lumière qui y règne quand le temps est ensoleillé y est toujours fascinante en fin d’après-midi et surtout en hiver. En effet, grâce au soleil rasant qui passe entre les colonnes de l’entrée, on a par contraste des ombres très marquées et profondes. Ce hall est également très peu éclairé et les lustres ronds permettent en termes de composition de remplir ces espaces noirs et vides avec toute une série de points lumineux qui donnent du rythme. Bref, c’est une très jolie aire de jeu pour les photographes qui aiment le graphisme et surtout … qui n’ont pas peur du noir !

La seule contrainte technique à mon avis pour profiter pleinement du contraste entre l’ombre et la lumière c’est de sous exposer drastiquement à la prise de vue et surtout de mesurer sa lumière spécifiquement sur les zones les plus claires. Personnellement, je mets mon appareil photo sur le mode « mesure spot », je mesure une zone très claire de la scène, je mémorise l’exposition puis je fais ma composition et mon cadrage.

Bien sûr, à la prise de vue la photo parait très sombre mais une fois les hautes lumières bien rehaussées en post production on obtient des photos à mon avis très sympas 🙂

Ainsi, j’aime vraiment bien la photo ci-dessus. Bien sûr les points forts sont les 3 personnages et surtout celui en premier plan. Bon, il est vrai qu’idéalement j’aurais bien aimé que les 2 petits personnages avancent vers nous de manière à ce qu’il y ait un visage face à nous, mais même tous de dos ça fonctionne bien. Je pense que c’est dû à l’ombre du plus grand personnage qui vient parfaitement s’encadrer dans le trou de lumière et qui elle semble nous faire face. Le fait également que ses mains, ainsi que celles du petit personnage, soient parfaitement lisibles remplacent en quelque sorte la force du visage absent (souvenez-vous, juste après le regard dans un visage, ce sont les mains qui jouent un rôle majeur dans une photo). Puis ensuite viennent les ronds des lustres qui remplissent bien tous les espaces vides et noirs et qui permettent que tous les éléments lumineux soient bien équilibrés.

Je suis peut-être un peu plus dubitative sur les 2 photos ci-contre. Laquelle choisir ?

Je préfère la première bien qu’elle n’ai finalement qu’un seul point fort ce qui la rend en soi un peu moins intéressante. Mais c’est justement cette plus grande simplicité que j’aime bien, sans compter la silhouette des 2 personnages que je trouve plus originale. La seconde est pas mal mais les personnages du fond ne sont pas assez distinctifs. Sans l’ombre du petit personnage de droite, ça aurait tout changé ! Bref, malgré sa grande simplicité, un personnage principal plus lisible avec ses jambes bien écartées, le peu d’éléments qui la composent sont un peu cafouilleux.

Rappelons-nous que le minimalisme doit être vraiment « propre » et que ce genre de photo ne supporte pas le moindre fouillis 😉

La photo ci-dessous est sympathique et je l’ai sélectionnée pour vous la montrer à cause de cette superbe ombre projetée d’un personnage que j’aime vraiment beaucoup. Mais je trouve qu’elle pêche dans son ensemble par la composition que je ne trouve pas optimale du tout. En fait, j’aurais dû me déplacer vers la gauche au moment de la prise de vue de manière à la rééquilibrer. Le problème est qu’ici, même si l’ombre est très chouette, elle n’est pas LE point fort. Le point fort, ce sont les personnages sur l’extrême droite et malheureusement ils sont mal placés, trop au centre horizontal et trop sur le bord. Peut être que s’il y avait eu lampadaire lumineux à l’intérieur du carré noir sur la gauche ça aurait rééquilbré le tout. Mais ce n’est pas le cas …

Venons-en maintenant aux 2 photos suivantes. A l’instar des photos précédentes, les compositions sont en diagonale. Par ailleurs, on peut dire que ces 2 photos se ressemblent vraiment beaucoup la différence entre elle étant quasiment nulle 😉 Sur celle du haut, le personnage est de dos tandis que sur celle d’en bas il est de face.

A priori on peut penser que c’est donc celle du bas qui est la plus forte. Ce que je pense ! Mais j’aime quand même malgré tout beaucoup que le personnage de la photo du haut soit quasiment chauve, et du coup sa tête rappelle les ronds des lustres.

Pour moi, c’est typiquement le cas de photos impossibles à départager en soit car ce qui va décider de leur sort (rester ad vitam aeternam dans les archives ou être montrée) c’est le message que veut faire passer le photographe. La première va mettre en avant plus de mystère car on a à faire un personnage de dos, la seconde va être peut-être plus classique.

Le seul regret que j’ai sur ces 2 photos, c’est que l’ombre des personnages ne soit pas parfaitement encadrée dans les rectangles de lumière. Quel dommage !

Enfin, pour finir cette petit série d’analyse photo, laissez-moi vous présenter 2 dernières photos. Cette fois-ci, je les ai prises à l’extérieur du hall alors qu’il y avait un dernier rayon de soleil qui arrivait. Je dois dire que j’ai eu très peu de temps et en 3 minutes c’était plié, il n’y avait plus de soleil à hauteur d’homme 😉 C’est d’ailleurs peut-être pour cette raison que je trouve que l’ambiance de ces photos est vraiment particulière et totalement différente des photos précédentes. Je dirais que dans les photos ci-dessus, c’est la lumière qui perce littéralement le noir, qui l’entaille, alors que dans les photos ci-dessous c’est l’ombre et l’obscurité qui viennent manger la lumière, l’absorber.

Comme quoi, on n’en finira jamais de constater à quel point la lumière est notre matière première la plus précieuse ! Parce que techniquement, j’avais exactement les mêmes réglages que depuis le début. Je ne me lasserai jamais de dire et répéter que la technique est une chose, facile à gérer, mais que la perception de la lumière, de ses caractéristiques est ce qui va vraiment nous faire la photo 🙂

Voilà chers amis, à l’instar de cet article je ne peux que vous encourager à faire des analyses de vos photos. Hormis les aspects techniques, parfois les choix qui en découleront dépendront d’éléments factuels comme une plus ou moins bonne composition ou cadrage, un point fort plus fort ou plus faible, un regard, une main, un élément intéressant, … Mais ils dépendront aussi du contexte dans lequel vous voulez montrer cette photo, en tant qu’élément unique ou bien dans une série.

Bref, l’art n’est pas une science exacte, ce n’est d’ailleurs même pas une science. Alors bon courage mes amis !!

NEWSLETTER
Je souhaite recevoir une notification mail lors de la parution d'un article et je sais que peux me désabonner à tout moment.

18 pensées sur “Nel buio

  1. Bonjour Laurence.
    Je suis avec toujours autant d’intérêt votre travail photographique ainsi que vos articles.
    Je trouve cette nouvelle série remarquable. J’aime ces contre-jours parfaitement maitrisés et aimerais avoir votre talent. Bien entendu, il faudrait pour cela que je me remue un peu plus… Mais ça ne suffirait certainement pas.

    1. Bonjour Yvan !Avant toute chose un immense merci pour votre fidélité !!! Et bien entendu aussi pour vos compliments 🙂
      Juste pour préciser, techniquement parlant, hormis la dernière en noir et blanc, ce ne sont pas des contre-jour. En fait, c’est même tout le contraire car pour obtenir cet « effet », il faut impérativement que la source de lumière soit derrière nous ou éventuellement sur le côté. Mais en aucun cas devant nous 🙂 🙂

      1. Mais c’est bien vrai dame. Où avais-je la tête ?
        Mais êtes-vous sûre qu’il n’y en a qu’une en contre-jour ?

  2. Merci Laurence pour ces magnifiques photos qui me parlent énormément et pour l’analyse que vous en faites en toute simplicité.C’est très enrichissant et vous apportez beaucoup de motivation dans cette recherche permanente de la bonne lumière. Je vous suis depuis quelques années et attends toujours avec impatience vos prochains posts. Merci à vous Laurence.

    1. Bonjour Jacques ! C’est moi qui vous remercie pour votre présence !!! C’est tellement motivant !
      Je me retrouve bien souvent à analyser les photos des autres, notamment lors de mes workshops. Souvent je me trouve exigeante, mais j’aime bien montrer que mes propres photos passent à la « moulinette » elles aussi 😉 😉

  3. Bonjour,
    Concernant les 2 entre lesquelles vous hésitez, je trouve que la 1ère fait écho à Nighthawks d’Edward Hopper. Le dedans étant l’extérieur et vice versa. Du coup j’aurai bien vu un mélange entre le cadrage de la 1, un poil plus serré, avec les petits personnages de la 2 dans les ouvertures. Quoiqu’il en soit ça me donne des idées de photos à explorer!
    Bon courage pour votre attente en Europe, somme toute bien entourée, et merci pour ces partages.

    1. Bonjour Jacques ! Merci beaucoup pour votre commentaire très instructif ! Vous avez raison concernant « l’esprit » Hopper, d’autant qu’en ce moment c’est un peu ma marotte sur laquelle j’ai envie de travailler 🙂 Avez-vous lu mon article précédent ? La série que j’y présente est exactement dans cet esprit !
      http://www.photofolle.net/comme-un-air-dedward-hopper/

      1. Oui biensûr! J’y ai pensé après coup.
        Comme on voit beaucoup de fenêtres dans ses tableaux, de vues traversantes, j’ai fait le rapprochement dans ce billet 🙂

  4. Bonsoir Laurence,
    Ombre et Lumière, cela me rappelle un stage il y a bien longtemps sur le thème : Clair/Obscure en N/B. Et bien aujourd’hui malgré le froid je suis sorti avec votre thème, bon pas évident surtout l’après midi à Arcachon. A refaire sur Bordeaux pour de meilleurs résultats.
    Cordialement. Marc

    1. Bonjour Villain ! Je suis absolument ravie que ces photos aient eu pour effet de vous faire sortir même en bravant les éléments ! Il est clair que le clair obscur comme ça est très exigent en terme de lumière et il n’est pas toujours facile de réunir les conditions pour le faire ! J’espère que votre pêche sera meilleure à Bordeaux 🙂 🙂 🙂

  5. Hello,
    Vider , déposer le sac …
    ( très interessant le casse tête chinois )pour le plaisir de retrouver des photos européennes ; Merci pour vos explications et vos belles photos .JM

    1. Merci à vous pour votre présence fidèle Mangeon !!!!!!

  6. Bonjour Laurence,
    J’aime bien ce thème mais pas facile à reproduire et surtout de trouver un lieu adéquat.
    Vraiment j’adore votre travail et vos explications.
    avec impatience au prochain sujet.

    1. Bonjour Villain ! Je viens de découvrir que vos commentaires étaient passés dans les spams 🙁 Je suis désolée !
      Il faut en effet des conditions de lumière très précises pour obtenir ce genre de photos : un source de lumière très intense de manière à avoir des ombres profondes. Bien sûr un soleil radieux est idéal mais il est également possible de les réaliser avec une lumière artificielle. Il faut simplement qu’il y ait un fort contraste. Ensuite, il ne faut jamais être en face de la source lumineuse (pas de contre-jour) sinon vous obtiendrez des silhouettes noires sur un fond clair, probablement sans détail sur la silhouette. Or ici c’est le contraire, on veut obtenir des éléments clairs sur un fond noir, avec des détails sur les tons clairs 🙂 Et c’est la conjonction de votre positionnement vis à vis de la lumière ainsi que celle de votre point fort qui sera déterminante ! Courage, une fois que vous aurez expérimenté vous verrez que ce n’est pas difficile 🙂 🙂

  7. Ma chère Laurence,
    je suis sincèrement désolée que tu doives différer ton retour en Chine mais je suis vraiment très heureuse de te voir publier à nouveau des images italiennes. Et je me réjouis déjà des prochaines. Quant à l’exercice auquel tu te livres ici, il est une fois de plus passionnant et instructif. Merci et à bientôt 🙂

    1. Ahaha ma chère Christine, plus que jamais entre les deux mon coeur balance en effet ! Et puis il est vrai que c’est l’occasion pour renouer avec les ambiances italiennes 🙂 Merci de tout coeur pour tes encouragements et j’attends avec impatience que les choses se calment du point de vue épidémique pour venir te rejoindre dans tes montagnes Helvétiques 🙂 🙂 🙂

  8. Merci à vous pour le partage de ces images et la lumière avec laquelle vous nous éclairez (au propre et au figuré)!
    Enrichissante. Vous êtes enrichissante!

    1. Ahhhh cher Chri, je ne suis enrichissante que parce que vous êtes là !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.