LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

LE BAISER


Moins d'une minute de lecture

 

Douceur, langueur, mélancolie,
Je ne suis qu’un regard, ailleurs et lointain,
Enfermée dans l’enfance, toute à mes envies,
Absente au monde, retranchée en mes confins.

Mon père, ma mère, au coude à coude,
Tout à leur amour, à leur émoi,
Si je pleure, si je boude,
Aurai-je un peu d’amour pour moi ?

Nappe ivoire, page blanche,
Un déjeuner qui s’éternise,
Au bord des lèvres, mon coeur s’épanche,
Enfant perdue qui se méprise.

Il me suffit pourtant d’un sourire,
Pour attirer à moi ses bras et m’envoler,
Rire enfin et dans un souffle, offrir,
Ma joue pour un baiser.

 

Texte : Guillaume de Fonclare – Février 2011

 

Très cher Guillaume,

Merci une fois encore de bien avoir voulu prêter ton talent à une de mes photos ! Je suis frappée cette fois de voir à quel point tu es entré dans cette image pour nous faire oublier que c’est toi qui écrit. Tu n’es plus spectateur, tu es devenu cette petite fille qui rêve d’un baiser, qui rêve d’exister. Son regard est devenu le tien.

Que dire de plus ? Rien … Je savoure … Grâce à toi, je découvre le secret de cette fillette …

Laurence

Laurence

Côté rêves ...Je dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu'ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique ... Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique "Cours". Plus apparentée à une "coacheuse photographique", j'aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

12 Commentaires

  •    Répondre
    Aaaah que j’aime cette photo ! Décidément, je ne me lasse pas de la regarder…
    Très beau texte de plus. Un duo parfaitement assorti ! ^_^
  •    Répondre
    Cette photo est tout simplement fondante. Quelle douceur, je l’adore.
  •    Répondre
    je suis fan !!!
    je crois que je m’étais déja bien retrouvée une fois dans un de vos duo , toi laurence et guillaume !!
    j’aime cette écriture …et que vos mots et photos se marient donc si bien , c’est fou !! on l’entend presque la môme , c’est très fort , bravo , c’est très réussi et j’adoooooooooore :love:
  •    Répondre
    Je te trouve emplie de douceur rêveuse ces temps-ci, Laurence et cela te va très bien. Quant au texte de Guillaume, il est touchant de justesse. Bravo!
  •    Répondre
    débordant de sensibilité
  •    Répondre
    trsè jolie photo et très évocatrice
  •    Répondre
    très jolie photo et très évocatrice.
  •    Répondre
    Bonjour laurence
    Je ne sais pas pourquoi, mais cette photo m’a touché dès que je l’ai vue.

    La fragilité de l’Enfant me saute aux yeux ;-( , la dépendance de l’un à l’autre en tant qu’être humain, également. Fragile mais dépendant…Du plus fort au plus faible, du plus faible au plus fort, une unité qui me bouleverse :woot: .
    Je croix que le VIRUS de la photographie avec un grand « P » me ratrappe :alien: …..

  •    Répondre
    Touchant duo car maintenant que j’ai vu et lu, les deux (photo et texte) me semblent indissociables et s’unissent dans le titre du baiser…magique !
    Merci à tous les 2 pour cette délicate aventure.
  •    Répondre
    on se demande bien ce qui se trame dans ces petites tetes là , quelle beau duo ! si on ne connait pas ce blog franchement on a du mal à croire ça, que l’un photographie, l’autre écrit, c’est fait pour aller ensemble mais de deux personnes différentes,
    chapeau c’est beau !
  •    Répondre
    Merci à vous pour vous avoir pris le temps de savourer texte et photo ensemble ! C’est à chaque fois un vrai plaisir de vous lire ! Merci 1000 fois !!!! :love: :love: :love:
  •    Répondre
    quelle douceur dans ce regard là.. quel échange, quelle confiance aussi ! les enfants sont généreux, ils se donnent, s’offrent sans calcul, pourquoi avons nous perdu cette spontanéité, ce naturel ?

Laissez votre commentaire