LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

LA PEUR2 min de temps de lecture


La peur La peur, La peur cette petite mort, Qui détruit tous les trésors, Nous éloigne du dehors, Nous aliène bras et corps. Je traverserai ma peur, Je transcenderai son leurre, Et j’y mettrai tout mon cœur Quitte à me sentir en sueur. Je guetterai tous les instants De paix et d’encouragements. Je goutterai tous ces présents Sur ma route qui s’étend. Prudence en émotion, Ecoutant les sensations Evitant trop de passion Aveuglante déraison. Et je protègerai mon âme Des grandes symphonies en pannes, Trop précieuse pour qu’elle se fane Sur un air de mauvaise gamme. J’en ferai donc mon alliée, Prévenante de mes souhaits, Quand j’irai la partager, Dans un port : la nommer. Ce port est doux et lucide Il connaît la peur qui vide Mais aussi celle qui nous guide, Déploie la vie en cascade Un partage sans attache, Un échange plein de panache, Une main qui se rapproche, Tous ces autres qui nous raccrochent A la Vie, Son fruit, son bruit, sa tristesse, son ennui, son envie, son allégresse, son pari, sa magie…

Marie-Anne Ambry-Zerrouk, juin 2009 ————

Merci Marie-Anne pour cette bien belle contribution ! Décidément, dans tes textes, tu pars toujours d’un point de vue assez sombre et angoissant pour finir sur une note pleine de vie et d’espoir ! J’aime particulièrement le mot final « pari ». Effectivement, pour moi, la vie est un pari, non pas au sens du jeu, car ce n’est pas un jeu (pour qui le serait-elle ?), mais au sens du risque et de la peur qu’il procure mais aussi de l’adrénaline, de la curiosité, de l’engagement. Cependant, la question reste de savoir quels sont nos moyens pour gagner ce pari. Nous ne sommes certainement pas tous égaux, mais nous avons chacun nos propres outils. Comment les utilisons-nous, comment en créons-nous de nouveau ou en perdons-nous ? Pour la plupart, c’est la religion qui apporte la réponse. Pour ma part, c’est la philosophie qui me permet de donner du sens aux choses… Concernant les illustrations, j’ai voulu aller un peu à contre-pied de l’idée plus ou moins répandue que c’est le noir qui fait peur. Je trouve que le blanc et l’éblouissement qui l’accompagne peut aussi être source d’angoisse et de stress. Dans les 2 cas de figure, on ne voit pas. J’ai donc demandé à Marie (merci ma chérie …) de se poster devant la porte et de jouer avec le soleil afin d’avoir un très fort contre-jour. J’ai ensuite accentué les images très fortement afin de n’obtenir que du noir et du blanc. Je ne voulais pas de gris. Ici, c’est donc finalement le noir qui donne forme et sens aux choses, tandis que c’est la lumière extrême qui les efface … dsc_7236-copie

dsc_72251

Laurence

Laurence

Côté rêves ...Je dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu'ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique ... Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique "Cours". Plus apparentée à une "coacheuse photographique", j'aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

6 Commentaires

  •    Répondre
    Est-il bien utile que je te dise que ce contraste très fort en noir et blanc me plait au plus haut point ?! 😉
    J’aime le graphisme que cela crée, la force de la lumière, la ligne des silhouettes…

    Vraiment un grand bravo !!

    Ces images me font penser à mes propres zombies !… sans doute la porte et l’éblouissement…

    Une très bonne semaine à toi Laurence !

  •    Répondre
    Laurence Chellali 29 juin 2009 à 15 h 13 min
    Un grand merci Anne-Laure pour ces compliments !!!

    Il est vrai que c’est en voyant une de tes séries que j’ai effectivement pensé à cette lumière si forte qu’elle pouvait être effrayante !

    Pour ceux qui ne connaissent pas Anne-Laure, c’est avec elle que je vais passer quelques heures pour des cours de photo, en juillet. J’attends cette date avec une vive impatience !!!!

    Je vous invite vivement à aller voir son site-blog où il y a vraiment des « perles photographiques « . L’unique chose que je regrette, est que nous avons exactement la même structure (on a pris le même modèle) et ça, c’est super énervant !!! Mais que voulez-vous … Quand on a la flemme comme moi, de se faire son propre site, il faut bien en payer les conséquences !!!

  •    Répondre
    waie!! l’artiste, mes encouragements sincères pour tes coups de Maitre(sse), espère un jour par hasard,trouver sur un « étal »ou dans une boutique quelquepart dans le monde une oeuvre devant laquelle je pouvais m’exclamer: TIENS,JE LA CONNAIS CELLE-LA! MME CHELLALI Laurence.
    Bravo et bonne continuation.
  •    Répondre
    bravo leZartistes !!!
    photographe ? quelle belle idée cette étude du blanc et noir , un peu le pot de terre contre le pot de verre … qui gagne? oui le noir , gagne , c’est un bien grand mot mais comme tu dis c lui qui dessine , le blanc efface … les deux font la vie !
    quant au texte , je suis dedans a fond , en ce moment bien précis , depuis quelques mois avec un de mes enfants , j’ai connu si bien ces instants dans ma jeunesse aussi que tout est troublant …dormir , cette « petite mort » comme je le dis si souvent, quand dormir est pour les autres une source de bien etre et pour soi meme un véritable cauchemard avant meme les yeux fermer !!!
    fini les démons pour moi , juste passé le relai , incroyablement , inexplicablement à un de mes enfants , quelle insolence cette peur , quelle opportuniste de revenir comme ça , dans un autre corps , dans une autre tete , de la meme manière , avec la meme souffrance !!
    mais comme tu le dis si bien laurence et comme le dit si bien anne laure le blanc efface et donc donne cette lumière , oui j’y crois , on va y arriver , y’a pas le choix
    biz
    enfin pour dire tout ça , j’avais écrit ce texte en janvier 2008
    « sous l’encre de ma plume

    glisse la peur de mes soirs d’enfant

    au doux clair de la lune

    je me dépêche , je n’ai pas le temps

    sous l’aile de son amour

    je cherche encore une issue

    demain c’est sûr, il fera jour

    Je ne vais pas dormir, pas pris… pas vu

    sous la brume matinale

    mon sommeil est suspendu au soleil

    je rends précieuses ces minutes vitales

    je hais violemment ces secondes de réveils

    sous le joug de mes angoisse

    je lutte tel un petit soldat

    quand vais je regarder en face

    les fantômes qui habitent mon combat?

    sous le ridicule de mes rituels

    je sais la déraison qui m’habite

    cette petite folie n’est pas éternelle

    petit à petit cette envelloppe me quitte

    sous la voile de mes amours

    je renais , délivrée de mes carcans

    mes plus beaux rêves voient le jour

    j’ai soufflé sur mes cauchemards d’antan »

  •    Répondre
    Je reste sans voix devant ce thème parfaitement illustré et les commentaires qui affluent, notamment celui de Joyce… drôle d’écho à des souvenirs enfouis ! La peur est nécessaire et vitale, dans une certaine mesure, mais notre esprit et notre environnement la font parfois grandir trop et c’est là où elle perd tout ses bienfaits : au lieu de nous sauver, elle nous perd ! Il faut juste (!) arriver à trouver l’équilibre : c’est un jeu de funambule.
    Merci à vous tous pour ces moments de partages.
  •    Répondre
    face à la peur la philosophie ou la religion c’est la même chose pour moi puisque c’est le sens de la vie qui est en jeu.
    Par ailleurs la peur est ce qui protège souvent de la mort. C’est donc un bienfait.
    Les photos sont très réussies. Mais évoquent-elles la peur ou la réalité?

Laissez votre commentaire