LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

LE LEG DE L’ENFANT ADOPTE


 

Epanouissement
 
Le legs de l’enfant adopté.
 
Il était une fois deux femmes
Qui ne s’étaient jamais rencontrées :
Une dont tu ne te souviens plus,
L’autre que tu appelles Maman.
 
Deux vies différentes
Dans l’accomplissement d’une seule, la tienne.
L’une fut la bonne étoile,
L’autre est ton soleil.
 
La première te donna la vie,
La seconde t’apprit comment la vivre.
La première créa le besoin d’amour,
La seconde était là pour le combler.
 
L’une te donna tes racines,
L’autre t’offrit un nom.
L’une procura la graine du talent,
L’autre te proposa un but.
 
L’une créa l’émotion
L’autre calma les angoisses.
L’une reçut le premier sourire,
L’autre sécha tes larmes.
 
L’une t’offrit en adoption,
La pauvre, c’est tout ce qu’elle pouvait t’offrir…
L’autre pria pour avoir un enfant
Et Dieu la mena vers toi.
 
Et maintenant, quand en pleurant,
Tu me poses l’éternelle question :
De qui suis-je le fruit,
Génération ou Education ?
 
Ni de l’une, ni de l’autre, mon enfant,
Tout simplement de deux formes différentes de l’Amour.
 
 

Adaptation d’un poème en anglais affiché à l’entrée de la Fondation KBF de Manille. 

Il y a quelque temps, Marie-Laure m'a envoyé ce texte en se demandant si ça m'inspirerait pour nos Duos. Bien entendu Marie-Laure ! Le sujet de l'adoption m'est particulièrement cher pour plein de raisons que ceux qui me côtoient connaissent. Ce poème est vraiment joli, et il serait tout à fait complet si les pères y étaient évoqués. Mais finalement, il en faudrait un autre rien que pour eux. Eh oui, les papas et les mamans sont différents, on ne leur dit pas la même chose, on ne leur pose pas les mêmes questions.

 

Alors maintenant, il faut que j'explique pourquoi j'ai pris cette photo pour illustrer ce poème ! En fait, il s'agit d'un hasard, d'une rencontre. Dans mon jardin impossible à tondre pour cause de pluie, ce qui, pour nous les photographes, est une bénédiction, je me suis retrouvée nez à nez avec ce bouton d'or en plein épanouissement et ces petites graines juste à côté ! J'ai tout de suite pensé à ces 2 mamans, l'une qui est la source, la graine, et l'autre qui est l'épanouissement, la fleur. La graine et la fleur sont toutes deux au bout de longues tiges bien plantées dans la terre, et toutes les deux se côtoient. Elles sont les fondations de la vie de l'enfant adopté. Et comme le dit si bien le poème : "elles sont deux formes différentes d'amour"

 

Voilà Marie-Laure mon interprétation en image de ce très beau texte !

 

Laurence

Laurence

Côté rêvesJe dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu’ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique … Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique « Cours« . Plus apparentée à une « coacheuse photographique », j’aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

11 Commentaires

  •    Répondre
    Vraiment superbe… Très touchant ! :love:
  •    Répondre
    superbe, le poeme est sublime et …. excuse moi laurence mais tes explications sont totalement inutiles tellement juste avec le texte , on comprend de suite la photo, une belle réussite donc !
    biz
  •    Répondre
    C’est vraiment superbe, tant le poème que la photo qui l’illustre est bien choisie!
  •    Répondre
    je me souviens d’un jour nouveau de l’an 2010 ou nous nous sommes rencontrées chez mireille … je me souviens de cette belle histoire en devenir …
    j’ai tout de suite pensé à vous en lisant ce texte
    c’est tout simplement sublime
    évoquer les deux mamans de la sorte , leur donner à chacune leur force , leur place , leur importance , leur AMOUR …
    quelle abnégation de soi dans les deux cas , seulement le coeur pour donner …
    c’est très très beau et ton imgae laurence est très belle aussi , pleine de sens , fallait y penser et c’est vrai que « qui ne regarde , ne voit » … nos yeux ont la chance d’être à l’affut de ce genre d’image je crois …
    je vous embrasse tou(tes ?) OUUUUUUU SONNNNNNNNT LEEEEEEEEES HOMMMMMMMMMES ???
    c’est vrai laurence , pas bcp d’hommes ici mais bon on va leur sortir la panoplie foot , ça va le faire
    allez bizzzz :kiss:
  •    Répondre
    Il pousse de très jolies émotions dans ton jardin 🙂
  •    Répondre
    Je suis d’accord avec Miblou : ta photo se passe de commentaire mais :whistle: il faut que j’ajoute que je la trouve vraiment jolie et « pile poil » : je n’aurais pas rêvé mieux ! :love:
  •    Répondre
    Ta pelouse recèle des trésors Laurence, merci à ta tondeuse de vous avoir lâchés 😉 Quelle belle conception de l’amour!
  •    Répondre
    Bonjour Laurence
    Suis un peu curieux sur ta façon de traiter tes pdv qui donne un bel impact ici avec cette composition florale très élégante, bravo à toi!
    Amicalement
  •    Répondre
    😀 j’ai adoré ton poèmes et cette composition florale très jolie ça m’a vraiment toucher amicalement
  •    Répondre
    DI FRANCO_SOM Geneviève 10 avril 2013 à 8 h 38 min
    J’aimerais beaucoup connaître le nom de ce poète anglais et avoir la possibilité de le lire dans sa langue natale. Merci
    •    Répondre
      Bonjour Geneviève. Comme le dit Marie-Laure, l’auteure de ces mots, ce poème est inspiré de celui d’un auteur anglais, il ne s’agit donc pas du texte simplement traduit. mais je vais de ce pas demander si elle se souvient de la référence originale et dès que je l’ai, je reviens vers vous !

Laissez votre commentaire