LE BLOG PHOTOFOLLE
- par Laurence Chellali

MONSTRES & Cie


Bonjour à tous !

Je suis absolument ravie de vous retrouver enfin après cette très – trop ! – longue absence. Pour nos retrouvailles, j’ai pensé partager avec vous des rencontres un peu étranges, de celles auxquelles on ne s’attend pas et qui pourtant sont sous nos yeux !

Je m’explique … Durant les vacances, nous avons fait une randonnée dans les Dolomites, et pour cause d’ampoules aux pieds nous avons dû nous arrêter de marcher une journée entière histoire de faire reposer ces petons vraiment trop endoloris. Oh, je vous rassure, nous nous sommes choisis un endroit féérique, au bord d’un petit lac, et nos tentes de bivouac paraissaient bien petites dans ces montagnes escarpées.

Bref, j’étais perdue dans le contemplation du paysage, assise sur un rocher, quand soudain, baissant les yeux, je tombe nez à nez avec une drôle de tête de loup :

 

Juste un peu plus loin, sur son corps tout tordu, que vois-je ? Un crocodile !

 

Attendez, ce n’est pas fini ! De l’autre côté, je découvre avec stupéfaction une sorte d’embryon de singe et juste à côté un kangourou :

 

 

Puis quelques instants après, à ma plus grande stupéfaction, je découvre le chien « Diabolo » (vous vous souvenez de ce dessin animé Satanas et Diabolo ?), en plein vol, à la poursuite de je ne sais encore quelle chimère :

 

Et un gros rhinocéros pas comode du tout du tout …

 

Après toutes ce rencontres, je décide de m’éloigner juste un petit peu et de m’approcher de l’eau, et là, deux surprises m’attendent à nouveau ! Je découvre un éléphant :

 

… et une bestiole bizarre, avec un très gros oeil dans lequel, si on regarde bien, on peut se voir !!!

 

Je dois bien vous avouer que j’ai trouvé que ce petit coin de montagne était décidément bien peuplé car ces images ont été prises sur maximum 3 m2. Alors vous imaginez un peu tous ces milliers de mètres carrés au milieu desquels nous avons fait cette pause-ampoules  !!!

Alala, c’est une bonne blagueuse quand même cette montagne, regardez ce sourire en coin qu’elle nous fait 🙂

Laurence

Laurence

Côté rêvesJe dis souvent que je ne photographie pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Grâce à la photographie, je peux modeler le réel et y imprimer mes sentiments en organisant les formes, les couleurs, les contrastes tels qu’ils me parviennent pour en faire émerger mon monde émotionnel. Côté pratique … Je gagne ma vie en vendant des photographies à des agences et à des collectionneurs, mais aussi en dispensant des cours de photographie dont vous pourrez trouver toutes les modalités dans la rubrique « Cours« . Plus apparentée à une « coacheuse photographique », j’aime pousser mes élèves à trouver leur propre chemin et leur style personnel.

15 Commentaires

  •    Répondre
    Et bien moi je crois, copinette, que tu as eu des ampoules hallucinogènes! 🙂 quant à moi,je suis absolument enchantée de te retrouver, toi et ton imaginations débridée. Ta créativité commençait sérieusement à me manquer. Avec ce billet je ne suis vraiment pas déçue! Il n’y a que toi pour voir la montagne de la sorte. Et ta nouvelle bannière est vraiment chouette? À très très bientôt
  •    Répondre
    Formidable bestiaire gai! Des sourires partout!
  •    Répondre
    Te voilà enfin de retour parmi nous :-)! Spiruline a tout dit: sans toi, plus aucune créature ne vient habiter les nuages, les lichens ou la lumière, et le monde devient alors beaucoup moins poétique.
    Ton éléphant me parle « canard » et cela faisait une éternité que je n’avais pas vu diabolo. Dire que sans cette photo, j’aurais pu l’oublier définitivement!
    Belle journée.
  •    Répondre
    Bonjour Spiruline, Chri e cathy B !

    Ah, comme vos gentils mots manqués également ! Merci de tout coeur 😆
    Lorsque j’ai pris ces photos, j’ai vraiment été sidérée de voir toutes ces formes incroyables qui presque toutes évoquaient une bestiole, et je vous promets qu’il ne fallait pas tant d’imagination que ça pour les voir. Alors comme ça mon éléphant se transforme en canard … on va bientôt pouvoir jouer aux « transformers » !

    Je suis contente Spiruline que mes petites graines te plaisent. J’espère qu’elles donneront des fruits 🙂

  •    Répondre
    😀 et pour ma part, je redirais juste… 😀
  •    Répondre
    Paréidolies!!!! Si! si! j’ai cherché longtemps le terme!
    Je suis époustouflée de voir combien ton imagination vagabonde!
    Comme déjà dit, je vois un canard à la place de l’éléphant et aussi une otarie prête à faire une glissade à la place du kangourou… Ravie aussi de te re-lire!!!
    •    Répondre
      Merci Cath pour la leçon de vocabulaire !! Je ne savais absolument pas que ce mot existait ! Concernant le kangourou, je suis tout à fait d’accord avec toi, il peut aisément se transformer en otarie glissante 🙂
  •    Répondre
    Bonjour Laurence,
    Quand une photographe a su garder ses yeux d’enfant, ça nous donne le plaisir de vagabonder dans des images comme les tiennes. j’adore ça. Merci pour ce bon moment.
  •    Répondre
    Je découvre avec ravissement que c’est la rentrée pour tout le monde! Je vais pouvoir reprendre mes ballades photographiques et mes rêveries sur ces pages et sur d’autres! Merci Laurence!;)
  •    Répondre
    N’aillons pas peur des mots c’est une série fantastique, avec un plus pour cette mousse au gros oeil. Bravo Laurence quel coup d’oeil …aussi !
  •    Répondre
    Bonjour Dominique, Caroline et Gérard !!

    Je suis ravie que ces images « monstrueuses » vous aient fait voyager dans un monde imaginaire et pourtant bien réel ! En fait, tout cela n’est qu’une question d’échelle et de point de vue, pour preuve, dans certaines images que je n’ai pas postées ici on voyait des cartes du monde, voire de l’univers 🙂

    Merci de tout coeur pour votre passage et à tout bientôt !

  •    Répondre
    Bonjour,
    Même si je n’y vois pas toujours les mêmes animaux, j’adore ! (le kangourou me laisse perplexe, j’y vois une cocotte en papier 😉 )
    Et merci merci pour le joyeux souvenir de Satanas et diabolo 😀
  •    Répondre
    Wonderful shot, a lesson in the ordinary being anything but.

Laissez votre commentaire