LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

LES SCHTROUMPFS AU PAYS DES TUYAUX


Il était une fois un royaume très puissant, très secret et très gardé où vivaient des schtroumpfs étranges appelés schtroumpfidraulico (littéralement, plombiers surdoués) : ils étaient bleu-marine et produisaient de l’essence. Leur cité n’était qu’un vaste tuyau tout entortillé (d’où leur nom), faisait beaucoup de bruit et schtroumpfpuait (ne sentait pas bon) fortement.

Bien entendu, ce royaume intriguait beaucoup schtroumpfette Lolo, car la nuit la cité se parait de couleurs étranges et donnait la schtroumpfpétoche (faisait un peu peur).

Ainsi, lorsqu’elle pu y pénétrer avec trois comparses schtroumpfphotographes quelle ne fut pas sa joie, s’imaginant découvrir de l’intérieur un monde empli de fumées et de vapeurs diverses, à travers lesquelles on aurait deviné des schtroumpfouvriers en plein labeur.

Il faut bien avouer qu’elle fut un peu déçue car pour commencer les schtroumpfphotographes furent victimes de discrimination : il durent endosser une tenue blanche, dissimulant l’habit schtroumpftraditionnel (petit short blanc très sexy qui ressort formidablement bien sur la peau bleue). Ensuite, schtroumpfette Lolo n’avait pas réalisé qu’à 6 heures du soir en plein été, il fait encore jour. Les vapeurs, finalement peu nombreuses bien que schtroumpfpuantes étaient donc blanchâtres, strictement sans intérêt photographique. Enfin, elle fut surprise de découvrir que les schtroumpfidraulico se reposaient le soir, et que pour surveiller et entretenir l’énorme tuyaux ils n’étaient qu’une dizaine.

Voici donc à quoi ressemblait l’entrée du royaume du tuyau. Vous constaterez ces grands espaces bitumés pour laisser la place aux camions des schtroumpfciterne qui viennent s’abreuver ici.

 

 

 

En s’enfonçant un peu plus dans le royaume, on prend enfin la mesure de l’ingéniosité de ces schtroumpfs spéciaux

 

 

 

PS : N’oubliez pas de chanter en regardant les images « tralalalalère, on se promène dans les tuyaux, tralalalalèèèère, bigoudi-bigouda, on se promène dans les tuyaux » (Bis) Tralalalalèère, merci les schtroupftuyaux mais là ça commence un peu à faire beaucoup d’tuyaux. Tralalaliiiiiiiiiiiire »

 

 

Donc, comme au bout de 3 heures les schtroumpfphotographes en avaient carrément ras-le-schtroumpf (ras le bol) des tuyaux, mais-qu’ils-ne-pouvaient-rien-dire-car-les-schtroumpfsidraulico-étaient-super-gentils-et-qu’ils-ne-voulaient-pas-qu’ils-se-fâchent, ils ont commencé à lever un peu les yeux au ciel et ils ont vu des bestioles bizarres …

 

 

 

Normal me direz-vous avec tous ces produits dangereux …

Enfin … peut-être pas toujours …

 

D’ailleurs je crois bien que schtroumpfette Sibilla a été prise d’ennuinoïte aiguë  alors que schtroumpf Davide a fait de son mieux pour résister. Mais il faut dire que lui avait bien suivi la consigne de chanter « tralalère on se promène dans les tuyaux, etc… » et je crois que c’est celui qui s’en est le mieux sorti !

 

Au final, la curiosité de schtroumpfette Lolo a bien été récompensée, mais d’après ce qu’elle m’a dit, je crois qu’elle a pris sa dose de tuyaux pour quelques années. Et si par chance vous avez accès vous aussi au royaume des tuyaux, elle vous recommande la plus grande préparation , notamment au niveau de la chanson qui pourra être déterminante pour le bon déroulement de la visite.

Ceci dit, à bon entendeur, salut !

Laurence

Laurence

Côté rêvesJe dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu’ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique … Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique « Cours« . Plus apparentée à une « coacheuse photographique », j’aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

14 Commentaires

  •    Répondre
    je n’ai pas tout lu, mais quand même assez pour sourire, comme le beau jeune homme.
    La photo avec les 2 oiseaux est superbe
  •    Répondre
    Celle avec « Hot oil » décrit la human touch qu’on trouve dans un complexe si complexe!
  •    Répondre
    Excellent ce parti pris humoristique pour un sujet a priori pas folichon. Tu m’as fait bien rire 🙂 Photographiquement parlant, je comprends ta déception. Les fumées auraient été magiques mais tu parviens à mettre un petit supplément d’âme au milieu de tous ces tubes, c’est pas évident. Bon w-e Laurence et mes amitiés à la Stroumpfette Lolo.
  •    Répondre
    Eh bien! Vous voilà prête pour Beaubourg! 😉 J’aime beaucoup votre humour! 😆
  •    Répondre
    C’est un sujet difficile! moi aussi les usines me font rever mais comme toi plutot à la tombée de la nuit quand elles apparaissent plus menacante…
    J’aime aussi beaucoup celle avec les deux oiseaux et puis je n’ai pas pu m’empecher de rigoler quand j’ai vu le portrait avec une schtrumphette faisant son autoportrait à l’arrière …
  •    Répondre
    Quel contraste avec ta série précédente où tout est fraicheur pastel. J’aime bien celle aussi en décalage et intéressante ..même déroutante
  •    Répondre
    Un reportage que j’aime, photographiquement et schtroumpfement parlant.
    Ton traitement est nickel…
    Je verrai bien la photo aux 2 oiseaux recadrée au carré en partant du bas de l’image et traités en NB.
  •    Répondre
    Bravo, Laurence vous nous avez fait oublier les odeurs, les dangers d’explosion, de pollution notre folie d’avoir créé de telles usines!
  •    Répondre
    Bonjour à vous !

    Merci de votre passage et de vos mots si schtroumpfminons 🙂

    Je suis ravie si j’ai réussi à vous faire sourire. Pour être honnête, je ne savais pas trop comment présenter cette raffinerie car je n’étais pas vraiment convaincue par les images. J’ai été surprise de voir à quel point au final ce n’est pas un lieu facile à photographier : il y a énormément d’éléments et les photos deviennent très vite fouillis.

    Ryad : tu as tout à fait raison, j’ai été étonnée de voir le nombre de tuyaux avec des indication peintes à la main. Ca signifie que tout n’est pas « tracé » et qu’il a été nécessaire d’inscrire des précisions. Ca fait un peu peur quand on sait « l’explosivité » d’un tel lieu !

    Concernant le traitement, je n’ai pas trouvé d’autre solution que de présenter une version très extrême ce qui permet de simplifier l’image. Non; non, je vous jure, trop de tuyaux tuent les tuyaux !!

    Patrice : c’est une bonne idée le recadrage en carré mais je ne sais pas si on ne perdrait pas un peu cette sensation de verticalité. En tout cas, ça serait une toute autre image !

    Bonne journée à tous !

  •    Répondre
    Bonjour,
    Quelle visite.. en compagnie d’une schtroumpfette en plus. Chanceuse, je ne crois pas que l’on peut faire pareil dans les raffineries de l’est de Montréal, c’est dommage. j’aime le style choisi pour ces images. Iplom7, c’est très bon..
  •    Répondre
    Excellent petit texte qui vient d’égayer un lundi bien maussade 😉 (comme tous les lundi en fait 🙄 )
    C’est clair que les ambiances à la blade runner en pleine journée, c’est difficile. Je trouve le choix du traitement (high key) judicieux. Les deux premières toutes blanches(IPLOM2 et 5) sont un peu violentes (on s’en prend plein les yeux et tu n’avais pas prévenu, pour les lunettes de soleil … 😆 ), mais on s’habitue vite fait et au final, c’est très chouette.
    Bonne soirée

    PS : les papillons, je les ai trouvés dans une serre à papillons, rassure-toi :mrgreen:

  •    Répondre
    Bonjour 🙂

    Dominique : Mais j’ai eu beaucoup de chance de pouvoir visiter ce site car normalement il est strictement interdit au public. J’avais déjà essayé de le photographier une fois de l’extérieur et les gardiens m’avaient gentiment fait comprendre que je n’avais pas le droit. D’où un peu ma déception … C’est comme un fantasme qu’on réalise … il ne correspond jamais à ce qu’on a rêvé 🙂

    Shooter : merci :)))

    Véro : Oui, j’y suis allée très très fort sur le contraste, mais comme je le disais précédemment, c’était la seule solution pour rendre ces images un peu plus simples et lisibles, et au final, ça fonctionne effectivement assez bien 🙄
    Tiens, tu viens de me mettre un autre fantasme en tête : aller dans une serre à papillons et les photographier en vol 😆

  •    Répondre
    Tu as du avoir un sacré bon tuyau pour pénétrer ce royaume !!!
    Une visite qui t’a inspiré un beau texte plein d’humour et une super série de photo , j’aime le traitement général que tu as donné , de fort contraste qui illumine un royaume que beaucoup aurait assombri et noiretblancisé ; Beau boulot où l’ennui ne se ressent pas , Phil

Laissez votre commentaire