LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

EDIT AUX COP’S


Souvenez-vous, il y a peu de temps, je vous avais fait un fabuleux compte-rendu de notre week-end entre cop’s, à Orta avec Spiruline. Chacune de notre côté, nous avions mis exactement en même temps nos photos de ce week-end sur nos sites respectifs, histoire de nous faire chacune une suprise.

Si vous avez bien lu son article, ma super cop’s de combat photographique s’est gravement moquée de moi en insinuant, (et en me montrant !),  avec mon matériel photographique bizarre, allant jusqu’à dire que mon yash m’oblige à prendre des postures pour le moins étranges. Bon, bon, je l’admets, mais je ne vois pas ce qu’il y a de plus étrange entre le fait d’avoir une démarche de carnard, et le fait qu’elle, elle n’hésite pas à se coucher de tout son long en plein milieu de l’office de toursime pour prendre le lustre du dit office !

Alors voilà, comme à l’époque de cet article je n’avais pas encore fait développer la pellicule, et que maintenant c’est fait (finalement !) je me devais quand même de le compléter avec ces images. J’avais donc chargé mon Yash avec une pellicule couleur, et je vous emmène donc sur le Sacro Monte d’Orta. Comme le dit Spiruline dans son article, c’est un endroit un peu lugubre, où sous les 24 chapelles (c’est pour ça qu’il est appelé le Sacro Monte, vous imaginez bien !) sont entreposées une multitude de statues représentant diverses scènes. Bon, il parait qu’au bout d’un moment on s’habitue au kistch de l’ensemble. Ca nous a laissé quand même une drôle d’impression et je préfère vous montrer l’environnement extérieur du lieu (de toutes façons, c’était presque impossible de photographier à l’intérieur des chapelles tant c’était sombre). Alors voilà 3 petits personnages déambulant dans ce drôle d’endroit :

Et maintenant laissez-moi vous présenter le lac avec mon Holga tout de scotch vêtu et sa pellicule N&B ! Bon, les photos ne sont pas géniales, géniales, mais en fait, il me semble que pour utiliser cet outil photographique il faut se mettre dans un état d’esprit bien particulier – que je n’avais pas ce week-end là (la faute à la cop’s !). Bon, je vous les montre juste parce que je trouve toujours vraiment intéressant cette liberté qu’offre le Holga de faire toutes ces surimpressions : il y a en fait 7 photos dans les 2 images ci-dessous. 4 dans celle en « vrai » N&B et 3 dans celle que j’ai eu envie de virer en sépia (oui, oui, comme ça, ça me prend de temps en temps ! Et puis comme les négatifs ne peuvent quasiment pas se travailler en numérique, c’est presque la seule manière d’y mettre sa touche). Cette histoire de surimpression n’est pas vraiment facile à travailler et on paye cash toute erreur ! C’est ce qui m’est arrivé ici : mes horizons ne sont pas tous droits, et ça m’énèrve !

Allez, peut-être serez-vous indulgents !!!


Comme d’hab, n’oubliez pas le clic sur les images pour les agrandir !

Laurence

Laurence

Côté rêvesJe dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu’ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique … Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique « Cours« . Plus apparentée à une « coacheuse photographique », j’aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

9 Commentaires

  •    Répondre
    c’est amusant de constater combien des lieux divers se ressemblent. Excepté la première on pourrait croire ces photos prises par exemple au Japon et sans doute ailleurs. Elles respirent une ambiance particulière.
  •    Répondre
    Quoi quoi quoi, qu’est-ce que je lui a fait à ton état d’esprit???? Il est tordu ton argument, c’est pour ça que tu as l’horizon penché;-) Blague à part, j’aime bien tes photos du Sacro Monte, tu as vraiment bien composé tes images et déclenché pile poil au bon moment pour saisir tes petits bonshommes. Par contre, je suis moins convaincue par tes superpositions. Je préférais celles que tu avais faites dans ton jardin avec ta fille. Allez bonne nuit copinette!
  •    Répondre
    Philippe : C’est drôle, décidément, ces derniers temps on me dit souvent que je fais des images qui évoquent le Japon ! Bizarre, bizarre …

    Spiruline : normal que tu sois moins convaincue ! Tu as vu un peu tes dernières images ??? Pires que les miennes côté ouate !!!

    Merci à tous les deux pour avoir pris le temps de vous arrêter ici !!! :kiss: :kiss:

  •    Répondre
    vous êtes infatigable Laurence et le titre de votre blog mérite de plus en plus son nom … j’aime toujours autant vos « expériences »
    •    Répondre
      Merci Véronique ! Les expériences ont ceci de passionant qu’elles laissent la part belle au fruit du hasard ! Lâcher le « tout maîtriser », voilà une grande liberté !
  •    Répondre
    Ah là là … c’est ça qui me manque les WE photos avec des cops pour pousser un peu plus l’audace !!! (en fait, les cops de photos aussi … !!)
    Très chouettes expérience !
    •    Répondre
      Bonjour cstef. et bienvenue à toi !!

      Tu sais, on n’a pas vraiment besoin de cops pour « pousser un peu plus l’audace », mais surtout de cops qui comprennent qu’on peut rester 20 mn sur un bout de mur pour le photographier !

      A très bientôt je l’espère 😀

  •    Répondre
    Le Holga libère l’esprit de la technique et ouvre la voie au vagabondage visuel et à la poésie 🙂
    Quels beaux endroits joliment photographiés!
    •    Répondre
      Je dirais même que, étant donné qu’on n’a aucune emprise technique et qu’en plus cet appareil est par excellence celui qui nous fait des surprises, on finit par avoir une complicité énorme et une vraie curiosité sur le résultat toujours renouvelé !

Laissez votre commentaire