La lumière qui suit la pluie est toujours très spéciale, avez-vous remarqué ? Ainsi, une petite averse cet été m’a offert une belle occasion pour photographier les gouttes de pluie restées en suspens sur des mousses. 

Que ce soit pour du paysage ou de la macro (et par extrapolation bien entendu tous les types de photographie !), les moments qui suivent une averse sont souvent à exploiter de manière privilégiée car l’air est déchargé des poussières et il est d’une limpidité extraordinaire. Bien sûr, sous des climats très chauds ou très froids ou tropicaux, ce n’est pas pareil car l’humidité peut rester en suspens (et c’est d’ailleurs l’occasion de réaliser un tout autre type de photo), mais sous les latitudes du nord-ouest de la France avec des températures plus que clémentes que nous avons eues cet été, il ne fallait pas rater l’occasion, d’autant que le soleil s’est mis de la partie immédiatement après, me donnant des contrastes naturels vraiment beaux.

Je suis donc allée débusquer ces mousses dans un petit buisson. Je vous rappelle que pour faire de la macro, 1 m2 suffit amplement pour passer un délicieux moment ! J’aime d’ailleurs dire qu’il s’agit d’un voyage immobile où chaque infime variation de mouvement nous emporte sous des latitudes insoupçonnées.

Comme vous pouvez le constater, je n’ai pas eu envie de vert au développement ! Allez savoir pourquoi … Envie de fraîcheur, d’un monde un peu irréel ? Le fait est que j’ai eu un sérieux penchant pour le bleu et le cyan 🙂

Bien sûr, je trouve ces photographies jolies sinon je ne les vous aurais pas montrées. Cependant, je les trouve un peu brouillonnes et comme dirait l’Empereur,  « il se peut qu’il y ait trop de notes ». Et pourtant, vous le savez, j’aime jouer sur la profondeur de champ ultra-minimale qui permet d’obtenir des arrière-plan flous, ou alors des premiers plans qui s’effacent tout en douceur. Mais là, il y a quelque chose qui me chiffonne … Je trouve que l’arrière plan est trop présent, les formes floues créées par les branches et les feuilles me donnent une vision un peu confuse de l’image. Était-ce lié au contraste naturel très fort de la lumière ambiante à ce moment là ? Je ne sais pas. Mais le fait est que  je ne suis pas entièrement convaincue même si l’ambiance générale, encore une fois, n’est pas dénuée de poésie,.

Aussi, je suis partie à la recherche d’un endroit avec, tout au contraire, un arrière plan le plus « zen » possible … Et je dois avouer que je me sens bien mieux !

Bien sûr, je vous conseille de cliquer sur les images pour les voir individuellement et en plus grand …

Qu’en pensez-vous ? Pour ma part, il me semble que ces gouttes de rosée avaient besoin d’un arrière plan plus neutre et je crois savoir pourquoi. Le sujet est non seulement minuscule mais il est aussi en soi très désordonné. Comment cela, les mousses ne sont pas correctement rangées ? Pfff, décidément, il faut faire le ménage partout 🙂 Plus sérieusement, je pense aussi que lorsqu’on à affaire à une telle situation, il ne faut pas confondre « ambiance » et « sujet ». Dans mon petit buisson, il y a une belle ambiance mais il manque d’un sujet, tout est assez confus et je ne suis pas arrivée à bien mettre en évidence les éléments clé. En simplifiant l’arrière plan et en isolant – dans la mesure du possible – certaines mousses et gouttes d’eau, c’est à dire en focalisant mon attention sur certaines d’entre elles,  je pense que j’ai obtenu des photos à l’impact plus fort sans perdre pour autant mon ambiance poétique.

Ceci dit, un arrière-plan plus neutre ne fait pas tout. Par exemple, dans la photo ci-dessous, l’arrière plan est bel et bien « discret », mais il n’en demeure pas moins que mes mousses sont brouillonnes et qu’il leur manque ce quelque chose qui donne envie de s’arrêter plus longuement sur elles.

13
13

Cet article n’est pas une « leçon de choses » mais il vise à nous (me) questionner sur ce qui fait que des photos peuvent avoir plus ou moins d’impact. Peut-être avez-vous d’autres éléments de réponse, peut-être ne serez-vous pas d’accord avec ce que je viens d’écrire ? Peut-être que finalement vous trouverez que le premier set de photos est plus intéressant ou tout simplement qu’il ne s’agit pas du même type de photos ? C’est donc avec beaucoup de curiosité que j’attends vos avis !

[wc_divider style= »dotted » line= »single » margin_top= »40 px » margin_bottom= » »]

La prochaine fois, je vous montrerai une autre prise de vue dans la lignée de cette série de petites gouttes où j’ai débusqué un reflet par terre et qui ma donné des effets du tonnerre. La suite donc au prochain épisode 🙂

NEWSLETTER

Je souhaite recevoir une notification mail lors de la parution d'un article et je sais que peux me désabonner à tout moment.

28 commentaires sur “Gouttes en bleu

  1. Bonjour Laurence,

    J’aime beaucoup ces ambiances de couleurs ( il est vrai que le bleu est depuis très très longtemps une de mes couleurs favorites!!! 😉 )

    Je te trouve un peu dure avec les premières photos que tu nous montre; certes, les plans sont moins définis, mais la poésie naît aussi de ce flou, de cette hésitation où notre regard peut vagabonder, rêver. Ainsi, personnellement, la photo 2 et 5 pour moi sont des invitations au voyage, à la danse: j’aime m’y perdre. Je les trouve très réussies, très féériques.

    Dans les suivantes, toutes ne me touchent pas. J’adore la 7, où l’eau semble être un ballon en suspension; et c’est certainement car auparavant j’ai voyagé dans un pays où les mousses mutines et rêveuses dansent; Et puis sinon la 9 m’amuse beaucoup. Cet « intrus », cette coquille où se cache un escargot boudeur est pleine d’humour et de décalage; absurde et poétique. Les autres par contre ne me parlent pas vraiment.

    Je ne suis donc pas complètement d’accord avec toi; avec ces petites mousses trop d’impact me semble faire disparaître une certaine rêverie, une ambiance plus féerique.

    Même si j’aime ton questionnement, et que ne pas confondre « ambiance » et « sujet » est évidemment un point très important, là cependant, je ne suis pas convaincue que cela soit toujours efficace . Enfin, voilà mon humble avis autour de ces gouttes bleues.

    1. Bonjour Cécile 🙂

      C’est bien ce que je me disais à la fin de l’article : il se peut que vous ayiez une perception toute différente ! Mais attention, j’ai bien dit quand même que j’aimais bien le « premier set » et que sinon je ne vous l’aurais pas montré ! Je suis juste dérangée par l’aspect un peu trop « brouillon » et confus, et personnellement, je me perd un peu. Je ne sais pas, des gouttes et des mousses un peu plus structurées au milieu de tout ce flou aurait été à mon avis plus réussi 🙂
      Je suis dure avec moi-même ? C’est possible … Mais avec qui d’autre je pourrais l’être avec autant de franchise 😉 Et par ailleurs, lorsque je lance une question ouverte telle qu’ici, autant le faire sur la base de mes propres photos, c’est ma manière d’assumer mes lacunes 😉
      Ce que je cherche aussi à travers ce blog, c’est que nous réfléchissions tous autour d’une problématique, et je crois que le fait de se lancer comme tu l’as fait t’aura toi aussi fait réfléchir, non ?
      En tout cas, merci de tout coeur pour ton avis tout à fait précieux !

  2. Bonjour, Série bien intéressante.
    Dans la première partie, il est évident que les gouttes finissent par ne plus être le sujet principal. C’est le fond qui se met trop en avant. Pourtant, je ne trouve pas ça laid bien au contraire. Le fond est torturé, agité, j’aime bien ça.
    La no3 me plaît beaucoup. Ce n’est plus sur le thème des gouttes de rosée mais du mauvais temps d’automne.
    1. Bonjour Dominique,

      J’ai dû mal me faire comprendre car comme je le dis à Cécile plus haut, je n’ai pas dit que je trouvais la première partie ratée ou laide. Pas du tout ! Sinon, je pense que je ne vous aurais rien montré du tout. Disons que celle-ci ne me convainc pas à 100 % et j’ai essayé de vous en donner les raisons. Cela me fait un peu penser à un article écrit au printemps (http://www.photofolle.net/le-fond-et-la-forme/) où je n’étais pas du tout convaincue non plus par un passant. Ma démarche était la même : pourquoi telle ou telle photo fonctionne ou pas selon moi.
      Mais tout cela est de toutes les façons extrêmement subjectif bien entendu 🙂
      Merci Dominique de ton message !!

  3. les premières sont bien aussi tu sais, elles ont un côté paysage forestier dans le pur style heroic-fantasy. J’y verrais bien un personnage évoluer d’ailleurs.
    1. Bon, et bien la prochaine fois j’y intègrerai une mini-figurine alors. Comment s’appelle-t-il déjà celui qui est dans les forêts comme ça ? Arthur ? les mini Moys ?
      Mais dans ce cas, c’est la figurine qui deviendra le sujet … Tu vois bien qu’il manque quelque chose 😉
      1. C’est une façon de voir ; ce n’est pas rien non plus de créer un beau décor, qui sache mettre en valeur un sujet (quel qu’il soit). Je sais bien que mon commentaire ne va pas dans le sens du cheminement que tu nous proposes, mais que veux-tu. J’ai été plus sensible aux premières images qu’aux suivantes. Je les trouves scéniques.
        1. Oui, oui Ronan, j’ai bien compris 😉 Pffff, c’est quand même fou que je sois la seule à ne pas en être convaincue. En fait, je suis en train de me dire que j’aurais presque du les diviser en 2 séries tout à fait distinctes. Il me reste ma troisième « option » que je ne vous ai pas encore montrée, mais qui pour le coup me plait beaucoup et fait justement le lien avec ces 2 là. À voir donc 🙂
  4. Je te rejoins complètement sur la température de couleur de cette série. Pour ma part, j’ai également un faible pour les ambiances bleues qui m’évoquent tout de suite le rêve et les mondes irréels…
    Par contre, moi qui d’habitude aime plutôt les fonds épurés, j’aime beaucoup ta première série de photos, celle qui justement ne te donne pas entière satisfaction ! Elles ont un petit côté « forêt enchantée » que les autres n’ont pas et du coup, on peut plus facilement s’imaginer une histoire en les regardant (enfin en ce qui me concerne, toujours !).
    Les autres bien-sûr sont également superbes, et effectivement c’est plutôt la pureté qu’elles m’évoquent. Après, tout est une question de ressenti personnel 😉
    1. Bonjour Pascaline 🙂
      Je suis tout à fait d’accord, le « sous-bois » de ce buisson est assez féérique et les couleurs froides de ce bleu-cyan ajoutent indéniablement ce petit quelque chose d’ambiance qui est plaisant.
      Je crois que décidément, ce qui ressort de cette première partie, c’est « l’histoire » que chacun se fait qu’elle véhicule. Peut-être est-ce parce que moi je ne suis pas parvenue à m’en raconter une ? Ou alors, il me manque d’un héros 😉
      Merci Pascaline !
  5. Certes, sur la 2ème série de photos, le point focal est mieux défini, le regard se pose ; les photos sont plus épurées, plus graphiques et ont plus d’impact visuel.
    Mais la 1ère série propose une vision qui suggère le mouvement, un lieu « habité »et, je crois, avec plus d’impact onirique.
    Chacun trouvera dans ces propositions ce qui correspond à son état d’âme du moment. Pour moi, ce sera la 1ère série parce qu’elle propose des images qui échappent justement aux règles ; un peu de désobéissance et d’agitation, que diable !….
    Bravo en tout cas et merci pour cette incursion nature.
    1. Bonjour Annick 🙂

      À l’instar des autres « commentateurs », toi aussi ces premières photos te suggèrent un « lieu habité » comme tu le dis si joliment.
      Décidément, il faut croire que je suis passée à côté de quelque chose 😉
      Je crois que ce qui me dérange, ce n’est pas que ces images échappent aux règles – je suis globalement une grande désobéissante, y compris en photographie 😉 mais c’est tout simplement que j’ai du mal à repérer un point à partir duquel faire une construction.
      Alors je crois que je vais me laisser porter par ton conseil : un peu de désordre er d’agitation ! Merci 🙂 🙂

  6. Je suis d’accord avec toi pour le choix du fond le plus simple et neutre possible. Mais ce ne sont plus les mêmes photos. La première série fait un peu fofolle, limite « ambiance polar », la seconde est zen comme tu le souhaites.
    Sur la dernière que tu présentes, le fond n’est pas assez intéressant à mon goût pour justifier la place qu’il prend.
    Et ma préférée est celle avec l’escargot… 🙂
    1. Bonjour Pastelle,

      Je suis 100% d’accord avec toi sur la dernière photo. Le fond n’est pas assez intéressant et les mousses et gouttelettes n’ont pas vraiment non plus de point de force assez conséquent pour compenser. Et c’est d’ailleurs ce que je dis dans l’article 🙂
      Merci pour ton regard bienveillant 😉

  7. Chère Laurence
    belle réflexion au sujet le l’arrière plan et très beau traitement dans les tons froids, j’aime surtout les images que tu dis « brouillonnes » malgré la fraicheur des 11 et 12 je trouve que ces gouttes dans 2, 3 et 5 vibrent terriblement grâce au fond branchu qui joue comme un miroir et offre à tes perles un reposoir aux allures fantastiques.…
    Merci pour cette petite leçon de choses encore toute humide qui nous annonce l’automne.
    Bertrand
    1. Bonjour cher Taoussi
      C’est toujours un plaisir de lire tes textes, ils chantent comme une mélodie 🙂
      Je me rend à l’évidence, mes « vibrations brouillonnes » remportent le suffrage décidément …
      C’est vous qui me donnez une leçon de choses 😉
      1. Merci pour cette réponse sincère et continue de vibrer pour nos yeux ébahis…
        Du coup Taoussi (éleveur de paons en kabyle) devient Bertrand qui veut dire « brillant » et fait moins protocolaire !
        Que ta quette soit fructueuse encore pour longtemps…
        1. Alors là c’est bien mystérieux !! Serais-tu éleveur de paons en Kabylie ? Ou est-ce que tu aimerais l’être ? Quoi qu’il en soi, le paon est quand même l’oiseau des rois 🙂
          À tout bientôt alors Bertrand !
  8. Coucou l’artiste:-) a titre préliminaire, j’ai juste envie de relever à quel point la température d’une image influe sur notre perception de celle-ci. SI tu ne nous avais rien dit, je n’aurais pas pensé que ces photos ont été prises en été. Je les aurais plutôt sitées à la toute fin de l’automne, à l’orée de l’hiver. Cecic dit, j’aime beaucoup lorsque tu dis qu’il ne faut as confondre ambiance et sujet. Et bien moi, comme la majorité de tes lecteurs me semble-t-il, je suis tout particulièrement sensible à l’ambiance de premières images. J’aime les fonds griffonnés des deux premières., un peu moins les suivantes où les branchages apportent effectivement beaucoup d’informations mais je reconnais qu’elles me transportent davantage dans un monde imaginaire que les suivantes. Bon allez, je me réjouis déjà de la suite comme d’hab. A plus et belle journée:-)
    1. Bonjour très chère Christine !

      Je crois que cette histoire d’ambiance m’a complètement échappé en fait ! C’est vraiment intéressant pour moi de lire vos réactions car en toute sincérité je ne m’y attendais pas.
      En ce qui me concerne, je reste quand même sur ma position : je reste convaincue qu’il manque quelque chose à ces premières images pour les rendre vraiment intéressantes passé les 3 premières secondes de visionnage. Il y a trop d’éléments sans qu’il y en ait un qui capte véritablement l’attention. Il s’agit pour moi d’une douce et jolie ballade, sans plus …
      Mais il est vrai aussi que la seconde partie, plus épurée offre moins de sujets de distraction …
      La leçon de tout cela, c’est qu’il faut continuer à bosser finalement 🙂

  9. Je préfère sans hésiter la deuxième série que je trouve disons moins brouillonne plus aboutie mais comme je commence à un ptit peu connaître l’artiste, j’aurai bien envie d’attendre de voir la troisième…
    1. Bonjour Chri,

      Olala, si ça se trouve, cette troisième partie va vous laisser de marbre, je doute de tout maintenant 😉
      Ceci dit, ça me fait plaisir quand même d’avoir un lecteur qui est d’accord avec moi !!!
      Merciiiiiiiii 😉

  10. Bonjour Laurence,

    Difficile choix, entre les deux ambiances, mon coeur balance … je suis d’ailleurs revenue à plusieurs reprises chez toi sans commenter 😉
    Et finalement, je crois que j’apprécie plus les dernières (sans la dernière) parce qu’elles sont plus épurées et plus particulièrement les verticales (j’aime cet espace dans la partie haute). Sinon, je trouve cette teinte extrêmement belle, rare sur la plupart des photos de gouttes mais tellement plus originale :-))

    1. Bonjour Marie,

      Aaaaaah, quand même !!!! Vous êtes au final avec Chri de mon avis, ça fait plaisir 😉 Je crois pour ma part que celles plus épurées sont plus essentielles…
      Mais la leçon de tout ce débat, c’est que nous sommes libres, et c’est cela qui compte, n’est-ce pas ?
      Je ne sais pas par ailleurs si ces teintes sont plus originales, mais ce sont celles qui m’ont parlé, ayant définitivement renoncé à faire de la photographie documentaire 😉
      Merci Marie d’avoir persévéré et de nous avoir donné ton avis !!

  11. J’aime beaucoup. Simplement j’aime, qu’est-il besoin de rajouter ?
    Oui « bonjour Laurence » bien entendu et -Merci.
    1. Et bien il n’y a rien à ajouter (ni à enlever d’ailleurs !). C’est un magnifique compliment que le tien. Merci, merci à toi Nathanaël !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.