LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

CIVILITE3 min de temps de lecture


civilite

 

En découvrant cette photo, j’ai tout de suite pensé : « Attention, enfants ! », comme un réflexe de conductrice avertie, comme un écho au panneau signalétique que nous connaissons tous (en France).

Sauf que là, ce n’est pas un petit panneau triangulaire, comme ceux qui bordent les écoles, jardins publics et tout autre lieu (plutôt plus que moins) fréquentés par des enfants. Ces fameux panneaux qui sont sensés nous avertir et donc nous faire réagir en conséquence, notamment quand on conduit un bolide à moteur, monstre de fer face à la fragilité d’un corps humain, David contre Goliath …

Là, la signalétique est incrustée dans le sol. Est-ce ainsi en Italie ? (Je n’en ai pas souvenir). Mais,  le fait que ce soit peint sur le bitume me semble d’autant plus marquant : je m’insurge souvent devant l’incivilité des conducteurs qui ignorent ces petits panneaux triangulaires et continuent leur course contre la montre au mépris de la sécurité des êtres, et je me demande quel impact aurait cette signalétique qui allie l’avertissement à la symbolique des conséquences … Mais, le paradoxe, c’est que, quoiqu’il arrive, lentement ou trop rapidement, il faut écraser le dessin pour passer !

Et, parce que la symbolique de l’image me dérange,  je ne peux supporter ce paradoxe : Est-ce à dire qu’il faut suggérer le malheur pour en prendre conscience ? Doit-on faire subir cette épreuve (et mon mot est sciemment choisi) à ceux et celles qui en ont déjà conscience ? 

Le pouvoir de l’image est fort, très fort : rappelez-vous (et ce n’est qu’un exemple parmi bien d’autres) les campagnes de sécurité routière où il faut nous montrer des accidents de la route pour que l’horreur nous fasse réagir à être plus prudents. Là, ce n’est qu’un dessin…mais dont la signification est telle qu’il me semblerait difficile de rouler dessus tous les jours. Suis-je formatée par le code de la route ? Est-ce un mal nécessaire ? Est-ce efficace en terme de réduction de vitesse et donc, normalement, d’accidents ? A-t-on  besoin d’écraser (symboliquement) tous les jours un enfant pour faire preuve de civilité ?!

Je serais curieuse d’en savoir plus sur les conditions de cette photo qui, décidément, m’interpelle …

Texte : Marie-Laure – Novembre 2009

 

Le pouvoir de l'image est-il, comme tu le dis, si fort ? Nous vivons dans un monde d'images, et pourtant, malgré le fait que certaines d'entre elles peuvent être vraiment très violentes, indécentes, laides, … et bien cela ne change rien aux actes que peuvent produire les hommes. J'ai bien l'impression qu'illustrer nos plus vils défauts ne fait qu'alimenter notre voyeurisme, mais pas vraiment notre envie d'améliorer les choses … 

 J'ai pris cette photo dans une rue parisienne, et ce qui m'a incité à déclencher, ce sont les failles qui se creusent sous les pieds des enfants, et qui me donnent effectivement l'impression que leur traversée est fragile, périlleuse. Un pigeon est passé à ce moment là, alors, clic ! j'ai vite appuyé sur mon petit bouton … Ce n'est pas tout le temps qu'on peut voir une âme d'enfant s'envoler !!

 

 

 

Laurence

Laurence

Côté rêves ...Je dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu'ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique ... Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique "Cours". Plus apparentée à une "coacheuse photographique", j'aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

8 Commentaires

  •    Répondre
    ho la la !!
    beaucoup de choses a dire !
    la photo : j’ai avant toute lecture , ce qui me semble ici , en ce lieu précis , chez toi laurence , être un impératif , examiné la photo , je m’en imprègne et je me demande de quoi va -t-on parler?
    sur cette photo qui semble effectivement être a la conductrice que je suis un panneau signalitique très connu , je vois bcp d’autres choses !
    j’ai vu le pigeon et je me suis dit que c’est fort cette ombre ! j’ai vu aussi les fissures et la , j’ai eu frisson …
    Marie laure ton texte pose bcp de questions en effet … est ce bien utile ?
    je trouve personnellement la symbolique très forte , le fait de passer dessus avec son véhicule tous les jours !!
    mais malheureusement dans le comportement automobiliste , souvent c’est l’habitude qui prend le dessus et à mon avis , très vite cette symbolique risque de passer aux oubliettes !
    c’est comme le paquet de clopes ou il est écrit « fumer tue » , ça fait peur au début , et après ?? ….
    Je pense que je suis une assez responsable face à ces passages piétons quels qu’ils soient … par contre j’avoue être plus intolérantes avec les piétons sans gêne qui traverse n’importe comment , attention , j’ai pas dit que je les écrasais (rire)
    J’aime bien chez nous , aux abords des écoles ,ces personnes qui font traverser , emploi ville , mes enfants appellaient cette personne « la dame de traverser » , c’est catherine , quelqu’un que l’on respecte je pense plus qu’un simple paneau !!!
    elle sait même reprendre les parents les plus récalcitrants qui traversent en sortant de l’école avec leurs enfants hors des passages protégés !!! oui oui ça arrive! catherine se sent responsable de ce passage et fait tout pour qu’ils soient respecté de tous , automobilistes et piétons !!
    voila le truc , les panneaux ?? j’ai un doute quant à leur efficacité perpétuelle !
    bisous les filles
  •    Répondre
    pardon je suis hyper bavarde !
    mais les articles ici proposent réflexion et c’est ça qu’est bon ! 😆
  •    Répondre
    En fait, Marie-Laure habite dans un petit hameau traversé par une route communale. Cette route est toute petite et il y a 10 voitures max par jour qui passent, et uniquement des habitués. Or, cette route a le malheur d’être en ligne droite. Conséquence : certaines voitures passent à fond la caisse. Après avoir demandé aux conducteurs de ralentir à la traversée de ce hameau car il y a des enfants qui traînent (normal, on est en pleine campagne), certains ont effectivement fait plus attention. D’autres en revanche, ont pris ça pour je ne sais quoi, abus d’autorité, volonté d’ennuyer le monde ??? Mystère. Ils continuent donc de traverser le hameau à toutes berzingues.

    La question est : pourquoi ?

    Là, on dépasse largement le stade de la civilité. Il s’agit tout simplement d’éviter un accident qui plongerait tout le monde, mais vraiment tout le monde, dans un indicible malheur, chacun à son niveau. Je n’arrive pas à trouver de réponse à cette attitude de conducteur, d’homme.

    Pourquoi rouler vite, voire accélérer sur une portion de 100 m, quand on sait pertinemment qu’il peut y avoir un danger vital ? Le pire, c’est que je suis sûre que cet homme, s’il arrive réellement un grave accident, sera le premier à regretter infiniment son acte, et ceci pour tout le restant de sa vie.

    Si certains ont une réponse, j’aimerais bien l’avoir !!!

  •    Répondre
    Pour moi, cette caricature dessinée sur la route aurait plutôt tendance à foutre la trouille à certains conducteurs ou passagers
    responsables et laisser indifférents « les irresponsables » tout comme les petits bonshommes sur les panneaux(le nombre correspondant à ceux qui ont laissé leur vie.)
    Hélas! des fous, il en restera toujours et c’est bien regrettable. L’imprévu peut arriver à tout le monde, hélas,mais des regrets quand on a été prévenu, le mot est faible car les proches ont leur vie pourrie pour le reste de leurs jours.
    Pour vous qui pensez à vos enfants, j’ai lu récemment:
    – Quand on perd ses parents, on devient orphelin
    – Quand on perd son conjoint, on devient veuf ou veuve
    – Quand on perd ses enfants, il n’y a aucun nom pour le qualifier.
    Bisous
  •    Répondre
    Il n’y a pas que les images qui ont du pouvoir… les mots aussi et le fait de ne pas en avoir pour qualifier quelque chose est très révélateur ! Je prends (encore !) la parole juste pour rétablir une injustice :sick: : dans ton commentaire ci-dessus, Laurence, tu parles de « cette attitude de conducteur, d’homme ». Je t’arrête : sur les 4 voitures qui continuent à passer super vite sur cette petite route, il y a 2 hommes et… 2 femmes. Comme quoi, la parité existe !
    Il me semblait important de le préciser, car les hommes n’ont pas toujours tort 😉 Parole de femme !
    :love:
  •    Répondre
    Un petit message supplémentaire de la part de Marie-Thérèse qui m’a envoyé ce fichier power point ce matin.

    http://www.photofolle.net/CadeaudeNoel.pps

    Elle nous dis de remplacer alcool par vitesse, et que le résultat pourrait être le même …

  •    Répondre
    Marie-Anne Ambry-Zerrouk 16 novembre 2009 à 10 h 35 min
    Il est grand temps de Ralentir….ouvrir les yeux….regarder…Rien n’est plus inqualifiable que la perte d’un enfant…

Laissez votre commentaire